Victoire internationale sur Barcelone dans la catégorie femelle pour Fred & Yannick Ungerer (Seebach, FR)

Dans l'imaginaire collectif, Barcelone représente l'étape ultime que tout le monde souhaite remporter. Alors, quoi de mieux que de briller sur l'étape de vos rêves? C'est précisément ce que les Ungerer père et fils ont vécu au début du mois de juillet puisque leur ''Queen Emilie'' remporte la victoire internationale chez les femelles.


Yannick & Fred Ungerer peu après l'annonce de leur victoire.

Comme dans un film de science-fiction

C'était une belle journée ensoleillée et, ce jour-là, on ne pensait pas que le concours de Barcelone édition 2017 se transformerait en un véritable massacre, l'un des pires de ces dernières années. Comme ailleurs dans tous les pays participants, les Ungerer s'étaient levés de bonne heure pour guetter l'arrivée de leurs protégés. Mais parfois, la pratique est différente de la théorie et cela s'est avéré être le cas sur ce Barcelone 2017. Vers 10h, Yannick consulte frénétiquement les arrivées mais toujours rien à l'horizon. Il s'impatiente. Son père est parti faire 2,3 courses et quand il rentre à la maison, aucun pigeon n'a encore été annoncé. Le père et le fils se mettent alors à discuter sur la terrasse face aux colombiers. Il est bientôt 11h. Vers 11h05, Fred décide d'aller tondre la pelouse. Quelques secondes plus tard, il revient en courant vers la vitesse en s'esclaffant ''Y'en a un! Y'en a un!''. Yannick se précipite à son tour et voit effectivement un pigeon sur le toit du colombier. Le temps de faire rentrer le pigeon, ce dernier est officialisé à 11h08''15. C'est la première annonce en France, mais surtout à l'international. S'ensuit alors une attente interminable qui prendra fin sur le coup de 14h avec l'annonce de leur victoire nationale. ''Queen Emilie'' a fait le travail! Vu le déroulement pénible du concours, la victoire internationale chez les femelles n'est officialisée que bien plus tard. Au doublage international, les Ungerer sont battu par le pigeon en fer forgé de Leon Roks qui signe ce jour-là un exploit hors du commun. Pas de quoi entacher la victoire des Ungerer. Ils sont même flattés d'avoir été battus par un tel pigeon.

Quelle préparation pour ''Queen Emilie''?

Les pigeons ont été remis en ménage début avril, avant d'être joués au naturel jusqu'à la fin mai (date du 4e concours préparatoire). A partir de ce moment, les vieux mâles ont été joués au veuvage classique, les autres pigeons au veuvage total. L'objectif est d'avoir les pigeons en top condition le plus tard possible, soit pour les principaux concours internationaux. En ce qui concerne les concours préparatoires, elle a volé 6 étapes jusqu'à 420 kilomètres (pour un total de 1.600 kilomètres). Deux semaines avant Barcelone, elle a de nouveau participé à un concours de 300 kilomètres.
Et concernant la motivation? Une semaine avant l'enlogement de Barcelone, les Ungerer ont placé des plateaux aux quatre coins du colombier des femelles. ''Queen Emilie'' s'en est approprié un et elle l'a défendu avec beaucoup de vigueur durant toute la semaine. De plus, elle disposait également d'un casier qu'elle occupait avec son mâle dont elle était d'ailleurs très amoureuse. La somme de tous ces petits éléments l'a semble-t-il rendue extrêmement motivée, ce qui explique certainement son exploit.

- 'Queen Emilie' (FR15-173601)


''Queen Emilie'' photographiée plusieurs jours après son triomphe international.

Côté origine, le père de ''Queen Emilie'' provient directement de chez Eric Herbots, chez qui il a d'ailleurs voyagé en remportant 4 prix de 5 engagements sur Barcelone avec e.a. le 189e Barcelone national 12.641 p., 418e Perpignan national 5.591 p., etc.
La mère provient de chez l'allemand Osi Schneider et c'est une fille de ''Christa 830'', une femelle qui a remporté son prix à cinq reprises sur une étape supérieure à 1.000 kilomètres.
Avec de telles origines, inutile de dire que ''Queen Emilie'' était taillée pour briller sur des distances extrêmes!
Cliquez ici pour consulter son pedigree.


Le père de ''Queen Emilie''.

Un peu d'histoire

Les Ungerer ont des pigeons depuis 1996. De 1996 à 2010, ils ont joué les concours locaux exclusivement, en ne dépassant jamais la barre des 700 kilomètres et ils ont toujours fait partie des meilleurs amateurs de leur société. Après la saison 2010, ils ont voulu se diriger vers les concours internationaux. La saison 2011 a donc été une année de transition durant laquelle aucun pigeon ne fut engagé. En 2012, ils ont participé pour la première fois à Pau et ensuite à Narbonne. Sur Pau, ils remportent le 72e national, de quoi les conforter dans leur choix. De bon augure pour la suite mais ce ne fut pas malheureusement confirmé l'année suivante qui fut vécue comme une véritable pénitence. Ils sont de retour en 2014, année lors de laquelle ils se classent en fin d'année 3e champion général au club de fond du Bas Rhin. En 2015 et en 2016, ils ont remporté plusieurs prix dans les 100 premiers nationaux et la machine semblait être bien lancée. Mais que dire de l'année 2017? Leur performance sur Barcelone les a rendus célèbre dans le monde entier. Un rêve de gosse qui est devenu réalité.

Un système efficace

Comme expliqué plus haut, père et fils jouent en tandem. Le schéma de soin est calqué sur l'horaire de Fred qui travaille à pause à l'usine. Lorsqu'il fait le matin, c'est lui qui s'occupe des pigeons au lever du soleil avant de filer à l'usine. Yannick prend alors la relève au soir. Et lorsque Fred fait le soir, c'est l'inverse. Père et fils pratiquent un mix entre le veuvage total et le veuvage classique. Cependant, les deux sexes volent ensemble durant la saison, et ce deux fois par jour. Cela peut paraître bizarre mais les Ungerer s'en portent bien comme ça. Une fois la volée terminée, les pigeons sont séparés. D'après eux, le plus important est que les pigeons volent correctement durant ces deux volées quotidiennes. Ils n'hésitent pas non plus à prendre la route pour aller entraîner lorsque leurs voiliers ont besoin d'un petit coup de boost.

Félicitations à la famille Ungerer pour leur exploit réalisé sur Barcelone. Qui sait s'ils remettront le couvert un jour!

Loading ...

Loading ...


Loading...