Zoeken

Maurice Casaert (Néchin, BE) remporte le 1er national Bourges Yl avec la plus grande vitesse du contingent général de 43.962 engagés

Non, il n'est pas résucité. Mais l'aîné de la fratrie Casaert porte le même prénom que le père, un monstre sacré du sport colombophile belge décédé il y a tout juste 4 ans. Et Maurice fils vient de démontrer le week-end dernier que la famille Casaert faisait partie des meubles du sport colombophile belge.


Maurice & madame

A Néchin, la rue des saules est devenue un lieu de pélerinage pour de nombreux colombophiles des quatre coins de la planète. C'est là que vivait le légendaire feu Maurice Casaert, un champion de réputation internationale qui a remporté avec son plus jeune fils Grégory la bagatelle de 6 victoires nationales. Mais ce que l'on a tendance à moins savoir, c'est qu'à gauche de la maison du père se trouve la maison de l'aîné des trois fils, Maurice (fils), qui y joue à son compte depuis 2007. Inspecteur de police et âgé de 54 ans, il est encore appelé régulièrement sur le terrain pour son travail, raison pour laquelle sa colonie est de toute petite taille. Il dispose ainsi d'un colombier de jeu de quelques compartiments à peine dans lequel sont logés ses jeunes, ses veufs et ses femelles de jeu. De l'autre côté du jardin, un petit pigeonnier est réservé aux reproducteurs. C'est tout, même si Maurice prévoit prochainement de monter un autre pigeonnier (décision déjà prise avant la victoire). Alors que ses deux frères en ont fait leur métier, le sport colombophile ne représente pour lui qu'un hobby et il préfère en garder pleinement le contrôle, ce qui explique la petite taille de son cheptel. Cela ne l'empêche cependant pas de jouer les premiers rôles: à son palmarès, on retrouve e.a. un doublé provincial sur Libourne et Issoudun, deux victoires remportées en 2015, et puis maintenant Bourges.

Côté origines, cela va sans dire que le courant sanguin principal est celui de son père. Maurice a ainsi pu obtenir des descendants directs des meilleurs sujets de la colonie de Maurice & Grégory Casaert. Il a également introduit des pigeons de ses amis Yvon Pipers (Tournai) & Frédéric Beukenne (Bruyelle), le vainqueur national étant d'ailleurs issu de plusieurs croisements entre des pigeons des colonies précitées. On retrouve également une femelle de Carlos Vandemeulebroeck et une autre de Thierry Barbieux. Voilà pour ce qui est des origines. En ce qui concerne la préparation d'avant saison, les voyageurs n'élèvent jamais, ni avant, ni après la saison. Ils sont simplement remis en ménage durant 5 jours au début du mois d'avril, durant les premiers entraînements. Avant chaque enlogement, ils peuvent voir leur femelle durant quelques secondes. Et en ce qui concerne les volées, Maurice n'est pas très à cheval sur ce sujet. Par contre, les voyageurs sont régulièrement entraînés à 30 kilomètres en semaine, de préférence le mercredi. Au retour, pas de femelles, juste le plaisir de retrouver leur casier.

'Prestige' remporte la victoire nationale

C'est un mâle yearling qui est donc devenu le pigeon le plus rapide du contingent général de 43.962. Baptisé 'Prestige', il ne s'agit pas du dernier venu puisqu'il disposait déjà d'un agréable palmarès:

1. Bourges nat - 20.754 p. (plus rapide de 43.962 p.)
1. Toury rég   -    369 p.
2. Toury rég   -    286 p.
4. Toury rég   -    126 p.

Cliquez ici pour consulter son pedigree.

Pour ceux qui connaissent les sujets made in Néchin, c'est un pigeon typiquement Casaert: de couleur écaillée et doté d'un oeil jaune bien vif, il dispose d'une vitalité extraordinaire, tant et si bien qu'il fut très difficile de le prendre en photo. De gabarit moyen et de taille relativement longue, c'est un sujet d'une robustesse exceptionnelle dont l'aile parfaite représente le principal outil de travail à l'origine de son exploit!

Nous présentons à Maurice nos sincères félicitations pour la première victoire nationale de sa carrière... et sans doute pas la dernière!