Zoeken

Didier Wargnies (Chapelle, BE) remporte le 1er international Narbonne de 5.831 yearlings avec la plus grande vitesse du contingent général!

Le mois de juillet aura vu plusieurs petites colonies triompher face aux grosses écuries de notre hobby. Ce fut à nouveau le cas sur Narbonne avec la victoire internationale remportée par la femelle pâle de Didier Wargnies, un amateur dans le sens le plus noble du terme.

Constatée à 17h04''28 pour une distance de 821 km, la petite femelle de Didier (42 ans) a réalisé une vitesse de 1.358 m/min, suffisant pour remporter la victoire internationale dans sa catégorie et pour être la plus rapide du contingent général de 19.353 pigeons! Elle a su déjouer le mauvais temps et la chaleur pour réaliser une vitesse assez folle au vu des conditions climatiques et arriver en toute fin d'après-midi dans le jardin de son propriétaire. Elle fut donc la plus efficace d'un groupe d'une dizaines de pigeons issus de la région du centre qui s'est classé dans le top 50 national avec des arrivées à Ressaix, Bracquegnies, Thuin, Estinnes, Bornival, etc. De fait, Chapelle est un village situé le long de l'E42 entre La Louvière et Charleroi. C'est là que vivait, à quelques mètres seulement de la maison du vainqueur du jour, un excellent colombophile en la personne de feu Jean-Marie Chapelle, décédé beaucoup trop jeune en 2007. Si ses débuts en colombophilie datent du milieu des années '80 et que c'est via l'intermédiaire de son grand-père qu'il s'intéressa à son hobby favori, c'est grâce à Jean-Marie, son voisin et ami, qu'il doit ses succès actuels. En effet toute sa colonie repose sur les pigeons de son ami. 
La colonie de Didier repose sur 16 mâles veufs (8 vieux et 8 yearlings) et 5 femelles de jeu dont la lauréate internationale. Il n'a aucuns reproducteurs et éléve donc avec ses voyageurs. Ceux-ci sont accouplés durant le mois de décembre pour élever deux jeunes. Ils sont ensuite mis au veuvage et ne sont jamais remis en ménage avant la saison. Concernant la préparation, la femelle est partie vers Narbonne sur un jeune de 10 jours. Avant son exploit, elle avait participé à plusieurs concours de vitesse avant d'enchaîner sur Orléans, Bourges, Poitiers et Brive. Simple comme bonjour!

L'arrivée

Didier avait demandé à son fils de consulter les arrivées sur PIPA afin d'en apprendre davantage sur le déroulement du concours. Quatre pigeons étaient alors signalés dont le premier belge au court point, Rémy Vantorre de Virelles. Après un bref calcul et sans se douter évidemment de ce qui allait se produire, Didier retourna à ses occupations dans la maison. Peu après 17h00, alors qu'il n'était pas encore au poste, il regarda dans le jardin en direction du pigeonnier et aperçu la queue de sa femelle qui venait de rentrer dans le spoetnick. Ni une ni deux, il s'empressa d'aller la constater électroniquement (Didier ne dispose que d'une planche électronique et doit passer lui-même les pigeons dessus). Ouf! Tout était finalement en ordre mais il avoue lui-même que certains ont vu des victoires leur passer sous le nez pour bien moins que ça! Après avoir annoncé le pigeon au local, il pouvait finalement officialiser sa constatation sur PIPA et il comprit très vite que le pigeon allait être tôt. Puis vint la délivrance en fin de soirée avec d'abord la victoire nationale, puis la victoire internationale confirmée le lendemain! Le bonheur total...

- 'Ma Belle' (BE12-9076044)

2013:
Orléans      81/1.039 p.
Bourges        13/439 p.
Poitiers       27/147 p.
​Brive          83/258 p.
2012:
Soissons       48/453 p.
La Souterraine 51/348 p.


La championne de Narbonne.

L'oeil de la lauréate internationale.

Hormis les numéros de bague de ses parents et de ses grands-parents, la femelle ne possède pas de pedigree. Didier avoue même ne disposer d'aucun programme spécifique pour les pedigrees. Il n'en a que faire et, au fond, il a bien raison. Cela lui permet de pratiquer son hobby sans pression en se focalisant uniquement sur les résultats remportés par ses protégés. Ici, durant la sélection, aucun pigeon n'est conservé par manque de résultat sous prétexte qu'il provient de telle ou telle lignée. Si son niveau est jugé insuffisant, il disparaît, point à la ligne.

La victoire de Didier, c'est un peu comme l'histoire de David contre Goliath, lui qui est à la tête d'une colonie de taille modeste et qui puise sa satisfaction dans l'unique fait de voir revenir ses pigeons de plusieurs centaines de kilomètres, peu importe la performance! C'est la colombophilie pratiquée dans le sens le plus noble du terme, comme nous l'avons écrit plus haut... puisse cet aspect perdurer encore longtemps dans la pratique de notre hobby! Didier, félicitations pour cette magnifique victoire!