Zoeken

Baleau Jean Jacques - Moignelée (BE) 3ème champion national RFCB Vitesse pigeonneaux 2009.

Après des visites à Sombreffe et Mettet, respectivement chez les tandems Thibaut-Boons et Molle-Fallay, je continue mon périple namurois en me rendant chez Jean-Jacques Baleau, auteur d’une saison tout bonnement exceptionnelle surtout avec la jeune génération.

Saison qui sera ponctuée d’une troisième place au championnat national vitesse pigeonneaux, une grande première pour notre ami.
Les colombiers sont érigés rue de Namur à Moignelée, village limitrophe entre les provinces de Hainaut et de Namur, à quelques encablures de Fleurus.

Les débuts
Ayant eu un grand-p0ère colombophile, c’est assez normal que Jean-Jacques possède la fibre colombophile en lui. Il se fît la promesse que, lorsqu’il s’installera à son propre compte, des pigeonniers se trouveraient au fond du jardin. Ce fût chose faite en 2001, date de la première licence, lorsqu’il s’installa à l’adresse actuelle avec son épouse Sandrine.
Des débuts relativement encourageants en vitesse et demi-fond furent enregistrés jusqu’à 2003, année ou il fût contraint à stopper ses activités colombophiles pour raisons personnelles.
Il continua toutefois à jouer en dilettant chez sa grand-mère, Yvonne Fournier, elle aussi colombophile dans l’âme, mais le jeu ne se pratiqua pas à fond.

Un nouveau départ
Année 2007, tel le phoenix qui renaît de ses cendres, Jean Jacques réalise son ‘coming out’, toujours à Moignelée. Mais cette fois-ci, sous l’impulsion de son ami Jean-Marc Thibaut (tandem Thibaut-Boons), les objectifs sont nettement revus à la hausse. Outre les pigeons, ce sont surtout les judicieux conseils apportés par Jean-Marc qui permettent à la colonie de franchir un palier. Etant plus ou moins concurrent, Jean-Marc ne fût pourtant pas avare de conseils envers Jean-Jacques, chose que celui-ci tenait ouvertement à souligner. Il est également rare qu’une colonie de cette envergure se permette de prendre sous ses propres ailes un concurrent direct, jusqu’à ce qu’il arrive désormais, à peu de chose près, à l’égaler.
Au niveau des origines (et nous parlerons ici de celles faisant souche et comportant plusieurs unités car la liste des introductions individuelles serait beaucoup trop longue, Jean Jacques tient d’ailleurs à s’en excuser), on retrouve bien entendu les Thibaut-Boons, les Gheenens-Peeters, Van Avondt, Smits-Mellaerts, Deno-Herbots. Tout ce beau monde est logé dans une annexe à l’arrière du pigeonnier de veufs, parfaitement construite et aérée. Ils sont mis en ménage au mois de décembre pour assurer la pérennité de la colonie.

La jeune génération
On peut vraiment le dire, les jeunes constituent vraiment le cheval de bataille de cette colonie. Les vieux ne sont pourtant pas négligés : cette année encore, on notera le 33e semi-national de Jarnac de 3854 vieux, le 112e national Bourges de 11756 vieux avec le 2e provincial, le 106e national d’Argenton de 6444 yearlings toujours avec le 2e provincial,  le 52e national de Guéret de 2636 vieux.
La première tournée de hâtifs est composée d’environ 90 unités. A ce sujet, Jean Jacques a pris l’habitude de se rendre chaque année au mois de janvier au marché de Lierre afin de se procurer une dizaine de jeunes. Il ne dérogea pas à la règle pour 2010. Le reste de l’équipe est bien entendu issu des reproducteurs. Les jeunes sont occultés de mars à juin suivant la méthode classique. Disposant de plusieurs pigeonniers, certains sont joués au naturel, d’autres le sont avec le système de la porte coulissante. Ces derniers ne sont toutefois pas séparés avant Bourges national. En pratiquant de la sorte, ils sont surmotivés pour les trois dernières étapes nationales, moment ou l’efficacité du système est la plus accrue. La performance de Guéret en est la preuve. Les jeunes joués au naturel offrent aussi la possibilité non négligeable d’être joués sur position. Jean Jacques procède également à un entraînement en pleine semaine à Momignies (70km). Pour se faire, il peut compter sur l’aide précieuse de sa femme Sandrine qui prend en charge l’éducation de la jeune génération. Cela libère un peu de temps dans le planning quotidien de Jean Jacques , déjà fort chargé avec les différentes volées, ainsi que de s’occuper du reste de la colonie.

Les vieux
Les résultats cités plus haut sont bel et bien la preuve qu’à Moignelée, on sait être présent et performant sur tous les fronts. Une trentaine de veufs prendront part aux épreuves en 2010.
Des femelles sont également jouées au veuvage dans d’autres colombiers, avec un partenaire attitré qui reste à la maison. Inutile de préciser que tout ce petit monde nécessite des soins adéquats et que cela requière un investissement conséquent. Jean Jacques se retrouve donc avec une énorme charge de travail quotidiennement. ‘Elever un maximum pour connaître la véritable valeur des pigeons’ voilà la maxime que l’on pourrait lui attribuer. Il sait également qu’il devra réduire ce nombre si il ne veut pas devenir esclave de ses protégés.

Guéret
Etant occultés, les jeunes sont joués aussi longtemps qu’ils peuvent l’être, c'est-à-dire généralement jusqu’au mois de septembre. Programmé le dernier week-end de septembre au calendrier national, Guéret constituait le dernier grand-rendez vous de la saison. Le vent d’ouest-sud ouest laissait entrevoir de belles possibilités pour les amateurs du coin ayant enlogés des pigeons en plumes & en forme. Six vieilles femelles & 54 pigeonneaux furent enlogés. Deux pigeonneaux arrivèrent à 3 minutes d’écart, bon pour les 29e et 64e national de 14245 jeunes… dans le mille !
Une vieille femelle remporte également le 52e national de 2636… un week-end inoubliable pour cette toute jeune colonie avec leur première grosse prestation au niveau national !
3e place au championnat national vitesse pigeonneaux
Comme déjà dit plus haut, Jean Jacques a vécu une année faste avec ses pigeonneaux.  Sa femme Sandrine n’y est pas étrangère. Il est inutile de rappeler les exemples de femmes apportant leur petite touche dans la colonie de leur conjoint, touche qui est dans la majorité des cas synonyme de succès. Si Miet Van Hove est la plus célèbre d’entre elles, Sandrine vient sans doute de réaliser de fameux débuts et elle fait maintenant partie du cercle restreint des femmes colombophiles.
A ce titre, Jean-Jacques souhaitait la remercier pour son aide si précieuse, au même titre que sa grand-mère, malheureusement décédée depuis, ainsi que Jean-Marc Thibaut pour ses conseils.

Résultats rentrés pour le championnat national :
Soissons 4/07:
1er M:36/396       2eme M:4/396
Melun 26/07:
1er M:19/653      2eme M:18/653
La ferté 2/08:
1er M:36/839      2eme M:1/839
La ferté 9/08:
1er M:1/660       2eme M:64/660
Melun 16/08:
1er M:3/383       2eme M:5/383
La ferté 23/08:
1er M:9/792       2eme M:11/792
 
Ces résultats sont l’œuvre de cinq pigeons différents, dont les deux principaux sont les ‘O48’ & ‘267’.
Le ‘267’ remporte le 18/653, 1/839, 64/660 & 5/383. Le ‘O48’ le 36/396, 19/653 & 36/839.
Le premier a été acheté au marché de Lier, le second est un croisement Deno x Van Avondt, hors des lignées du ‘020’ Verbruggen & ‘James Bond’ Vandenabeele.

En s’entourant de très bonne manière, les investissements en temps et en argent s’avèrent bien souvent payants. Ce fût le cas ici à Moignelée. On commence inconsciemment à viser plus haut et à rêver d’une top prestation sur un gros concours. Ces désirs doivent être abordables. Croire en ses rêves nous permet parfois de nous surpasser et quoiqu’on en pense, c’est aussi le cas en colombophilie. Pour preuve, la différence entre ceux qui ne laissent rien au hasard et ceux chez qui l’aléatoire tient une place prépondérante. Observation, soucis du détail, deux concepts que Jean Jacques s’est empressé d’adopter…
Il ne me reste plus qu’à te souhaiter à toi ainsi qu’à ta famille une magnifique saison 2010.
Toutes nos félicitations.

Reacties

Félicitations pour cette superbe saison.

Laurent Sauvage

Toutes mes félicitations pour ces magnifiques résultats. Bonne saison 2010 !!!!

Michel NOËL