Guy Wauthier (Mont-sur-Marchienne, BE) remporte le 1er national Jarnac de 3.734 yearlings

Une deuxième victoire nationale pour fêter une carrière colombophile de plus de 50 ans, voilà indéniablement de quoi marquer le coup! Guy Wauthier peut savourer et boire un petit pastis pour fêter l'occasion!

Constaté à 15h51''47 après avoir parcouru une distance de 619 kilomètres, le pigeon de la colonie Wauthier réalise la vitesse moyenne de 1.165,75 m/min, soit une avance de plus de 8 m/min sur le pigeon de la colonie de Guy & Michael Regnier (1.157 m/min) qui passe donc à côté d'un deuxième sacre national en moins d'un mois après la victoire remportée sur Argenton I. Erik Limbourg de Brussegem complète quant à lui le podium grâce à une vitesse de 1.150 m/min. A noter qu'avec sa vitesse, le vainqueur national yearling ne se classerait qu'en dixième position du classement vieux.

Guy Wauthier (72 ans, indépendant retraité) avait déjà eu l'occasion de remporter une victoire nationale sur Limoges en 1992. C'est donc la deuxième fois qu'il remporte la timbale. Comme il nous l'a confié, la victoire de ce dimanche dernier contribuera à lui redonner goût à la colombophilie. Epicurien et étant retraité depuis vingt ans, Guy aime profiter de la vie et s'adonne à de nombreuses occupations. Il passe d'ailleurs très peu de temps au pigeonnier, une fois au matin et une fois au soir tout au plus. Ces derniers temps, il s'est souvent demandé s'il n'allait pas mettre un terme à la pratique de son hobby. Sa victoire nationale arrive donc à point nommé et contribuera à le remotiver davantage. D'autant plus que cette année, il se classe également 1er champion par équipe sur la route du Rhône et 5e As Pigeon Route du Rhône avec le '442/11', un pigeon qui réalise un joli 3/3 sur Valence, Montélimar et Marseille et qui remporte le 5e national Montélimar de 3.868 pigeons. La magie a donc une fois de plus opéré!

Une longue carrière colombophile

Tout gamin, Guy était déjà passionné par les pigeons. Son père étant lui-même colombophile, c'est tout naturellement qu'il contracta le virus. Les jours de concours, il scrutait constamment le ciel afin de voir revenir les pigeons du quartier qui comptait alors de nombreuses colonies, comme un peu partout ailleurs à l'époque. Peut-être s'était-il alors juré de goûter à ce hobby lorsque l'occasion se présenterait à lui. Plus tard, il fonda sa propre entreprise de toiture et les affaires furent juteuses. A la tête d'une équipe de 24 hommes, il construit son hangar dans la cour de sa propriété et c'est sur le toit de ce hangar que furent érigés les premiers colombiers. Nous sommes alors en 1964. Il en 1972, il achète le terrain jouxtant sa maison afin de faire agrandir son hangar... et par la même occasion y ajouter un deuxième module de colombiers! Depuis lors, ces colombiers n'ont pas changé et force est de constater qu'ils produisent encore des pigeons d'exception! 

Sa colonie a toujours reposé sur les pigeons du réputé Marc Roosens, une légende colombophile dont la souche de pigeon est à l'origine des succès de plusieurs centaines de colonies. Cette base a alors été enrichie grâce à des achats effectués 'à gauche, à droite', tant chez des amateurs que du coin que chez des noms plus réputés. Mais Guy insista surtout pour qu'on nomme les pigeons Roosens. 

Jarnac

Guy Wauthier avait enlogé 14 pigeons sur Jarnac, 7 vieux et 7 yearlings. Outre la constatation de son yearling, il constate son premier vieux à 17h01 et fait ainsi la 3eme occasion au local de Pont-à-celles. Il faut dire qu'un violent orage a frappé la région de Charleroi durant l'arrivée des pigeons. Le futur vainqueur national est arrivé juste avant que n'éclate l'orage. Il est venu hors ligne, par derrière, de Charleroi plus précisément et n'a pas perdu une seule seconde en arrivant. Peut-être cela explique-t-il le grand écart entre le premier vieux et le premier yearling. Nous avons voulu savoir si le pigeon avait été spécialement motivé. Guy avoue alors avoir remarqué que depuis quelques jours, il tentait de prendre possession du casier d'un de ses comparses. Mais rien de spécial n'a été tenté avant l'enlogement. Apparemment, c'était suffisant pour réaliser l'exploit!

Comme toute la colonie (une dizaine de couples de reproducteurs, 30 veufs), le vainqueur national a été accouplé fin novembre pour l'élevage d'un couple de hâtif. Il a ensuite passé seul le reste de l'hiver avant d'être accouplé de nouveau vers la mi-mars pour un couvage de 3 à 4 jours. Le veuvage pouvait alors commencer!


Le vainqueur dans son casier.

Père: '125/11' (BE11-3002125), direct Etienne Devos (Deerlijk).
GP:'653 Zidane', fils de l'exceptionnel 'Zidane' (vainqueur du 1er international Carcasonne 10.329 p. ainsi que le 3e national Albi 5.064 p. en 2006) x 'Danyelle' (soeur du 1er national Montélimar et du 1er international St Vincent)
GM: 'Lucks duivin', fille du '285/04' qui gagnait le 1er Châteauroux 442 p., 7e Argenton 472 p. mais surtout le 2e national Limoges 9.545 p. x 'femelle Bosua'
Mère: '540/11' (BE11-3091540), directe Peter Allemeersch (Vurne). 
GP: 'Da Vinci II', 345e national St Vincent I, 65e international St Vincent II, arrière-petit-fils du 'Witbuik' Batenburg-Van de Merwe.
GM: 'Soeur St Vincent 06', 100% André Vanbruaene.

Palmarès

26/04 Laon      13/154
01/05 Soissons   4/178
03/05 Nanteuil  42/260
25/05 Jouy      19/...
15/06 Nanteuil  21/...
27/06 Guéret 108/1.189
​17/07 Lorris     17/59

Guy, félicitations pour cette belle victoire et un grand merci pour l'excellent accueil!


Les installations de la rue Emile Vandervelde