Poussart Daniël - Bourlers - Hainaut (BE)

Situé aux fins fonds de la botte du Hainaut, Bourlers est un petit village faisant partie de la ville de Chimay, ville qui est le berceau des princes de Chimay.

Elle est surtout connue pour sa bière et ses fromages fabriqués à l’abbaye de Scoumont qui est une des six abbayes occupées par des moines trappistes en Belgique. Certaines vieilles gloires de notre sport colombophile national, installées à quelques encablures du village, brillèrent par leurs performances sur les concours nationaux
à l’image des Regnier de Couvin, Marcel Denis de Bailleux ou encore le très célèbre Albert Monin de Cul-des-Sarts.
 C’est à quelques centaines de mètres de ce lieu de rendez-vous pour bons vivants qu’a élu domicile Daniel Poussart, qui s’attèle aujourd’hui à honorer ses illustres prédécesseurs.  Colombophile depuis sa plus tendre enfance en compagnie de son frère Olivier, lui aussi colombophile à Vaulx et spécialisé dans le jeu à pigeonneaux, il a très vite construit de ses propres mains un pigeonnier dans son jardin.

Une philosophie bien spécifique
Avant d’aller plus loin dans cet article, il serait utile de localiser géographiquement notre hôte du jour. Il se trouve à à peine 5km de la France, donc à l’avant-main de n’importe quel rayon, mais surtout dans le fin fond de la botte du Hainaut. Les alternatives concernant le choix d’un créneau n’étaient pas légion. Le fond s’avérait être une des seules solutions plausibles. Les performances réalisées par son équipe sont d’autant plus appréciables de par sa localisation.

Comme illustré dans cet article, Daniel ne possède qu’un seul pigeonnier ‘de jeu’ composé de quatre compartiments qui abritent une équipe de +/- 30 veufs (moitié - moitié). Il s’agit donc d’un des plus petits colombiers de Belgique, surtout au vu de la discipline exercée. La comparaison avec Marcel Aelbrecht avait d’ailleurs déjà été faite lors d’un précédent reportage, notamment concernant le faible nombre de pigeons détenus, cela tout en sachant que la situation géographique n’est pas la même non plus. Une comparaison de ce genre est bien sûre tout à l’honneur de Daniel.
Une des raisons de cette faible occupation est due tout d’abord à ses occupations professionnelles. Faire les choses à moitié ne l’attire guère donc il est contraint de se limiter en nombre. Mais la cause principale de ce choix découle de la philosophie du patron. Un de ses objectifs principal est de véritablement créer une souche, sa souche, basée sur la rusticité et la résistance. Des pigeons de fer avec un moral d’acier qui, pour taper la tête, doivent bénéficier de conditions de vols dantesques à savoir : vent de face (1200 m/min grand max), temps chaud (de préférence canicule) et ciel parfaitement dégagé. Lorsque j’utilise le mot souche, c’est à juste titre étant donné que les introductions sont extrêmement rares ! Daniel a la chance de pouvoir s’appuyer sur deux têtes de lignées exceptionnelles et dont les origines, qui plus est, ont des accents locaux. Lorsque vous visitez un peu sa colonie, l’impression que l’on est qu’au début de la ‘Poussart story’ se ressent immédiatement. Les générations ’09 et ’10 sont légèrement supérieures qualitativement par rapport à leurs aînés, chose qui nous laisse entrevoir de très belles possibilités pour les trois années à venir.
Cette ‘construction’ n’est possible qu’avec une sélection hyper draconienne basée notamment sur l’obtention de top 100 ! Rares sont les colombophiles à pratiquer de la sorte, là ou la majorité d’entre nous pensent à boucher les trous, ici le couteau est toujours bien en vue.
Un point marquant de cette philosophie est bien sûr la participation spécifique à certains concours. Outre la ligne du Rhône, qui ne constitue étrangement pas le point d’orgue de la saison, Daniel affectionne particulièrement des étapes comme Montauban, Narbonne et Béziers dans le temps.
Donc des étapes un peu plus recentrées, qui se déroulent dans des conditions éprouvantes dans la majorité des cas. Les équipes engagées sur ces deux étapes dépassent rarement quatre pigeons.
Depuis ’05, pas moins de 9 top 100 ont été engrangés sur ces deux étapes pour un total de plus ou moins 50 pigeons engagés sur les six dernières éditions de chacun de ces deux concours. C’est tout simplement remarquable ! La prestation de Montauban 2005 est encore dans toute la mémoire. Cette année-là, Daniel remportait le 3e, 43e, 44e, 96e national face à 7.303 p. Seulement sept amateurs réalisèrent un doublé dans les 100 premiers nationaux, Daniel s’octroya la plus grosse part du gâteau avec pas moins de 4 top 100 sur seulement 6 vieux engagés !!!! Parmi eux, les trois premiers étaient frères et sont aujourd’hui les fers de lance du pigeonnier de reproduction sur lesquels nous reviendrons plus loin. Cette réussite incroyable est due au fait que les pigeons sont bichonnés, préparés tip top pour ces deux échéances et que Daniel ne les enloge que si il est sûr de pouvoir briller.

Les pigeons sont généralement joués jusque 4, 5ans après quoi la majorité d’entre eux sont versés à la reproduction pour bons services rendus. Les cracks de la colonie tels  le ‘Montauban 1’ (BE 03-9067843) ou encore le ‘Castres’ (BE 04-9073742) en sont les meilleurs exemples. Les yearlings eux sont relativement ménagés. Ils participent au programme de demi-fond, majoritairement des Giens et des Epernay après quoi ils doivent réussir leur unique test de grande envergure, le Tulle de début août. Limoges constituait auparavant une autre alternative mais une mauvaise expérience sur ce concours,vécue il y a quelques années, a contribué à modifier quelque peu les plans. En procédant de la sorte, Daniel dispose de 2ans suffisamment développés physiquement, moins fougueux et donc 100% aptes à crever l’écran. Ce profond respect du pigeon doit cependant être mérité dès l’âge de 2ans lorsque les choses sérieuses commencent. ‘Marche ou crève’, tel pourrait être son adage.
C’est cette philosophie qui avait déjà séduit PIPA il y a plusieurs années. Mais la séduction n’en était qu’à son commencement car c’est véritablement lors de la visite de cette colonie que le courant passa à 100%. Rarement, il nous avait été donné de contempler une telle homogénéité, une telle concentration de cracks, de qualité, de surcroît dans une si petite colonie.
Actuellement, il vous est donné l’occasion de puiser dans ces superbes lignées via nos enchères.
Ne laissez pas passer cette chance car, croyez-nous, nous ne sommes qu’au début de la ‘Poussart story’.

Lignées de Base
Couple de base N°1
«Le Krack»(BE 97-9049494) X «Didi Rhône Valley» (BE 97-3299385)

  

  

Ce mâle est donc issu d’origines locales puisqu' il provient de pigeons de Marcel Denis de Bailleux, qui fut une vieille gloire, notamment sur Barcelone. Le père du «Krack»(BE 88-0015726) a d’ailleurs remporté 3 premiers locaux sur Barcelone. Avant d’être un excellent reproducteur, le  «Krack» était avant tout un prodigieux voyageur. Il remportait e.a. le1/1.033 p. La souterraine , 1/1.292 Toury, 8/3.796 La souterraine, 31/1.154 Argenton, etc.
La «Didi Rhône Valley» est une femelle aux origines prestigieuses. Son père est le «Golden Didi» (BE 92-3092619), propre frère du «Kleine Didi» d’Etienne Devos. Est-il nécessaire de présenter ce pigeon ? Sa mère est la «Rhône Lady» (BE 95-5247234), une femelle aux origines prestigieuses qui sont d’ailleurs à la base de ‘Camille’  1er national Barcelone 12.612 p. en ’07 chez Harinck-Poelmans de Genk.
Ce couple a donc produit la dynastie des Montauban qui brilla sur ce concours en ’05. Le principal de ces 3 frères est le ‘Montauban 1’ (BE 03-9067843) qui est en train de devenir le reproducteur N° 1 à Bourlers, du moins le digne successeur de ces illustres parents. Un autre fils du couple, le ‘Montauban 4’ (BE 06-9031415) remporta en ’08 le titre de 10e as pigeon national fond RFCB/KBDB avec e.a. le 183e national Brive 14.521 p. ,302e national Montauban 5.438 p. , 340e national Souillac 7.315 p. En 2009, 39e national Montauban 7.203 p., 81e Zone C Limoges 2.429 p.
 Le meilleur reste cependant peut être à venir avec le ‘Montauban 5’ (BE 07-9088569) qui remporta en cette année 2010, le 175e national Montauban 6.654 p. avec le 32e Zonal C de 2.179 p. ainsi que le 17e national Narbonne 6.362 p. avec 19e international face à 13.531 pigeons et 1er provincial 1.311 p.

  

En 2009, déjà le 145e national Montauban 7.203 p. avec le 50e zonal 2.551 p.
Pour 2011, Daniel place tous ses espoirs dans le ‘Tulle’ (BE 09-9043984) qui remporte en 2010 le 115e national Tulle 8.313 p. avec le 36e zonal 2.851 p. , un véritable exploit car il a probablement dû voler ¾ du parcours seul (à noter, palmarès incomplet). Ce ‘Tulle’ est-ce que l’on peut considérer comme le résultat le mieux abouti des croisements des deux lignées principales. Son grand-père maternel est le ‘Montauban 1’, propre fils donc du couple «Le Krack» X «Didi Rhône Valley».  Du côté paternel, on retrouve la lignée du 2e couple présentée maintenant.

Couple de base N°2
«Le 498»(BE 93-20498) X «La perle rare» (BE 01-8015832).

 

  


Ce «498» est un fils du «Petit Brive» (BE 92-17704), un fils du 3e national Brive ’93 chez Jean Marc Calice, un pur Marcel Denis, accouplé avec la «811» (BE 93-19811) une directe Marcel Denis elle aussi.
La «Perle rare» est aussi une pure Denis. Son père est le «82» (BE 96-9103082), reproducteur de base au début, accouplé sur la «084» (BE 94-9145084).
Voici leur descendance :
- L’ "Olympic" 765/02qui remporta le 67° Nat Béziers 5.934 p. avec le 84° International 6.602 p. en '04
- Le "Nerveux" 837/03
qui remporte en '05 Montauban Nat 7.303 p. 96 Nat Zone 2.455 p. 26
- Le "Castres" 742/05 qui remporte
‘05 Castres CFW 835 YL 1 S/Nat 1.682 YL 4
'06 Bourges Prov 1.094 p. 50
'06 Clermont Ferrand 907 p. 15 Interprovincial 4.546 p. 40
'06 Narbonne Nat 6.033 p. 60 International 9.634 p. 68
Remporte en 2008 +/- le 550e Nat Barcelona 11.484 p.
Père du ‘Tulle’.

    

- L’ "Orange" 427/06:
remporte le 90° Nat Orange 4.587 p. en 2008 avec le 54° Nat Zone C 2.505 p.
(actuellement en vente)
- Le "Narbonne" 445/06:
Qui remporte en 2008 le 24° International Narbonne 12.218 p. avec le 14° National 6.801 p.
On doit donc désormais rajouter le ‘Tulle’ présenté plus haut en tant que sous produit.

  

ous souhaitons à Daniel de poursuivre son ascension vers les sommets. Une victoire nationale serait la bienvenue pour encore lui donner une dimension supplémentaire. On y travaille activement du côté de Bourlers.
Toutes nos félicitations !