Rechercher

Burlion Anthony - Villereau (Fr) 4 sur 4 sur les internationaux de la Coupe d'Europe avec "La Fifille".

En 2009, au colombier BURLION Anthony - Villereau, (Fr) « La Fifille » a réalisé une performance exceptionnelle : se classer sur 4 internationaux de la Coupe d’Europe !

L’histoire de la « Fifille »
Tout démarre en août 2006 où en pianotant sur internet j’aperçois une annonce pour un pigeon d’origine Eric VITEL qui est à vendre pour un prix très raisonnable.
Je décide alors de contacter le vendeur ( Mr Bruno PEREZ ) qui me précise qu’il lui reste plusieurs pigeons d’origine Eric VITEL.
De ce fait, je contacte Emilien ODIOT qui était à la recherche de la perle rare pour se rendre ensemble au colombier de Mr PEREZ.
Arrivé sur place, Mr PEREZ a précisé qu’il vendait tous ses pigeons puisqu’il arrêtait la colombophilie.
Mr PEREZ nous a fourni les pedigrees des pigeons à vendre et au final nous sommes repartis avec quinze pigeons. ( huit au colombier BURLION Anthony et sept au colombier ODIOT Emilien )



Chez tous ces pigeons coule le sang d’origine Eric VITEL.
’est au début de l’année 2007, que sont nés les premiers jeunes  des couples d’origine Eric VITEL et  parmi lesquels nous allions découvrir quelques années plus tard « un couple en or » : les parents de la « Fifille ».
Durant cette année 2007, tous les jeunes ont été joués sur la majeure partie des concours pour pigeonneaux. Nous n’avons bien sûr pas tenu compte de leurs classements mais nous avons toutefois fait attention au retour des concours les plus éprouvants,  l’état de fraîcheur dans lequel ils revenaient car notre seul objectif était qu’ils participent aux joutes internationales dans les années à venir.
Le seul objectif pour les pigeons du colombier BURLION est de réalisé de belles performances sur les concours internationaux. ( d’ailleurs en 2002, le meilleur voilier de Nicolas remporta le 1er prix national français sur Marseille international )

Durant la saison 2008, ces mêmes pigeons d’origine E. VITEL ont participé, après quelques épreuves préparatoires, aux concours yearlings de MONTAUBAN National, St VINCENT I international  ( concours très éprouvant ) et ST VINCENT II euro-région.
A cette époque, plusieurs colombophiles me disaient que j’étais trop dur avec mes yearlings et qu’ils ne feraient plus de prix les années suivantes.
Petite précision, c’est au cours du 3ème concours sur ST VINCENT II que nous réalisons notre plus beau classement en remportant les 3ème et 4ème place National. Et c’est déjà « La Fifille » qui se distingua en remportant le 3ème prix National sur ce St VINCENT II.
Au début de la saison sportive 2009, tout se déroulaient très bien jusqu’à ce que l’on s’aperçoive quelques semaines plus tard, après un concours de vitesse, que nos pigeons rentraient défaits et affaiblis.
L’inquiétude était grande, car cela arriva 10 jours seulement avant notre participation à la première joute internationale ( PAU ). Nous avons donc du prendre un rendez vous de toute urgence chez le vétérinaire. Le diagnostic du vétérinaire est le suivant : ornithose, coryza et grippe chez certains pigeons. Le vétérinaire nous précisa également que si nous participions à PAU, nous ne réaliserions probablement  pas de prix de tête étant donné le délai trop court entre le traitement et la mise au panier de nos pigeons pour PAU.
Même si nos voiliers étaient loin d’être au meilleur de leur forme, nous décidions quand même d’engagés sept d’entres eux sur PAU international.

« La Fifille » était le plus en état et avait mué sa première plume ( même fleurie le jour de l’enlogement ). Sur les conseils des champions Alain et Valérie POCHOLLE, « la Fifille » est partie sur un jeune né seulement 30 minutes avant que nous la retirions du colombier pour nous rendre au club de Maubeuge pour la mise en loge de Pau ).
Mais, c’est un mâle au veuf déjà primé sur Pau et St Vincent que nous avons choisi comme premier marqué.
Résultat : deux prix à l’international et c’est « la Fifille » (53ème international Femelle ) qui arrive la première au colombier.
Le second pigeon est un mâle ( âgé de deux ans lui aussi ) et qui était notre premier arrivé en yearling l’année dernière sur ST VINCENT I au déroulement rendu très difficile par les conditions météorologiques.

Revenue « en pleine forme » de PAU, nous avons remarqué que « La Fifille » était dans un état de forme supérieur à tous nos autres pigeons c’est pourquoi nous avons décidé de l’engagée comme 1ère marquée sur BARCELONE international d’autant que nous pensions que les conditions météorologiques seraient « facile » ( vent de sud ).
Toutefois, à la lecture des premières annonces nous nous sommes vite aperçus que le déroulement de ce Barcelone 2009 s’annoncé comme beaucoup plus difficile que prévu.

Et c’est à notre grande surprise, que la « Fifille »arriva peu après 10h du matin et en pleine forme !
Elle se classe 15ème au national français et 3ème au local ( avec plus d’une heure d’avance sur le deuxième pigeon du même secteur – les deux premiers prix au local ayant été enlevé par un amateur du département de l’Aisne – Mr MARTIN Serge ).
A son retour de Barcelone, « la Fifille » fit deux tours autour du colombier avant de se poser sur le colombier et de faire la roue en voyant mon père. En effet, depuis son retour de Pau, « la Fifille n’a plus de mâle car il n’est pas rentré de Pau : elle est alors tombé amoureuse de son soigneur !!!
Une osmose s’est installée entre l’homme ( mon père )  qui lui parle et l’animal ( « la Fifille ) qui lui répond en faisant la roue.

Nous étions stupéfaits de son état de fraîcheur alors qu’elle venait de parcourir près de 1000 km pour rejoindre son colombier. « La Fifille » ne présentait aucune marque de fatigue, et elle est revenue dans le même état de forme qu’avant son départ pour Barcelone.
C’est alors, que nous sommes posés la question suivante : et si nous l’engagions pour MARSEILLE international ?

 A l’enlogement de MARSEILLE, Emilien ODIOT m’a précisé que « la Fifille » n’était pas très gonflée. Cela ne m’a ni surpris, ni inquiété car elle ne l’était pas non plus aux précédents concours et que je savais qu’elle était en super condition de forme. ( sinon, je ne l’aurais pas engagée ).
MARSEILLE, fut finalement lâché le lundi, et le doute s’est installé en moi lorsque le soir, « La Fifille » n’était pas de retour au colombier.
Mais, c’est tôt le lendemain matin que « la Fifille » se pointa et encore une fois, elle a fait quelques tours autour du colombier avant de se poser et de faire la roue m’a déclaré mon père par téléphone.

A cet instant, je me disais qu’elle ne participerait pas à Perpignan, car elle en avait déjà assez fait cette année.
Mais, après l’avoir pris en main, peu de temps après son retour de MARSEILLE, je me suis aperçu qu’elle était dans un état exceptionnel ( je dirais même mieux qu’avant de l’avoir engagé sur MARSEILLE ) : ses plumes étaient toutes blanches et concernant son poids, elle n’avait pas perdu un gramme !

Décision était prise alors de l’engager sur PERPIGNAN international.
Si elle faisait prix, elle remporterait alors son quatrième prix INTERNATIONAL cette année après Pau, Barcelone et Marseille.
Moi-même, mon père et mon frère étions tous trois persuadés que « la Fifille » était toute proche de réaliser un exploit en remportant, la même année, quatre prix internationaux repris pour la Coupe d’Europe.
Bien sûr, nous ne prendrions aucun risque, si nous remarquions que « la Fifille » était contrariée ou ne serait plus dans sa superbe condition habituelle, alors nous prendrons la sage décision de ne pas l’engagée sur Perpignan.
Les conditions habituelles de préparation pour « la Fifille » sont respectées, elle sera joué au veuvage et prendra un bain deux fois par semaine.
Le jour de l’enlogement de PERPIGNAN, Emilien ODIOT repris « La Fifille » en mains et nous a précisé qu’il trouver notre femelle au top mais toujours pas gonflée.
Et puis ça y est, PERPIGNAN est lâché, nous attendons avec impatience « La Fifille ».
Mon ami Jérémie DEHEN est venu assister à l’arrivée de nos pigeons et c’est le soir même qu’il voit « La Fifille » arriver de derrière ! Elle est passée trop vite ! Mais peu importe ; elle est constatée à 20h13 pour son quatrième prix international cette année !
Je terminerais ce reportage par un clin d’œil, en précisant que j’ai rencontré deux phénomènes au cours cette année : « La Fifille » et Mr Jacky HARDY un trieur d’exception qui trie sur les bases ALAIRE et qui avait bien entendu repéré cette femelle et classée dans les meilleures.
C’est d’ailleurs grâce à ses conseils que j’ai demandé un super mâle à prêter à Jérémie !