Rechercher

Victoire internationale sur St-Vincent pour Dominique Daniel (Retschwiller, FR)

Contre toute attente, c'est à l'est de la France que réside le vainqueur international du concours de St-Vincent. Après des victoires nationales françaises remportées principalement à l'ouest en 2018, l'autre partie du pays se taille également sa part du gâteau.


Dominique Daniel & son épouse. (photo: Yannick Ungerer)

Victoire inattendue

C'est le moins que l'on puisse dire lorsque la victoire internationale de Dominique Daniel fut confirmée. Alors que les arrivées en France furent massives durant le premier jour de vol, celles-ci se trouvaient principalement sur la moitié ouest de l'hexagone. Cela aura eut le don de surprendre tout le monde lorsque Dominique Daniel annonça son pigeon constaté à 20h40''05 pour une distance de 917 kilomètres, soit à une vitesse moyenne de 1.118,33 m/minute, suffisant pour devancer le pigeon de Jérome Fruchart, longtemps resté vainqueur provisoire. Un peu moins de vingt minutes plus tard, Dominique Daniel constata un second pigeon, à 20h58''25 précise, soit à une vitesse moyenne de 1.093,87 m/minute, ce qui place ce pigeon sur la seconde marche du podium. Du jamais vu! Les constatations d'autres colonies situées sur la ligne de l'est (Jean-Marc Caro, vainqueur national belge et 3e international à 1.080 m/minute & Bernard Weishaar, 3e national FR et 4e international à 1.076,46 m/minute) confirmèrent ce que tout le monde croyait impossible: remporter les honneurs sur un concours international contre le vent et surtout la masse. Car il faut bien se rendre compte que pour réaliser une telle performance, ces quatre pigeons ont dû quitter le groupe très tôt pour emprunter une autre ligne de vol et regagner seuls leurs pénates. Cela mérite d'être amplement souligné et c'est tout à fait remarquable de constater à quel point le pigeon voyageur est capable de réaliser de telles prouesses.

Doublé international après deux victoires nationales en 2015 et en 2016

Dominique Daniel (53 ans et actif dans le secteur du transport) n'est pas un inconnu des concours internationaux. Situation géographique oblige, il n'est capable de se mettre en évidence que lors de certaines conditions, principalement par vent d'ouest. Ce fut le cas en 2015 lorsqu'il remporta le même jour le 1er national Narbonne face à 2.412 yearlings ainsi que le 2e national Narbonne face à 2.785 vieux (cliquez ici pour consulter le reportage publié à l'époque). Les conditions étaient plus ou moins similaires lorsqu'il remportait ensuite le 1er national St-Vincent (déjà) en 2016 (3e international de 10.643 pigeons), concours lors duquel l'Allemagne s'était taillé une grande part du gâteau. Le concours de St-Vincent du week-end dernier vient cependant de lui prouver que tout est possible en colombophilie. C'est donc contre toute attente qu'il vient d'enrichir son palmarès avec une double victoire internationale. Une performance dont il rêvait secrètement depuis de nombreuses années. Il faut dire qu'il s'est passionné très tôt pour les concours internationaux. Colombophile depuis ses 12 ans, il a hérité du virus colombophile de son père et a fait ses armes dans les concours fédéraux de la région. Mais son objectif a toujours été de briller dans les concours marathons. C'est la raison pour laquelle il s'est mis à la recherche de renfort afin d'aborder ces épreuves avec plus de sérennité. On retrouve ainsi les Chris Vandervelden et ses fameux Vanoppen, les Ko Van Dommelen, les Joseph Schmitz, les Freialdenhoffen, les Toni Hubbrecht ou encore les Jelle Jellema chez qui il acheta une femelle qui s'est révélée être une excellente reproductrice. Mais son pigeon de base porte haut les couleurs de la France puisqu'il s'agit d'un pigeon 100% Batenburg de Roger Sénicourt (Gravelinnes), spécialiste des concours internationaux en France. Ce '911' était déjà père du 2e national Narbonne vieux mais aussi grand-père du 2e national Narbonne yearlings. Aujourd'hui, on peut rajouter qu'il est également grand-père du 1e international St-Vincent mais aussi arrière grand-père du 2e international. Peut-on rêver mieux?


Le '911', reproducteur de base de la colonie.

- FR16-340909

Le vainqueur international est un mâle écaillé âgé de 2 ans et joué au veuvage. Chez Dominique Daniel, les yearlings sont joués au célibat et le système du veuvage n'est appliqué qu'à partir de l'âge de 2 ans. Après plusieurs concours de vitesse et de demi-fond, les yearlings sont généralement joués 3x au-dessus de 600 kilomètres afin de leur faire acquérir suffisamment d'expérience pour l'année prochaine. Le '909/16' n'était donc qu'à l'aube de sa carrière mais cela ne l'a pas empêché de remporter une superbe victoire internationale.


La tête du vainqueur international (photo: Yannick Ungerer).

1. St-Vincent Internat - 9.548 p. '17
   1. National France  - 3.076 p.
...

Cliquez ici pour consulter son pedigree.

Félicitations à Dominique Daniel pour ce superbe doublé international. Nous supposons que l'on reverra encore la colonie en tête d'une épreuve internationale dans le futur! Au vu de ce qu'elle y a déjà prouvé et de la qualité qui semble reigner au sein des installations, c'est loin d'être mission impossible. C'est en tout cas tout le mal qu'on lui souhaite.