Rechercher

Luc De Roeck - Manage (BE) 1er national Orange.

Originellement programmé début juillet, le national d’Orange prenait place cette année le dernier week end de juin. Après Montélimar, c’est la deuxième des trois étapes prévues sur la ligne du Rhône, trois semaines avant la dernière, le désormais classique Marseille international.

Introduction
Alors que la majorité des étapes du programme national de fond se trouve au centre ou à l’ouest de la France, Orange, de part sa position géographique, est généralement l’apanage des amateurs du sud du pays, et notamment pour les liégeois et les luxembourgeois, qui y voient la une occasion de se distinguer au plus haut plan. Cependant, densité colombophile oblige, les contingents les plus élevés se trouvaient en province de Hainaut et de Limbourg .
Les organisateurs du club fond Wallonie prirent la décision de libérer les 4.466 pigeons à 6h30.
Comme d’habitude serions nous tenté de dire, mistral et chaleur furent au rendez vous.
S’ensuivit également un vent de bec lorsque ces valeureux coursiers quittèrent la vallée du Rhône, compilée à une température étouffante, il n’en fallait pas plus pour utiliser le terme ‘vrai temps de pigeons’.
 
Les premières annonces se produisirent peu avant 16h au court point chez Alain Magnette de St Mard et lorsque vous jetez un œil au résultat national, vous pourrez vous rendre compte qu’aucun autre pigeon ne fût constaté dans les 16h ce qui signifie que ce pigeon, finissant à la 3e marche du podium, a du voler seul la majorité du parcours. Une magnifique prestation pour l’éleveur du ‘Belge’ de Firmin Schleininger.
Mais la plus grande prestation, celle pour laquelle cet article est bien entendu destiné, allait être réalisée par un citoyen de la région du centre : Luc de Roeck de Manage, constata en effet son ‘Orange’, un véritable crack, pour 17h29’’09, réalisant ainsi la plus grande vitesse du contingent avec 1074,677 m/min et remportant la palme nationale contre les 4.466 concurrents.
Il devança de peu le pigeon de Julien de Potter de Zottegem, réalisant une vitesse de 1073,291 m/min, la 3e place étant complétée par le pigeon de Magnette pour une vitesse de 1065,386 m/min.
Une différence d’un peu plus d’un mètre minute pour séparer le premier du deuxième donc.
‘ Elle a bien failli me passer sous le nez’ me déclara Luc lors de ma visite. Vous réaliserez pourquoi en lisant la suite de ce reportage.

Présentation
Son nom ne vous est certainement pas inconnu : Luc de Roeck, 58ans, prépensionné depuis peu,  est un colombophile chevronné au palmarès élogieux. Après Montélimar en 2004, voila qu’il ajoute Orange à son tableau de chasse déjà bien fourni. Y figurent également un titre de champion national grand demi fond en 2005, et une grosse dizaine de victoire zonale. On pourrait le compléter par une kyrielle de titres d’as pigeons, de champions de demi fond, grand demi fond, fond dans les divers championnats, notamment ceux des journaux spécialisés. Il fait partie depuis longtemps des fines plumes de la colombophilie en Wallonie et  cette nouvelle victoire ne viendra pas nous contredire.
Ses débuts, Luc les a réalisés courant des années 60 avec son frère. A cette époque, on jouait pour le plaisir et pour venir rafler l’une ou l’autre grosse mise aux ténors régionaux qu’étaient les Desplenter, Englebienne, Gilmont, Cobut et autres, le jeu d’argent étant encore fortement répandu en ces temps finalement pas si éloignés. C’est en 1984 qu’il érigea de ses propres mains les colombiers actuels au numéro 20 du Vivier au pont à Manage. Ils ont été réaliser avec des matériaux de réemplois et, si l’esthétique n’est pas son principal atout, le moins que l’on puisse dire c’est que ses résidents y réalisent des prouesses incroyables. Le volume d’air y est optimal et, comme dans tout bon colombier, il reste sec et évite les courants d’airs. 62 veufs, vieux et yearling confondus, y sont logés, répartis dans cinq compartiments. De par le peu de place, il est impossible d’enloger pigeonnier par pigeonnier, c’est pourquoi ils sont tout naturellement pris ’ici et la’ pour  participer aux épreuves auxquelles ils sont destinés. Le calendrier national est joué activement, toutefois, on retrouve aussi Luc sur les étapes interprovinciales, provinciales et il s’entête même à jouer une petite équipe à l’entente du Petit Club Fleurus, entente qui lui permet de se mesurer à l’une ou l’autre fine gâchette du Limbourg.

Pour ne pas déranger leurs congénères, seuls les plateaux leurs sont montrés avant de partir. Au retour, chaque pigeon reçoit sa femelle, tant ceux au repos que ceux ayant participés à l’étape du jour. 14 couples de reproducteurs viennent fournir annuellement 100 jeunes à la colonie de l’ancien champion de Belgique. Les origines sont toujours composées de la vielle base paternelle, qui a par ailleurs déjà fourni plusieurs cracks. Viennent s’y ajouter, des Deneufbourg, des Denys, des Cobut. On y retrouve également toute une série de vieille gloire ayant fait les beaux jours de la colonie notamment la lignée du ‘Kyley’, premier national Montélimar 2004 et issu d’un croisement Daems x Vanneno, toujours présent dans les installations de la rue du vivier au pont. La mère de l’Orange est d’ailleurs une propre sœur de ce magnifique pigeon. On travaille d’ailleurs souvent en consanguinité avec cette lignée qui transmet facilement ces qualités exceptionnelles à sa descendance.
Luc ne pratique cependant pas l’élevage hivernal car de part sa situation géographique, le jeu avec les pigeonneaux ne lui offre pas de réelles perspectives de réussite. C’est pourquoi toute la colonie est accouplée courant février. Les veufs élèvent puis sont mis au veuf et sont entraînés trois fois avant de partir avec la société. Les jeunes quant à eux, sont débloqués courant de la saison, quant la densité de travail avec les vieux est un peu moindre. Ils partent en moyenne trois à quatre fois de sorte à acquérir un minimum d’expérience.
Habitué aux prix de tête, inutile de préciser que la sélection est axée sur cette optique.
Un maximum de prix par 10 et si possible en tête. L’état de fraîcheur est également pris en compte et c’est ainsi que chaque pigeon recevra sa chance aux longs cours, si toutefois il en a la capacité. Pour les jeunes, elle commence déjà dés le sevrage et continue tout au long de leur développement. Elle se fait au feeling et se base sur l’observation.
Prépensionné depuis cette année, Luc a comme projet de créer pour les années futures une équipe de femelle, qui seront destinées tant aux étapes de grand fond qu’à celles de grand demi fond. Elles seront jouées au veuvage ou sur position, en fonction des possibilités.
Lors de ma visite, j’ai pu me rendre compte que mon hôte transpirait le pigeon et qu’il connaissait sur le bout des doigts ses oiseaux. Nul doute que ce nouvel objectif risque fort bien d’être rapidement atteint, tant il se démarque de par sa connaissance du sujet et son désir de réussite.

Orange
Si son propriétaire est un habitué des grands rendez vous, le vainqueur national, 9045227/06, n’est pas non plus n’importe qui. Ce pigeon de 4ans a en effet, durant l’entièreté de sa carrière, étalé sa classe de toute part. Avec Orange, c’est la quatrième fois qu’il se classe dans les 100 premiers d’un concours national, preuve s’il en est que ce week end était destiné aux vrais tops pigeons, le deux ans de Baert, vainqueur d’Argenton, en était lui à son deuxième top 100.
Son palmarès :
2007

05/05/07 Toury :   1/230 yearlings, 1/751, 2/1870
05/05/07 Toury :   3/401 vieux,     3/1064, 6/1841
09/06/07 Toury :   3/276 yearlings, 7/727, 16/1531
09/06/07 Toury :   7/296 vieux,     7/727, 36/1186
28/07/07 Bourges : 1/189 yearlings, 1/533 , 1545, 1/1110, 1/1467, 1/2749, 7/3110, 21/4852, 21/6467 national C, 35/16.023 national


2008
24/05/08 Bourges : 3/248, 3/832, 3/919, 8/1833, 4/3484, 4/3776, 7/5743, 3/5774 national C, 32/19.084 national
28/06/08 Orange : 15/256, 16/313, 74/1280, 142/2505 National C, 269/4587 National

2009
09/05/09 Orleans : 7/582, 50/2387
27/06/09 Orange : 6/351, 4/410, 17/2543, 13/3173 National C, 24/5237 National

2010
08/05/10 Orleans : 3/194, 24/1750
26/06/10 Orange : 1/4.496 National

C’est un condensé des meilleurs lignées de Luc de Roeck. Son père est le ‘605/02’, un crack qui participa encore à Barcelone l’année dernière avant d’être sagement placé au pigeonnier de reproduction. Il remporta lui aussi plusieurs top 100. C’est un pur de Roeck issu des lignées de base, son grand père paternel est d’ailleurs le ‘Cahors’ 18e national Cahors ’98 et seul pigeon en tête au sud du pays, devenu par après un des fers de lance de la colonie.
La mère du vainqueur national est la ‘774/03’, une propre sœur de ‘Kyley’, premier national Montélimar 2004 et de ‘L’as du Rhône’, et donc fille du merveilleux couple ‘Le Daems’ x ‘La Vanneno’.

L’arrivée
Lorsque l’on se rend compte que ‘l’Orange’ ne devance que d’un mètre/min son poulidor, on en conclut que Luc ne devait pas perdre trop de temps pour constater son pigeon s’il ne voulait pas finir à la deuxième place. C’est pourtant tout le contraire qui s’est passé !

‘J’étais en train de retirer les femelles des pigeons d’Argenton. Il m’en manquait d’ailleurs encore deux du même concours. Avec les conditions de vol, je savais que le concours allait être dur et je pensais avoir le temps de retirer tout ce beau monde. Tout à coup, un ami sur place m’avertit qu’un pigeon était en train de tourner. Il se posa sur le pigeonnier et c’est à ce moment la que je me rendis compte que c’était un Orange. C’est alors qu’il a commencé à remettre ses plumes en ordre sur le toit. Heureusement, mes pigeons ne sont pas peureux et j’ai pu assez rapidement le faire rentrer pour l’officialiser à 17h29’’09. Impossible de dire quand il est arrivé et combien de temps il a réellement perdu. De toute façon, cela n’a plus d’importance maintenant… mais j’ai quand même eu chaud !.’

Une deuxième victoire nationale, toujours sur la ligne du Rhône, en l’espace de 6ans, voila quelque chose qui n’est pas donné à tout le monde !
Orange vient de consacrer un véritable champion, passionné par son sport et avant tout amoureux de ses pigeons. A l’âge de la prépension, nul doute que ta carrière colombophile te réserve encore de nombreuses satisfactions.  C’est néanmoins tout le mal que nous te souhaitons.
Félicitations de la part du PIPA team !

Commentaires

Super reportage. Bravo Adrien.

Bien aimé la petite phrase sur le "Belge" de Firmin Wink

Mr De Roeck joue vraiment bien depuis des décennies. C'est une valeur sure.

Cher Luc,

Félicitations avec cette super victoire !

Salutations sportives,
Geert & Erik