Rechercher

Jean-Baptiste Grislain (Bray-lès-Mareuil, FR) vivait un Saint-Vincent exceptionnel en 2013

L’année 2013 était magnifique pour Jean-Baptiste Grislain (Bray-lès-Mareuil, FR), colombophile très passionné. Il a réussi à remporter le 3e et le 4e International de Saint-Vincent 2013 sur 10.907 vieux.

C'est en région Picardie et plus spécifiquement dans les bocages marécageux de la Vallée de la Somme, que vit la famille Grislain qui s'est illustrée sur le St.-Vincent International 2013. Peu de personnes connaissent cette colonie qui gravit les échelons de la colombophilie d'année en année.

Jean-Baptiste Grislain est un très bon joueur de fond et grand fond. Sa colonie est basée sur les Devillers Francis (Devillers Gervois) par la culture des origines Gruson, Imbrecht et Peeters par le frère du Diego Armando. Récemment il a introduit des Philippe Bazille (Ailly-le-Haut-Clocher, FR), éleveur du 4e International, par achat de bons et échanges de pigeons.

Un habitué des premiers prix, non, mais la colonie a déjà réalisé quelques beaux résultats. Ainsi elle a gagné le 1er NPDC St-Junien 2012 et le 2e NPDC Bayonne 2013. Le premier prix de tête aux internationaux remonte à 2006 avec le 12e Int Perpignan 2006 (encore un pigeon constaté à la tombée de la nuit).

Depuis cette date, c'est plus de 50% de prix dans les internationaux avec des pigeons en tête comme à Narbonne 2011, où il a classé quatre pigeons dans les 200 premiers internationaux. Une performance incroyable !

Jetons un coup d'œil sur la saison 2013:

St-Junien CALC (470 km) : 10 prix sur 19 / 6 prix par 10
Pau International (770 km) : 4 prix sur 5 / 3 prix par 10
Cognac CALC (550 km) : 1 prix sur 2 / 1 prix par 10
St-Vincent CALC (748 km) : 5 prix sur 12 / 1 prix par 10
St-Vincent International : 3 prix sur 4 / 3 prix par 10
Bergerac CALC (588 km) : 2 prix sur 2 / 2 prix par 10
Bayonne (770 km) : 2 prix sur 5 / 2 prix par 10
Toulouse (720 km) : 4 prix sur 7 / 1 prix par 10
St-Junien (470 km) : 2 prix sur 3 / 1 prix par 10

Focus sur St-Vincent 2013:

National : 2e, 3e, 26e sur 2541 vieux (3/4)
International : 3e, 4e, 110e sur 10.944 vieux (3/4)


FR09-158081, le 3ème international de St-Vincent


L'aile de FR09-158081

Pour voir le pedigree de FR09-158081, cliquez ici.


FR09-158855, le 4ème international de St-Vincent


L'aile de FR09-158855

Pour voir le pedigree de FR09-158855, cliquez ici.

FR10-231114, 1er NPC de St-Junien 2012
Ce pigeon est un fils du 2e NPC de Bayonne 2013, 178e Int/12605p Narbonne 2011 et 27e/2154p St-Vincent CALC 2011.

2012
- Saran : 26e /1610p
- St-Junien CALC : 1er NPC/6923p
- Jarnac CALC : 1368e/7127p
- St-Junien CALC : 127e/3389p

2013
- Saran : 57e/822p
- St-Junien CALC : 471e/7601p
- Jarnac CALC : 98e/7711p
- Cognac CALC : 1005e/5071p
- Bergerac CALC : 18e/2845p
- St-Junien CALC : 21e/1794p

Jean-Baptiste, enchanté par la colombophilie

Depuis l'enfance, Jean-Baptiste, a le virus de la colombophilie dans le sang. En 1993, à l’âge de 15 ans, il a commencé à jouer aux pigeons avec son frère. A cette époque, ils jouaient les concours de vitesse et de demi-fond au Ramier d'Auchy les Hesdin et se frottaient aux pigeons des champions locaux. Avec la rencontre de Francis Devillers, la colonie a pris son envol vers les concours de fond avec la participation aux concours du CALC.

En 2002, Jean-Baptiste a déménagé à Bray-lès-Mareuil pour des raisons professionnelles. Avec le déménagement, des tardifs et quelques reproducteurs viennent garnir les nouvelles installations. Chaque année, des pigeons de Francis Devillers, viendront renforcer la colonie. Après des débuts à la concorde d’Abbeville, la passion pour les concours de fond et grand fond le pousse à un retour au dépôt du CALC d'Auchy les Hesdin pour jouer les internationaux. Il se spécialise dans les concours de 800 km sur une journée, car il n'affectionne pas les concours à lâcher retardés ou à découcher.

La colonie actuelle

La colonie compte dix couples de producteurs mis en ménage au début d’année pour assurer un élevage de trois tournées. L’équipe des voyageurs se compose de 32 pigeons répartis en environ vingt vieux et douze yearlings. La relève est composée d'environ quarante pigeonneaux qui sont destinés à être exclusivement entraînés et dégrossis. Ceux-ci sont triés sur la solidité et la méthode alaire (par Philippe Bazille).

Le jeu

Les veufs sont accouplés entre fin février et mi-mars et sont mis au veuvage sur un jeûne de vingt jours. Début mai, les entrainements commencent. Ensuite, si le temps le permet, les pigeons sont lancés en société sur un demi-fond. Puis, deux participent au programme du CALC pour enchaîner avec les concours internationaux. Pour la participation à ces concours, les conditions météorologiques sont prises en compte car elles influencent fortement les résultats.

La nourriture

Quant à la nourriture, Jean-Baptiste donne un mélange sport commercial complété par des vitamines durant les trois à quatre jours avant le départ. Au retour, les pigeons mangent un mélange concours et électrolytes et le lendemain ils reçoivent un dépuratif, de l’huile d'ail et de la levure, ensuite un mélange 1/2 dépuratif 1/2 sport.

La sélection

Les vieux sont triés sur les résultats aux internationaux. Les pigeons de deux ans participent à deux concours de grand fond et doivent, selon Jean-Baptiste, se classer au moins une fois ou remporter des prix de tête dans les concours de fond. Quant aux yearlings retenus, ils sont sélectionnés sur la fraicheur aux retours des concours. La conclusion : on ne fait donc pas de ‘’pique-assiette’’ à Bray-lès-Mareuil.

L'hiver

En hiver, Jean-Baptiste met les veufs dans leur pigeonnier au casier (mais non enfermé) et les femelles en volière. Le nettoyage du colombier a lieu une fois par semaine. Jean-Baptiste préfère ne pas appliquer des traitements, sinon qu’il utilise des produits naturels comme la Naturaline et le vinaigre de cidre durant deux jours par semaine en alternance.

Suivi de la colonie

Jean-Baptiste prévoit des analyses de fientes au début et à la fin de saison et avant le premier concours international. Puis, il donne un traitement contre la tricho avant les accouplements et un rappel pendant les concours. D’autres traitements évidents sont une vaccination paramixovirose et une vaccination contre les poquettes.

Concluons

Homme de cœur, Jean- Baptiste reste un colombophile mordu par ce sport dans lequel il baigne depuis sa plus tendre enfance. C'est encore avec une grande émotion qu’il parle de l'arrivée de ses deux pigeons de St-Vincent à la tombée de la nuit et en le voyant caresser ses pigeons, on s'aperçoit que l’amour de l'animal domine même si, comme il le souligne, il faut toujours sélectionner pour progresser.

Un souhait pour l'avenir est de regrouper les concours le samedi afin de libérer du temps pour s'occuper et profiter de sa famille. Le sport colombophile est, comme il avoue, un sport magnifique, mais prenant.  Il remercie Francis (décédé en juin 2012 après le 1er de NPC) qui l'a beaucoup appris sur le plan des soins et du jeu et qui l'a toujours donné le meilleur pour progresser et peut-être pour un jour réaliser un 1er international.....

Jean-Baptiste est un joueur hors pair, qui a le sens de l’efficacité. Il joue de façon moderne et ses sujets sont soumis à rude épreuve, Ils doivent prouver leurs aptitudes et croquer des kilomètres pour conserver le rythme. A première vue, sa méthode est efficace. De cette colonie, on en reparlera encore en 2014 …