Rechercher

Bart Geerinckx sur le grill (2e partie)

La race Geerinckx, formée par la main de maître de feu Luc, a depuis lors été menée vers les plus hauts sommets par son fils, Bart. Aucune autre colonie n'est actuellement aussi 'hot' que celle de Bart Geerinckx. PIPA a rendu visite à Bart pour un entretien exclusif sur sa manière de soigner.


Bart Geerinckx et Nikolaas Gyselbrecht avec les deux diplômes reçus pour les victoires aux PIPA-Rankings

Récupération et entraînement, deux aspects importants

PIPA: Pour les femelles, le veuvage commence à partir du premier concours de demi-fond. Montres-tu les mâles à l'enlogement?
Bart: Au début, surtout pas. Je ne le fais uniquement que pour donner un plus au niveau de la motivation, au moment du pic de leur forme, soit pour des concours comme Bourges ou Châteauroux. En juillet, je fais la même chose pour Limoges, Jarnac, Brive et Tulle. La motivation peut toujours faire la différence.

PIPA: Et à leur retour, combien de temps restent-ils ensemble?
Bart: Au début, pas longtemps. Une fois arrivé aux concours nationaux, cela dépend surtout des heures de vol et de la difficulté du concours. Après un concours difficile, je retire rapidement les mâles. J'entends parfois certains amateurs dire qu'ils laissent les couples ensemble jusqu'au lendemain matin. Moi, je fais tout à fait le contraire.

PIPA: Pourquoi?
Bart: Parce qu'après un concours difficile, les pigeons ont besoin de récupérer. D'après moi, le repos est salutaire. Par contre, ce que je fais parfois, c'est aller entraîner durant la semaine et laisser les couples se retrouver durant trente minutes. Laisser les couples passer la nuit ensemble, c'est surtout à faire à la fin de la saison, après un concours de fond par exemple.

PIPA: Et avec les mâles, comment procèdes-tu?
Bart: Je dois d'abord vous dire que j'ai beaucoup modifié mes installations, surtout au niveau de l'apport de lumière. Désormais, il y a plus de lumière au pigeonnier et cela influence positivement le climat dans le pigeonnier. Les mâles ont besoin de plus de chaleur pour arriver en top condition. Les femelles sont moins sensibles à cela.

PIPA: Les mâles élèvent-ils un jeune avant la saison?
Bart: Non, jamais. Ils ont été accouplés au début du mois de février et ont couvé jusqu'à abandon. Ils sont donc au veuvage depuis le début du mois de mars et ils n'ont pas été remis en ménage. Lors des premiers entraînements, ils peuvent rester avec leur femelle une journée entière. Auparavant, on faisait la même chose sauf que les pigeons pouvaient rester ensemble durant trois jours, et ça deux fois durant les entraînements. Mais cela n'apportait rien de spécial. Les yearlings n'étaient pas assez réceptifs.

PIPA: Peuvent-ils voir leur femelle avant l'enlogement?
Bart: Normalement, non. Sauf lorsqu'ils sont au sommet de leur forme, mais ce n'est jamais une garantie. Cela arrive parfois que les veufs soient entraînés durant la semaine et là, ils peuvent voir leur femelle une demi-heure. Mais c'est bien plus une exception qu'une règle.

PIPA: Quand et dans quel but vas-tu entraîner tes pigeons?
Bart: Cela dépend des conditions climatologiques. Si maintenant les pigeons viennent d'enchaîner deux concours avec un vent de face et qu'on annonce un vent arrière pour la semaine à venir, alors je prévois un entraînement durant la semaine avec un vent arrière, de sorte à ce que les pigeons aient pu voler dans des conditions plus ou moins similaires avant de partir au concours. C'est juste une question de bons sens, savoir réagir face à une question de changement.

PIPA: Comment se déroulent les volées à la maison durant la semaine?
Bart: Pour moi, l'entraînement, c'est la base. Celui qui ne s'entraîne pas ne peut pas gagner! Par contre, je n'élabore pas de schéma spécifique. Cela dépend surtout du temps et des conditions de vol du concours précédent. Tenter de voir comment se sentent les pigeons… C'est un petit peu à l'amateur de le voir: voir ce dont vos pigeons ont réellement besoin.

PIPA: Tu respectes quand même une certaine ligne directrice.
Bart: Tout à fait. De façon générale, l'intensité des entraînements augmente au fur et à mesure qu'on approche des concours nationaux. Si les températures ne sont pas trop froides le matin, les pigeons s'entraînent deux fois par jour, afin d'augmenter le rythme.
Lorsqu'ils sont engagés chaque semaine dans les nationaux, je reste à une volée par jour. Après un concours plus facile ou un concours sur une distance plus courte, je reste sur deux volées quotidiennes. Durant cette périodes, les pigeons sont nourris lourdement et ils doivent donc bien s'entraîner, sinon ils grossissent. De plus, pour bien s'entraîner, ils doivent être nourris correctement.

PIPA: Beaucoup de choses ont évolué ces dernières années au niveau de la nourriture et de la récupération. Est-ce également le cas pour les pigeons Geerinckx?
Bart: Tu as tout à fait raison. Auparavant, si tu constatais un pigeon quinze minutes après le premier prix, c'était encore bon pour un prix de tête. Ce temps-là est révolu. C'est surtout au niveau de la récupération que les choses ont beaucoup évolué, ce qui est d'ailleurs le cas dans d'autres sports. Quelques jours à peine après un concours, les pigeons doivent de nouveau être au top. Cela est possible lorsque la récupération est parfaite. Le lundi, ils s'entraînent déjà avec beaucoup d'enthousiasme, alors qu'avant ils avaient besoin de quatre à cinq jours pour y arriver. Les pigeons étaient alors joués toutes les deux semaines. Désormais, ils voyagent chaque semaine, même dans le fond. Mais c'est évidemment à l'amateur de sélectionner ses pigeons afin qu'ils soient capables d'y arriver.

PIPA: C'est juste. Ces dernières années, on a même vu certains pigeons enchaîner trois concours de fond en trois semaines d'affilée (style Limoges, Jarnac, Brive et Tulle, ndlr.). En entendant cela, peux-tu comprendre que certains froncent les sourcils?
Bart: Oui, certains pionniers ont montré que cela était possible, notamment avec une meilleure récupération et une bonne alimentation. La composition des mélanges a également changé et il y a un meilleur équilibre au niveau des graisses.

PIPA: Donc, Bart Geerinckx procèdes également de la sorte?
Bart: Evidemment. Pour moi, les deux choses les plus importantes, ce sont l'alimentation et la récupération. Encore une fois, tout cela dépend de la condition et de la difficulté du concours. C'est un cercle vicieux.

PIPA: Comment se déroule la récupération des pigeons Geerinckx?
Bart: J'utilise surtout les produits de la gamme Röhnfried et aussi parfois ceux de Backs. Une récupération rapide est possible grâce aux poudres de protéines que l'on donne le samedi et le dimanche. Ici, les pigeons reçoivent rarement des vitamines en saison, sauf durant l'automne, pour la mue et l'élevage (y compris les éleveurs, ndlr.). Les jours qui suivent le concours, les pigeons reçoivent beaucoup d'huiles.

PIPA: Suit ensuite la préparation au prochain concours?
Bart: J'essaie surtout de varier les produits. Attention, je n'utilise pas un produit différent tous les jours. Je recherche surtout l'effet produit par certains produits et ce grâce à leur utilisation durant toute une semaine. Cela peut être Avifarm, surtout par temps chaud, mais aussi Blitzform ou autre. Cela dépend des circonstances de la saison.

PIPA: Et au niveau de la nourriture?
Bart: J'utilise surtout les mélanges Matador. Avant la saison, j'utilise les mélanges start mais durant la saison, je ne l'utilise plus que durant une semaine de repos, ou pour les femelles lorsqu'elles volet un concours de 100 km (Quiévrain, ndlr.). Je leur donne alors une semaine complète de Sedochol dans l'eau et le mélange start pour la nourriture.
Pour un concours dur, mes pigeons reçoivent à manger plus qu'il ne faut afin qu'ils se constituent des réserves suffisantes. Ils reçoivent des graisses supplémentaires grâce au mélange Turbo, aux cacahuètes et au noix.

PIPA: Et durant la semaine, quel est ton schéma de nourriture?
Bart: Une nourriture légère et facilement digestible, c'est très important pour nos pigeons. Au retour, ils reçoivent du Turbo, parfois complété par de l'élevage. le dimanche, moitié super diete et moitié mélange vlieg. Lundi et mardi, le mélange vlieg complété par du Turbo mais en plus petite quantité. Le mercredi et le jeudi, ils peuvent manger à volonté durant une demi-heure avec une plus grande part de Turbo (parfois pur). Ensuite, les restes sont retirés et ils reçoivent un supplément de cacahuètes et de noix.

PIPA: Pour les jouer toutes les semaines, ils doivent être en super santé. Quelle est ta façon de faire?
Bart: Ici, les médicaments ne sont donnés que sur conseils du vétérinaire. Au début de la saison, les pigeons reçoivent une cure d'une semaine contre la tricho et au mois de janvier, une cure avec un antibiotique à large spectre. Auparavant, je ne le faisais pas mais j'ai depuis changé d'avis. La raison est simple: il y a dans cette équipe plusieurs pigeons qui ont participé au désastre de Châteauroux (d'août 2015, ndlr.) et qui sont resté en route plusieurs jours. Personne ne sait où ils sont restés, ce qu'ils ont bu, mangé et même s'ils ont conservé des germes résistants dans leur organisme. C'est pourquoi j'ai souhaité faire une cure d'une semaine en janvier.

PIPA: Les pigeons sont-ils 'nettoyés' après un concours? Je remarque quelque chose en regardant tes mains.
Bart: Oui, bien vu. Peu avant ton arrivée, les pigeons ont reçus des gouttes jaunes. Les tâches sont vraiment tenaces et le jaune est difficile à faire partir. Pour moi, ces gouttes jaunes sont idéales. Ce n'est pas un médicament, il n'y a aucune accoutumance et cela n'a aucune influence sur la condition. Lors d'un enlogement pour un concours à deux jours de paniers, ils reçoivent ces gouttes jaunes. C'est aussi le cas lorsque le concours s'est déroulé par temps de pluie ou lorsque le concours a été difficile.

PIPA: Et afin de garder les têtes en ordre?
Bart: Ici, les médicaments pour la tête ne sont donnés que lorsque c'est nécessaire. J'essaie de les reporter aussi longtemps que possible. D'après moi, les gouttes jaunes ont également un effet positif à ce niveau.

PIPA: Les pigeons, vieux et jeunes, sont-ils obscurcis et puis éclairés?
Bart: Etant donné que mes pigeonneaux ne participent à aucun concours national, cela n'a aucun intérêt. Les vieux ne sont pas non plus obscurcis mais je leur donné de la lumière supplémentaire au début du mois de juillet pour les garder en condition pour les derniers concours.

PIPA: Avec Little Star, tu remportes en 2015 le titre d'as pigeon national. Que nous réserves-tu pour la suite?
Bart: Little Star a été placée à la reproduction et d'autres doivent maintenant reprendre le flambeau. Surtout si je vise un as pigeon national ou un pigeon olympique. J'attends de voir ce que la saison me réserve. Il y a tant de facteurs à prendre en compte, personne ne dispose d'une boule de cristal.

PIPA: Cela peut très bien aller mais ça peut aussi flancher.
Bart: Mon objectif est de briller dans les nationaux. Les participants viennent de tout le pays. Les pigeons doivent apprendre à se sortir de la masse, puis à voler seuls ou en petits groupes. Pour moi, c'est ce qui définit la valeur du sport colombophile belge puisque nos pigeons disposent d'une excellente orientation. Nous sélectionnons la dessus!

PIPA: C'est bien, mais pour remporter la victoire, tous les facteurs doivent être réunis?
Bart: C'est exact. La situation géographique, la masse, la condition des pigeons mais surtout le vent qui définira toujours la position du vainqueur national. Toutefois, les amateurs doivent apprendre que tout démarre sur le plan local. Beaucoup ne comprennent pas qu'ils doivent d'abord gagner au niveau local, soit dans leur société. Là, les conditions de vol sont plus ou moins similaires pour tous les participants. Si vous gagnez sur le plan local, le reste peut suivre. Si les conditions de vol vous sont favorables, vous pouvez alors viser plus haut, en commençant par le provincial, le zonal et finalement le national.

PIPA: C'est une analyse objective, Bart. Les amateurs n'ont parfois pas toutes les cartes en main.
Bart: Je le sais et j'en tiens compte. En tant qu'amateur, vous devez être capable de relativiser. Tout n'est pas toujours rose. Tout le monde peut se tromper et se planter mais il faut savoir se relever. Vous pouvez connaître des désillusions à cause d'un rapace, d'une catastrophe, d'une blessure ou d'une perte. Cela fait partie du jeu. Tout le monde cherche à élever les meilleurs pigeons, ceux que tout le monde recherchent. Quand quelque chose ne va pas, c'est toujours dur à avaler.

PIPA: C'est surtout difficile à gérer mentalement.
Bart: Je suis totalement d'accord avec toi. Si vous voulez pratiquer le sport colombophile au plus haut niveau, vous devez ne rien laisser au hasard et vivre pour vos pigeons. Mais sachez que cela ne vous empêchera pas de connaître des revers. La preuve avec un concours catastrophe. D'où la nécessité de sensibiliser les convoyeurs et les responsables de lâchers car il en va de leur responsabilité. Lorsque les pigeons sont lâchés, on doit recevoir la garantie que tout a été fait pour qu'ils regagnent leurs pénates dans les meilleures conditions.

PIPA: Ensuite, c'est aux pigeons de montrer ce dont ils sont capables.
Bart: Bien sûr, si tu veux être chaque semaine au top, cela n'est possible qu'avec des pigeons de qualité exceptionnelle. Et pour avoir vos pigeons au top, il faut aussi que vous soyez au top. Finalement, ce n'est que de la logique. Parfois, la différence se fait sur de petites choses. C'est à l'amateur de déterminer ce qu'il y a lieu de faire pour optimiser la situation.

PIPA: Bart, nous te souhaitons une superbe saison 2016! Nous te remercions pour ton temps.