Rechercher

Bart Geerinckx sur le grill (1ere partie)

La race Geerinckx, formée par la main de maître de feu Luc, a depuis lors été menée vers les plus hauts sommets par son fils, Bart. Aucune autre colonie n'est actuellement aussi 'hot' que celle de Bart Geerinckx. PIPA a rendu visite à Bart pour un entretien exclusif sur sa manière de soigner.

Au début de l'année 2012, Bart Geerinckx s'est retrouvé au pied du mur et a dû prendre une énorme décision. Après un combat inéquitable, Luc a perdu sa bataille contre la maladie. Un énorme coup de massue, pas seulement sur le plan familial. Une question s'est alors naturellement posée: de quelle façon continuer le sport colombophile? Bart et son ami Jurgen étaient désemparés, leur mentor et leur bras droit, sur qui ils pouvaient toujours compter, n'était plus à leurs côtés. Gérer une telle colonie demande énormément de temps mais aussi de l'implication et beaucoup d'énergie. Et quand en plus de ça vous devez travailler, ce n'est vraiment pas évident. Bart a alors dû faire un choix entre son travail et la pratique de son hobby. Après un entretien avec son employeur, Bart a choisi de devenir colombophile professionnel. Si ça ne marchait pas, son employeur lui a donné la garantie de le reprendre au travail.

Bart pouvait alors se concentrer sur sa colonie. Son ambition était de perpétuer le travail accompli par Luc mais aussi de se faire son propre nom: le nom Geerinckx devait être synonyme de référence en matière de concours de grand demi-fond et de fond. Cela constitue chaque année un objectif à part entière.

Un départ phénoménal, preuve de la grande classe présente au colombier

En 2012, Bart et Jurgen ont eu l'occasion de montrer de quel bois ils se chauffaient. Leur superbe saison a été couronnée par une victoire nationale remportée sur Argenton dans 12.390 pigeons mais aussi par le 1er Pigeon Olympique catégorie Allround à Nitra! Mais ce qui allait suivre était encore plus phénoménal ... Tout juste un an plus tard, ils remirent le couvert sur Argenton mais en remportant cette fois le 1er et le 2e National Argenton dans 16.363 vieux. Soit deux victoires nationales remportées en deux années. Eblouissant!

En 2014, nos deux compères remportaient encore 2x 1er national Zone et 1x 1er provincial. Et ce n'était pas tout puisque Acy (1er Pigeon Olympique Catégorie C) et Sweety (2e Pigeon Olympique Catégorie B) ont représenté notre pays aux Olympiades de Budapest début 2015.
Mais l'apothéose était encore à venir. En 2015, ils ont remporté le titre de 1er As Pigeon National Grand Demi-Fond RFCB avec Little Star, qui fut également sacrée Meilleur Yearling de Belgique sur 5 concours nationaux de grand demi-fond dans nos PIPA-rankings.

Bart Geerinckx a donc connu des débuts en fanfare. Il était donc temps de lui rendre visite afin de savoir ce qu'il se tramait dans les coulisses de la colonie Geerinckx. Comment jouent-ils ses pigeons? Quelle est sa méthode, sa philosophie... Il s'est entretenu avec nous en toute transparence, spécialement pour PIPA.

Bart Geerinckx sur le grill

PIPA: Bart, ton père Luc t'a laissé un fabuleux héritage sur le plan colombophile, avec un pigeonnier de reproduction et une équipe de jeu super compétitive. Ces pigeons de classe ont rendu célèbre le nom Geerinckx jusque sur le plan national. Comment as-tu procédé pour garder ta souche de pigeon au même niveau, voir même l'avoir renforcé?
Bart: En lisant différents reportages consacrés à des pointures nationales de notre sport, j'ai souvent remarqué qu'ils disaient tous que pour rester au top, il ne fallait jamais vendre vos meilleurs pigeons afin de continuer à récolter leurs fruits une fois placés à l'élevage. C'est une des premières leçon que j'ai pu tirer une fois devenu colombophile. Nos meilleurs pigeons ne seront jamais vendus. Ça n'a pratiquement jamais été le cas et ça ne le sera plus jamais. Ils forment aujourd'hui la base de ma colonie. Seuls leurs descendants peuvent quitter les lieux. C'est d'ailleurs pour ça que je travaille exclusivement avec PIPA.

PIPA: Quelle est ta philosophie pour encore améliorer ta souche?
Bart: On est toujours parti du principe qu'il fallait accoupler les bons avec les bons. A l'heure actuelle, je pousserais même le niveau encore plus haut en accouplant des supers avec des supers. Et pour cela, il faut absolument pouvoir disposer de pointeurs. Des pigeons qui font la différence, qui sont simplement meilleurs que les autres. Notre Gladiator en était un, tout comme Willyke (elle a produit de véritables pointeurs avec plusieurs mâles, ndlr.), Witkop Sylvester, Blauwe Yzeren ou encore le Witpen Wouters. J'espère pouvoir disposer d'un nouveau pigeon de base avec Blue Lagoon (le père de Little Star, ndlr.).

PIPA: Pratiques-tu la consanguinité ou procèdes-tu à des croisements?
Bart: Je ne pratique pas trop la consanguinité. Je crois plutôt dans les bonnes lignées d'élevage. Lorsque tu consultes les pedigrees de mes pigeons, tu retrouveras souvent la présence de plusieurs de mes pigeons de base mais toujours grâce à une culture en lignée, jamais via des accouplements (trop) proches tels que un père et une fille, un frère et une soeur, etc.
Mais en accouplant des supers avec des supers, ça va encore plus vite. Ces pigeons, vous pouvez être sûr qu'ils disposent de quelque chose en plus. Probablement au niveau des gênes qui leur permettent d'être meilleurs que les autres et donc de remporter la victoire. Ces caractéristiques inédites, il faut essayer de les faire perdurer.

PIPA: Cela semble si facile.
Bart: Tout ce qui brille n'est pas d'or. En élevant avec de tels pigeons, vous obtiendrez également du déchet. Seulement, la chance d'élever un autre pointeur est bien plus importante en utilisant de tels pigeons. La question que je me pose souvent, c'est de savoir comment gagner ces deux à trois pourcents qui te permettent de faire la différence et de gagner? La réponse est pratiquement toujours la même: il faut élever avec de super pigeons. C'est pourquoi nous avons toujours tenu à conserver nos propres pigeons. Ils ont ce qu'il faut. Je me focalise sur le matériel de la plus haute qualité!

PIPA: Même la colonie Geerinckx a parfois besoin de renfort?
Bart: Evidemment. Ici, l'accent est mis sur les meilleurs pigeons disponibles. Lorsqu'une opportunité se présente, je saisi la chance. L'investissement réalisé lors du rachat partiel du New Freddy en est un. Pour moi, il s'agit d'un pigeon exceptionnel. Regardez les distances parcourues et les conditions de vol lors de ses meilleurs résultats. Il était pratiquement toujours situé dans un coin défavorable, toujours avec un vent de face. Ce pigeon dispose de qualités uniques, c'est certain. De la force, du caractère, des capacités d'orientation. C'est tout simplement ce que je recherche.

PIPA: Le panier fait le reste?
Bart: Tout à fait. Il faut d'abord essayer d'élever des super pigeons, puis mettre tout en oeuvre pour pouvoir en obtenir le meilleur rendement. La boucle doit être bouclée.

L'accent mis sur le jeu avec les vieux

PIPA: A quoi ressemble l'équipe de jeu de la saison 2016?
Bart: Elle est composée de 37 femelles (11 vieilles et 26 yearlings) et 47 mâles (18 vieux et 29 yearlings). L'accent est surtout mis sur les concours de 500-600 km avant de partir sur des Limoges, Jarnac, Brive et Tulle au mois de juillet.

PIPA: Pratiques-tu le veuvage classique, le veuvage total ou un mix des deux?
Bart: Ici, tout voyage au veuvage classique, soit avec des partenaires qui restent à la maison. Ils demandent évidemment de la place supplémentaire ainsi que des soins mais je m'en accommode parfaitement. Je pense que les meilleurs résultats sont obtenus avec des pigeons joués au veuvage classique.

PIPA: Les premiers concours de vitesse sont derrière nous. Comment s'est déroulée la préparation de la saison 2016?
Bart: La gestion des mâles et des femelles est différente. Je te propose de d'abord commencer par les femelles.

PIPA: D'accord. Cet hiver, tu m'as confié que tu allais aborder les choses différemment.
Bart: Oui, on dit souvent qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Personnellement, je considère surtout cela comme une manière de rendre mon système encore meilleur en essayant d'être constamment au top, notamment lors des périodes de pic. Soit lors des concours nationaux.

PIPA: Expliques-moi...
Bart: Les femelles de jeu, j'essaie de les mettre au veuvage durant le premier week-end de demi-fond au début du mois de mai. Elles ont été accouplées vers le 10 mars et elles ont pu élever un jeune. Une fois le jeune âgé de dix jours, elles ont dû continuer à l'élever seul puisque j'ai retiré les mâles. Le but est de leur donner l'amour de leur territoire. Cela permet également d'éviter qu'elles s'accouplent entre elles durant les concours préparatoires mais cela sert également de motivation supplémentaire sur ces concours. Ici, il s'agit de Quiévrain et Noyon en préparation pour les classiques nationales. Là, c'est évidemment le pic de la saison et les pigeons doivent être prêts! Le jeune est retiré après l'enlogement du premier concours de demi-fond. A leur retour, elles retrouvent leur mâle et le veuvage commence réellement.

PIPA: Comment prépares-tu les accouplements du 10 mars? Les entraînements à la maison ont-ils déjà commencé?
Bart: Je tenais à te préciser quelque chose: durant leur année de naissance, les pigeonneaux voient beaucoup le panier mais ne vont jamais plus loin qu'en petit demi-fond. Ils ne participent jamais à un concours national. La plupart du temps, ils voyagent en vitesse, avec un Noyon prévu au programme le dimanche et un Quiévrain (100 km, ndlr.) au milieu de la semaine.
Durant l'hiver, je laisse parfois mes pigeons voler à la maison mais en tenant toujours compte du temps. Le but est de donner du rythme aux pigeons afin de leur permettre de se construire une bonne condition de base. Pour moi, c'est très important.

PIPA: Qu'entends-tu par condition de base?
Bart: He bien, les pigeons doivent être capables d'augmenter la durée de leur entraînement jusqu'à une heure. Mais ils ne doivent pas aller puiser dans leurs réserves pour y arriver! Je ne crois pas à la forme en hiver. Bien au contraire même. Mon expérience m'a déjà prouvé qu'au plus les pigeons sont en bonne condition avant le début de la saison, au plus ils arriveront en top condition durant celle-ci. De plus, cela leur permet également de garder cette condition plus longtemps. Je trouve que cela a donc son avantage.

Dans la deuxième partie, nous aborderons les entraînements et la récupération.


Acy, 1er Pigeon Olympique Catégorie C Budapest 2015