Rechercher

«L’histoire de la reine Marijke Vink»- 2ème partie

Après une année de repos où aucun pigeon ne participa aux concours, la décision fût prise de recommencer à nouveau avec les jeunes de 2007. Retrouver le niveau qu’ ils avaient lorsqu’ils stoppèrent la dernière fois représentait plus qu’un challenge.

Un nouveau départ « Kleine Dirk »
Après plusieurs tentatives, ils purent à nouveau ressentir de la satisfaction. Une fille du ‘Ché’ des Eijerkamp en était responsable. ‘Ché’ avait cette fois là été accouplé avec une fille du, ben oui en effet…. Du célèbre ‘Kleine Dirk’. Cette fille du ‘Ché’ devint la mère de ‘Verdi’, son seul fils dans le pigeonnier de jeu. Le père de ‘Verdi’ est un fils de ‘Aladin’, présenté dans la première partie du reportage. Un fils de ‘Verdi’ remporta en tant que yearling 1er Peronne 38.775 pigeons mais également en tant que jeune un 1er Strombeek 3.988 pigeons. Au final, ce fût encore la qualité supérieure qui était à la base des succès remportés par Marijke & Henk Vink.


Au fil du temps, il y a eu énormément de bons pigeons. Mais tous n’ont pas eu le privilège de figurer dans la liste des pigeons de légende. Pour y figurer, une qualité exceptionnelle constitue une qualité sine qua non… à savoir ce que l’on peut appeler une ‘domination héréditaire’ qui surclasse la concurrence et qui différencie un bon pigeon d’un pigeon exceptionnel apte à devenir légendaire.
On peut certainement affirmer que des pigeons tels que le ‘Kannibaal’ ou le ‘Ché’ mais également  ‘Aladin’, au travers de leur descendance, en font indiscutablement partie.

L’année qui suivit ce nouveau départ
La première année, ils ne participèrent qu’aux concours destinés aux pigeonneaux. Marijke engagea sa nouvelle équipe 9x. Les concurrents comprirent directement de quoi il allait en retourner. Lors de son premier concours, elle remporta directement le 1er Pommeroeul 4.549 p. avec un petit-fils de ‘Aladin’, 1er Mariembourg 4.331 p. avec ‘Domela’ hors d’un propre frère de ‘Tips’ et d’un 1er Ablis 2.292 et cela, avec 4 minutes d’avance.  Ce vainqueur est une propre sœur de ‘Demelza’, un fils de ‘Domela’ qui remporta le 6e Peronne ’08 face à 26.271 pigeons.  ‘Domela’ remporta lui-même un 4e Chateauroux en 2008 face à 8.201 pigeons. Il semble que Marijke et Henk n’avaient pas oublié comment faire pointer leurs pigeons.

Nous voici maintenant en 2009
Nous voici donc en 2009, année ou quelque chose de spécial se produisit. Ils étaient de retour et se vengèrent directement en remportant 1er N.P.O. Bourges 8.579 p. avec “Domela” et un 10e N.P.O. Bourges 8.579 p. avec “Verdi”. Comme mentionné plus haut, le père de ‘Verdi’ est un fils de ‘Aladin’ et sa mère est une fille du ‘Ché’ issu de la famille Eijerkamp. Nous pouvons ouvertement affirmer que deux ans après leur nouveau départ, alors que la colonie entière était encore en construction,
Marijke presta tout de suite au plus haut niveau (1er champion grand demi-fond province 5). A ses yeux, ce prestigieux championnat vint un peu trop vite. Mais un an plus tard en 2010, remporter à nouveau cette bataille après le titre de 2009, oui, ces deux victoires traduisent à elles seules à la fois le fait que les pigeons détenus sont d’une classe hors norme mais aussi le don que possèdent Marijke et Henk pour obtenir le meilleur de leurs protégés.

En 2010, ils le firent encore En dépit du fait que Marijke & Henk affirmèrent que la victoire au championnat en 2009 vint un peu trop rapidement, on peut à nouveau, en cette année 2010, affirmer que les ‘Vinkies’ sont à nouveau de retour au sommet de la colombophilie néerlandaise. Un fils de “Verdi” remporte 1er N.P.O. Peronne 38.775 p. Lorsqu’il était jeune, ce crack remporta également 1er de Strombeek face à 3.988 p.  “Verdi” remporta lui-même 4e N.P.O. Orléans 10.660 p.
En 2010, ‘Valérie’ remporte 4e N.P.O. Creil 29.208 p. mais également 1er Pommeroeul 1.145 p.

Rechercher l’amélioration dans les pedigrees.
Les descendants du ‘Kleine Dirk’ ont littéralement poussé la courbe des rendements très loin, et pas uniquement chez Marijke Vink. Ils se sont donc mis à la recherche de ‘matériel’ pouvant à nouveau pousser plus loin cette courbe. Les références de la ‘Golden Lady’ ont tapé directement dans l’œil de Marijke. Ils se sont donc procuré des descendants de la lignée du ‘Kannibaal’ et, comme vous pouvez vous en douter, ce fût directement dans le mille ! Encore une fois, ce fût un Koopman qui injecta cette nouvelle touche tant désirée.

Le NL 05-1936775, également appelé ‘Louis’ de chez Koopman
Son père, le NL 01-1135568, est un fils du célèbre ‘Ons Louis’ de Koopman.
La mère de ‘Louis’ est ‘Showpiece’, également une incroyable reproductrice. Dans le très court laps de temps qu’il passa au pigeonnier de reproduction, ce ‘Louis’ devint père des cracks suivants :

“Kleine Dibha” 9e Ablis N.P.O. en 2007

“Demelza” 3e Blois N.P.O. 15.172 pigeons et 4e Orléans N.P.O. 12.047 pigeons.


“Valerie” 4e Creil N.P.O. 29.208 pigeons mais aussi le 1er Pommerouel 1.145 pigeons.

Le dernier réel renforcement concerne une fille (NL-07-1371254) du ‘Ché’ des Eijerkamp. Sa mère est une fille du.. “Kleine Dirk”. Cette ‘fille Ché’ a encore une fois prouvé ce que l’apport de pigeons extraordinaires pouvait provoquer dans un pigeonnier. Son premier fils ‘Verdi’ est un crack exceptionnel qui apporta à Marijke une joie immense en remportant le 1er Peronne face à  38.775 pigeons. En plus de ‘Verdi”, “Louis”, “Demelza” et la “fille Che”, vous ne serez pas surpris en apprenant que le pigeonnier de reproduction, qui ne compte que 11 couples, est constitué en majeure partie de ces lignées. Mais nous ne pouvons pas oublier le père de “Kilwillie”.
Je veux bien sûr en venir au célèbre “666” (NL 01-0108666) du champion de Zeeland, Henk Melis. Mais, comme Henk l’indique, il y a bien sûr eu des achats qui ont disparus aussi rapidement qu’ils étaient venus. Cela semble être extrêmement important dans ce pigeonnier, spécialement lorsque l’on regarde les lignées. L’introduction de nouveau sang est très importante et Marijke et Henk veillent à ce que le pigeonnier de reproduction comprennent de bonnes lignées, réputées mais surtout performantes. La méthode de reproduction peut être décrite comme un élevage de masse pour une sélection de masse. Mais pour cela, ils n’ont pas besoin d’élever de tous les pigeons disponibles. Un résultat logique de ceci est le fait que le nombre de pigeonneaux n’est pas vraiment important ; ce qui implique qu’ils ne doivent pas se débarrasser de beaucoup de pigeons à la fin de l’année.

Le pigeonnier et le nombre de pigeons
Comme déjà spécifié dans la première partie, leur pigeonnier était et est, et certainement lorsque l’on prend en compte les résultats et les  championnats remportés, plus petit que ce que j’avais imaginé. Oui, pour être honnête, après avoir vu comment ils jouaient, je m’attendais à un bien plus gros pigeonnier. Heureusement, ce n’est pas toujours le cas… et cela fût confirmé encore durant ma visite. Malgré les petites installations, ils ont réfléchi  longtemps à propos du ‘lay-out’. Il y a un pigeonnier mesurant quelques mètres pour les veufs (au nombre de 9). Il y a également un pigeonnier divisé en deux sections, un pour les femelles de jeu (au nombre de 14) et un pour les 25 jeunes joués annuellement. Concernant les reproducteurs, 11couples, il y a une installation disponible dans le garage attenant et après la maison.

Le jeu et leur méthode
A Mookhoek, tant les femelles que les mâles sont joués au veuvage. Ils ont chacun un binôme qui ne prend pas part aux concours et reste à la maison. En d’autres termes, tant les mâles des femelles de jeu que les femelles de veufs ne sont pas joués. Ce n’est donc pas le principe du veuvage total qui est appliqué ici. Les veufs et les reproducteurs sont accouplés au même moment et les œufs des producteurs sont placés directement sous les veufs. Les femelles jouées au veuvage sont ensuite accouplées et on procède de la même manière. Tant les femelles que les mâles élèvent deux jeunes si possible. Après quoi, la reponte est proscrite et ils sont ré-accouplés à nouveau en mars. Après un couvage de 5 jours, les choses sérieuses commencent. Pour les veufs, ils ne croient pas au fait que montrer les partenaires à l’ enlogement joue un quelconque rôle. Par contre, les femelles reçoivent toujours leur partenaire avant l’enlogement. Parfois, elles le reçoivent aussi après une étape en fonction de la durée de celle-ci et des conditions de vols. Les jeunes qui sont adduits sont occultés et joués de façon naturelle. Après la saison, les pigeons ont la possibilité d’élever un couple de jeunes après quoi  ils sont séparés le plus vite possible. Car la maîtresse de maison m’a raconté qu’elle trouvait important que les pigeons, après une saison d’effort… puisse s’amuser. Les pigeons, une fois qu’ils ont été accouplés, passent énormément de temps à l’extérieur. Avec un regard plein de tendresse, elle dit ‘C’est magnifique de regarder les pigeons couchés dans la pelouse après qu’ils aient fait leur tour. Non, durant cette période ils n’ont strictement rien à faire mais peuvent faire ce qu’ils veulent’. Cela me fût raconté comme seulement une femme, passionnée par ses pigeons, peut le faire.

Les soins
Concernant les soins, nous pouvons en conclure que tout est fait de manière ponctuelle et que tout est concentré dans les mains de Marijke. Une fois que nous sommes en période de concours, comme c’est bien souvent le cas, les pigeons s’entraînent deux fois par jour. Ils ne croient pas dans les entraînements en semaine. Lorsque les pigeons sont bien, ils s’entraînent eux-mêmes suffisamment. Les jeunes quant à eux sont libérés une fois par jour pour faire leur tour. Marijke nous donne plus de détail, ‘Ils se ruent dehors et disparaissent pendant 1h3O’. En dehors de leur entraînement, ils sont nourris à volonté et ce, surtout lorsque l’on est à l’aube des concours de grand demi-fond. Au début, ils ajoutent parfois un peu de dépuratif dans le mélange sport, cela souvent concernant les étapes de vitesse.
Mais en général les pigeons sont bien nourris. Lorsqu’ils rentrent d’un concours, ils peuvent manger autant qu’ils veulent et cela sur conseil de l’ami Gerard Koopman. A ce propos, ils suivent à la lettre les conseils donnés par Koopman généralement concernant les soins à donner aux pigeons. Les boissons sont changées, si les températures le permettent, une fois par jour. Ils reçoivent régulièrement des légumes, de la levure de bière ainsi  que des cacahuètes. Mais de fait, comme Marijke me le fait remarquer énergiquement, c’est un sujet difficile à expliquer clairement. Cela peut changer, vous devez juste garder les yeux ouverts et agir en conséquence.

Le secret, ou est-ce simplement le côté médical ?
Médicalement, c’est la même chose que partout ailleurs. Durant le premier élevage, une cure de BS ou de Ronidazol. Par après, les fientes sont  contrôlées par le docteur Henk de Weerd à Breda et suivant ses conseils, on agît en conséquence. Au début de la saison, ils reçoivent au retour  une cure de tricho à leur retour en combinaison avec du glucose ou des électrolytes. Cela dépend bien sûr de la durée et des conditions de vols de l’épreuve. Autrement, ils reçoivent uniquement de l’eau pure lors de la 1ere heure suivant le retour. Toutes les 4, 5 ou 6 semaines, en fonction de l’état des pigeons, une cure d’Ornithose est administrée. Notez le, cela dépend surtout de l’état des pigeons ! Au début également, ils reçoivent un remède contre le syndrome d’Adéno coli latent. Mais selon Henk & Marijke, l’essentiel est de garder les yeux ouverts et de prêter attention à la santé des pigeons.

Je ne sais pas si c’est trop tiré par les cheveux mais revenons sur …
‘Aladin’, accouplé à ‘Farah Diba’, produisit ‘Mascotte’ NL 03-1116539. Son fils 05-1375863 remporta e.a. 1er Ablis 3.547 p. Un autre fils de ce ‘539’, en la personne du GB-06-L27623 (via Peter Fox) remporta le 1er St Quentin 1.879 p. et cela chez le très célèbre tandem Colijn-Ganus.  Mais ce “L27623” est père de “Cantel” NL 07-3762627, qui fût seulement jouée jusqu’à 1an et ne dépassa guère Orléans. A jeune, elle remporta les prix suivants : 4e Strombeek 8.402 p., 30e Pommeroeul 8.567 p. et 5e N.P.O. Orleans 14.014 p et comme  yearling 3e N.P.O. Orleans 9.800 p., 3e Creil 3.616 p., 6e Pithiviers 3.784 p., 8e Pommeroeul 2.082 p., 9e Pommeroeul 2.201 p.,
11e Creil 8.574 p. (elle appartient maintenant à Peter Fox). Egalement hors du NL 03-1116539, la NL 04-2041664qui est la mère de ‘Killwillie’ qui remporta 22e N.P.O.
Blois ’09 12.147 p. et 25e N.P.O. Chateauroux ’09 7.355 p.

Les conclusions de Marijke et Henk sont donc
Après avoir examiné plusieurs top pigeons, ils ont admis tous les deux que c’était cette super qualité qui a fait d’eux les champions incontestés en grand demi-fond dans leur province, et ce pour les années 2009 et 2010.

Ce qui fait de tout cela quelque chose de spécial
Des centaines de premiers prix furent remportés par tous ces cracks. Car des résultats tels que ceux remportés par les pigeons présentés ci-dessus ne peuvent être réalisés que par des pigeons de cet acabit…. C’est à cette conclusion que l’on était déjà arrivé en 1989. Simplement une lignée qui contenait quelque chose de plus que de simples reproducteurs. Après avoir lu tout ceci, j’espère vous avoir donné un excellent point de vue en tant que lecteur sur cette magnifique colonie, Marijke Vink de Mookhoek.
Ici,  chez le plus que sympathique couple que forment Henk & Marijke Vink, l’adage de mise est ‘Pas beaucoup c’est bien, mais bien c’est beaucoup’ !!!

Commentaires

awesome