Rechercher

R&P Vervloesem (Rijmenam, BE) condamnés à une suspension de 36 mois et à une amende de 15.000€

Après Roberto Panza un peu plus tôt ce mois-ci, la RFCB a également sanctionné René & Patrick Vervloesem de Rijmenam en utilisant les mêmes sanctions que pour Panza, et ce suite à leur test positif à l'atropine. Le verdict est dur. Suite aux conseils de leur avocat, ils ont décidé d'aller au civil.

La nouvelle avait là aussi fait l'effet d'une bombe: vers la mi-août, une lettre ouverte écrite par la famille Vervloesem faisait état d'un contrôle positif à une substance illicite répertoriée par la fédération. Ils avaient en effet reçu la visite des contrôleurs de la RFCB le 29 mai, soit le jour de l'enlogement de Bourges I. Sept semaines plus tard, la colonie de Rijmenam recevait la mauvaise nouvelle par la poste: positif à l'atropine. Le 29 août, les Vervloesem recevait le résultat de l'échantillon B, prélevé automatiquement lors de chaque contrôle afin de confirmer ou d'infirmer le résultat du premier contrôle (si positif). Celui-ci était identique à celui de la première analyse. Juste avant le week-end, le conseil de gérance national a rendu public la sanction prise à leur égard: René & Patrick Vervloesem écopent d'une suspension de 36 mois entrant en vigueur à partir du 18/10/2014. En outre, ils sont aussi condamnés à payer une amende de €15.000. Ils sont également déclassés de tous les championnats.

Vers le tribunal civil

Par l'entremise de leur avocat Gino Houbrechts, la famille Vervloesem a fait savoir qu'elle a décidé de ne pas en rester là et qu'elle portera l'affaire au tribunal civil car ils estiment que la peine proclamée par la RFCB est démesurée. Affaire à suivre...

Panza reste suspendu...

Personne ne sait si la procédure intentée au civil leur apportera plus de réconfort. Roberto Panza a connu le même sort il y a plusieurs semaines et a écopé de la même suspension que les Vervloesem. Là aussi, Panza n'a pas accepté la décision et s'est attaché les services d'un avocat afin d'intenter une procédure au civil contre la décision de la RFCB. Son dossier a été examiné en référé jeudi dernier au tribunal de Bruxelles. Le 16/10/2014, le juge en référé a estimé que la réclamation de Roberto Panza est recevable mais non fondée. Par conséquent, la suspension de 36 mois prononcée par le conseil de gérance national de la RFCB reste d'application.