Rechercher

Récit de l'Assemblée Générale statutaire de la RFCB du vendredi 26 octobre 2018 UPDATE

Le vendredi 26 octobre 2018 s'est tenue à Halle une Assemblée Générale statutaire de la RFCB. Vous trouverez un récapitulatif des décisions les plus importantes y ayant été prises dans ce reportage. Les changements les plus frappants concernent le calendrier vol des concours nationaux ainsi que le retour des bagues caoutchouc pour le contrôle.


Le conseil de gestion national a présidé la réunion

Calendrier national 2019

Le changement frappera surement les esprits de nombreux colombophiles car il ne restera pratiquement rien du précédent calendrier national. La succession des concours sera plus espacée, de nouveaux lieux de lâchers sont au programme et d'autres, plus anciens, disparaissent. C'est ainsi que deux concours emblématiques du calendrier national de grand demi-fond, à savoir Châteauroux et Argenton, disparaissent du calendrier. En ce qui concerne le fond, disparition d'un monument du genre: Brive. A l'exception du concours de Limoges (plus gros contingents de pigeons pour un concours de fond), les 3 concours de fond avec le plus grand nombre de pigeons en 2018 disparaîtront également, à savoir Brive, Jarnac et Angoulême. Ils seront remplacés par des concours que l'on jouait autrefois, à savoir Montauban, Aurillac (remplacé en 2016 et en 2006 suite à un manque de pigeons) et Souillac (remplacé en 2014 car le lâcher n'était plus possible sur place). Où se trouve la logique? Cela demande quelques explications.

D'après Boudewijn De Bosscher, le président du Comité Sportif National (CSN), la majorité des concours de grand demi-fond étaient concentrés à une distance moyenne de 450 km de Bruxelles. Même chose donc pour le fond avec une moyenne de 700-720 km pour Bruxelles, les concours de Limoges et Tulle étant un petit peu plus court et Montauban un petit peu plus long. Pour les plus grandes distances en province d'Anvers et du Limbourg, on se retrouve vite à 600 km ou plus pour un concours comme Argenton, ce qui est trop dur pour les pigeons nous a-t-on expliqué. Que dire alors du calendrier de fond qui devient plus difficile avec la suppression de 3 concours de 650-675 km et remplacés par des concours de minimum 700 km? A présent, il y aura donc un fossé énorme de 250 km à combler entre le grand demi-fond et le fond (de 450 à 700 km... à l'exception de Limoges dont la distance moyenne est de 650 km), ce qui est d'autant plus vrai pour les yearlings.

Francine Lageot a demandé pourquoi Jarnac et Angoulême ont été supprimés (tous deux étant organisés par des organisateurs wallons) et la réponse qu'elle a reçue est qu'il y avait trop de lâchers prévus à l'ouest (même chose pour Libourne). La répartition entre les différents organisateurs doit encore avoir lieu, en veillant à maintenir l'organisation de certains concours aux mêmes organisateurs par rapport à 2018. Il a également été demandé d'échanger Montélimar avec Limoges afin de maintenir le triptyque de la Route du Rhône, Valence-Montélimar-Marseille organisé toutes les 3 semaines. Cela a été refusé. La même chose pourrait être dite en ce qui concerne l'ancien trio Montauban-St.Vincent-Perpignan. Si Montauban avait été programmé la semaine suivant Cahors, précédant ainsi respectivement Montélimar et Limoges, ce problème aurait pu être solutionné à la satisfaction de plusieurs intervenants (et organisateurs). Mais ce ne fut pas le cas. Peut-être pour 2020? Il y aura toujours des discussions autour des lieux de lâcher et il est impossible de satisfaire tout le monde. Le président du CSN a choisi de suivre l'avis de son comité en concentrant la plupart des concours entre 450 et 700 km. Même si un ordre légèrement différent aurait pu aboutir à un meilleur équilibre dans le calendrier (principalement pour le fond), on revient à un calendrier similaire à ceux d'il y a plusieurs années. Donc, qui convient mieux aux amateurs de fond.

Pour Tours, on cherche toujours un nouveau lieu de lâcher à proximité de l'ancien, voir éventuellement un peu plus loin. Le président de Flandre Occidentale, Dany Vandenberghe, a abordé la problématique des distances trop courtes pour un national pour des concours comme Tours-Le Mans (trop à l'ouest) et Moulins-Nevers (trop à l'est). On craint également le risque de perte par fort vent d'est (par exemple pour Le Mans) pour l'est du pays, idem donc en cas de vent d'ouest pour les pigeons de Flandre Occidentale (sur des concours comme Nevers et Moulins). Il a conseillé d'opter pour des étapes plus centrales comme par exemple Argenton qui est la meilleure alternative mais qui a cependant été supprimé.
Voici le nouveau calendrier de vol 2019, qui a été adopté avec 13 voix pour. La Flandre Occidentale a, entre autres, voté contre.


Carte des lieux de lâcher avec une concentration autour de 450 Km (grand demi-fond) et 700 (fond)

Retour des bagues en caoutchouc pour les contrôles en grand demi-fond sous une forme plus stricte

Ce fut la consternation lorsque ce point fut abordé. Lorsque la proposition a été mise sur la table de revenir aux contrôles avec la bague caoutchouc, le président provincial d'Anvers, Pascal Bodegien, a demandé quel en était le but. En réintroduisant ce type de contrôle, on remet en question la qualité du système de constatation électronique. Pascal s'est informé auprès des firmes (chez qui le président national Frans Hermans avait également enquêté) et lorsqu'il a reçu les documents demandés, il en a conclu qu'une fraude n'était possible qu'avec une collaboration au sein du local d'enlogement... La réponse qu'il a reçue à ce sujet, la presse n'a pas pu en être témoin car Boudewijn De Bosscher nous a demandé de quitter la pièce durant la discussion. Du jamais vu auparavant lors d'une AG de la RFCB (fin de la transparence au sein de la maison de verre?).

Une partie de la discussion a-t-elle été centrée autour de vieux masters trouvés chez certains amateurs? Ou bien d'autres choses? La presse, et donc le public colombophile, n'en a aujourd'hui aucune idée. Les sociétés ont dû transmettre à la RFCB les numéros de code et les numéros des sceaux de leurs masters utilisés en 2018. Pour 2019, dans le cas où ces masters devraient encore être utilisés, chaque société dispose en son sein d'un code fixe pour chacun de ces masters.

Après une heure de discussion, il a été décidé de revenir aux contrôles avec la bague caoutchouc pour les concours de grand demi-fond (13 voix pour, 6 contre). Mais à partir de maintenant, les 2 premiers pigeons constatés dans chaque catégorie devront être contrôlés. Le premier constaté dans les 15 premières minutes suivant la constatation, le second dans les 30 minutes.

Pour info: Dans le sondage qui avait entretemps était réalisé sur PIPA par rapport à cette proposition, il apparaissait que les amateurs n'étaient pas favorables à un retour du contrôle caoutchouc. En effet, cette option avait reçu le moins de voix de préférence.
Même chose pour les amateurs handicapés - qui devaient jusqu'ici fournir une attestation annuelle rédigée par leur médecin grâce à laquelle la RFCB les exemptait de devoir contrôler leurs pigeons en raison d'un handicap - qui devront donc dorénavant contrôler leurs pigeons dans les 2 heures suivant la constatation officielle de leurs pigeons (en h, min, sec).
Le président du CSN a de nouveau souligné la nécessité d'annoncer les pigeons avec en heures, minutes et secondes exactes. Une remarque a alors été faite qu'en ce qui concerne les amateurs qui constatent via Unikon, les secondes ne sont pas visibles lorsque leur module n'est pas à côté de l'ensemble de l'appareil (par exemple lors d'un enlogement ou lors du report des appareils alors que les pigeons sont toujours en train de tomber). Le CSN est au courant de ce problème. Mais la firme Unikon a décidé de ne plus investir afin de régler ce problème.

Nota bene: TOUTES les bagues en caoutchouc à partir du 3e pigeon constaté de chaque catégorie doivent être rapportées au local au dépouillement.

Les amateurs doivent également faire en sorte que leur(s) appareil(s) de constatation dispose(nt) du fameux certificat de validité fourni par le conseil national de supervision des appareils de constatation. En cas d'absence de cette petite vignette (apposée généralement à l'arrière de l'appareil), les amateurs auront 5 jours ouvrables à partir du jour de constatation de l'absence de cette vignette pour se mettre en ordre. Les coûts engendrés par cette vignette sont à charge de l'amateur mais... ce coût passera alors de 1€ à 50€. Un surcoût énorme donc en cas d'oubli. En dehors de la saison, l'examen de votre appareil et la vignette qui en découle reste au prix de 1€.

Le début de la saison 2019 reste inchangé

La nouvelle proposition concernant le début de la saison de jeu (à partir du 4e samedi de mars pour les vieux, à partir du 4e samedi de mai pour les pigeonneaux) et sa fin n'a pas été acceptée. Le début et la fin de la campagne sportive restent donc identiques par rapport à 2018.

Inscription des pigeons

Tous les pigeons qui naîtront en 2019 ainsi qu'au cours des années suivants devront être obligatoirement transférés au nom de 'l'amateur qui joue' (2€ par pigeon).
Il est interdit de participer aux concours (enloger) ou à n'importe quelle autre activité de la RFCB avec des pigeons qui ne sont pas repris au nom de l'amateur à la RFCB. En cas de fraude, le pigeon concerné sera retiré du classement et le prix remporté par un pigeon concerné reviendra au profit de l'organisateur du concours ou de l'activité (dans le strict respect des conditions prévues à l'art. 89 du réglement).

Il est interdit de participer aux concours (enloger) ou à n'importe quelle autre activité de la RFCB, ainsi qu'aux championnats de la RFCB, avec des pigeons dont l'amateur ne dispose pas du titre de propriété. En cas d'absence du titre de propriété suite à un contrôle, l'amateur sera tenu de délivrer la preuve de propriété dans les 5 jours ouvrables suivant la date du contrôle, et ce sous peine de disqualification du pigeon au concours.

Deux conseillers juridiques

Le premier point abordé lors de la réunion était de déterminer s'il était opportun oui ou non de nommer un second conseiller juridique. Cette proposition avait été rejetée lors de l'AG du mois de juin mais a de nouveau été remise sur la table.

Il y aura donc deux conseillers juridiques, un néerlandophone et un francophone. Le second ne dispose pas du droit de vote lors d'une Assemblée Générale car il ne s'agit pas d'un mandataire élu. Gino Hoebrechts dispose quant à lui du droit de vote en tant que mandataire élu. L'ancien conseiller juridique francophone Dominique Charlier réintègre donc l'équipe mais il ne dispose pas du droit de vote lors d'une assemblée générale (uniquement au sein du conseil d'administration)

Le prix de la bague reste inchangé

Après au débat autour des coûts de structure au sein de la RFCB (plus d'infos prochainement), lors duquel certaines sommes de revenus et de dépenses ont été présentées (via un document strictement confidentiel uniquement remis aux mandataires nationaux), la décision suivante a été prise: le prix de la bague restera fixé à 1 euro par bague. A partir de la 151e bague, le prix d'une bague supplémentaire sera fixé à 2 euro l'unité.

Coopération en matière de contrôle doping

Le passage suivant a été ajouté à la réglementation du contrôle doping:
Le refus de coopérer de manière constructive à un contrôle doping sera soumis au jugement du conseil national d'administration, qui envisagera alors les sanctions suivantes:

-une suspension de minimum 3 mois jusqu'à maximum 36 mois
ET/OU
-une amende de maximum 2.500 €
soumis aux règles énoncées aux 4 derniers paragraphes de l'art 10 du règlement actuel.

Cliquez ici pour consulter les décisions importantes prises lors de l'AG du vendredi 26 octobre