Rechercher

Bourlard Père & Fils, "1er National, Narbonne"

 


Le dernier week-end de juillet s'annonçait chargé au niveau des concours nationaux.
Avec le Bourges des prisonniers, où les amateurs de plus courtes distances sont amenés à participer, tradition oblige, Narbonne pour les fonciers sans oublier le catastrophique St Vincent à lâcher retardé.
Au vu des prévisions météorologiques, les deux premiers furent remis au lendemain : des orages sur le nord de la France auraient pu occasionner des dégâts.
Le lendemain, les prévisions n'étaient pas réellement meilleures, toutefois, les deux concours furent lâchés pour 8h. Avec la chaleur & le vent de face, l'étape prévoyait d'être dure, ce qui fût confirmé après que les Bourges soient tombés.
Il fallait donc des castards ! Peu avant 19h, des pigeons furent signalés au court point en Normandie, il fallait donc être aux alentours de 8h pour être tôt au court point belge. Ce fut finalement le crack des Bourlard d'Harveng qui remportait la timbale, constaté à 20h12 pour 807km à la vitesse de 1032m/min, avec à la clé une 3e victoire nationale en 4ans pour ses heureux propriétaires !

Présentation
Le tandem Bourlard se compose du père René, 67 printemps, et du fils Etienne, 42ans. Ils sont des figures bien connues du sport colombophile : après Limoges en 2005 & Cahors en 2006, ils peuvent dorénavant ajouter Narbonne à leur tableau de chasse sans oublier un nombre impressionnant de top100 et ce, d'année en année.
On les trouve de plus en plus souvent à la pointe du résultat et cela depuis qu'ils ont décidé de se consacrer uniquement au fond. Avant, ils participaient encore bien au programme de grand demi-fond, les pigeons s'y montrant bien restaient dans ce créneau.
Actuellement, les meilleurs pigeons sont engagés sur les classiques foncières, sans aucun doute un gros plus dans les résultats engrangés. On préfère largement les étapes d'un jour, celles qui laissent au pigeon la possibilité de regagner ses pénates le soir même du lâcher. Le grand-fond est lui aussi abordé mais avec des équipes minimes.


Méthode
Les 48veufs sont remis en ménage courant août où on les laisse élever un jeune, retiré lorsque les mâles chassent à nid. Les femelles répondent & on les laisse couver 10jours, ensuite ils sont séparés & on laisse faire la nature. Ils sont de nouveau remis en ménage vers le 10mars & couvent jusqu'à abandon puis, de nouveau, recouvent une semaine et sont séparés. C'est là que la saison commence !
Les mâles sont enlogés progressivement, 2x en vitesse, Orléans & puis Bourges. Après on divise en équipe de sorte à jouer pigeonnier par pigeonnier, les pigeons laissés au repos n'étant pas dérangés. Les pigeons participent à 3 concours par an dans le fond de sorte à ne pas nuire à leur longévité sportive. On retrouvera d'ailleurs l'un ou l'autre pigeon de 8 ans l'année prochaine.
Les femelles sont toujours montrées avant l'enlogement & restent jusqu'au lendemain matin du retour. Du glucose ou du miel sont servis dans l'eau de boisson après une étape. Pour ce qui est du suivi vétérinaire, une visite occasionnelle est accordée en tout début de saison.
Les yearlings eux sont joués au célibat sur planchettes au début d'année, puis à la porte coulissante vers le milieu de la saison. Ils volent 3 vitesse, 3x Orléans puis Argenton & Limoges. Les femelles participent elles aussi aux différentes joutes : les vieilles accouplées à des reproducteurs sur position pour Barcelone ou Perpignan & les yearlings, comme dit plus haut, au célibat puis à la porte coulissante
. Pour ce qui est de l'obtention d'une place au pigeonnier des veufs, on tient compte de l'état de fraîcheur au retour & de l'une ou l'autre prouesse réalisée.
Les jeunes, +/- 140, sont simplement dégrossis en vitesse lorsqu'on en a le temps. Ils sont donc triés à la main car la carrière sportive des oiseaux ne débute réellement qu'à 1an.

Les origines présentes au pigeonnier de reproduction sont les Deneufbourg, Roosens par achat direct & via Roger Depeeter, Delbruyère & enfin les Gyselbrecht qui coule à 25% dans les veines du vainqueur national.

Le vainqueur (9089299/03)
Justement, venons-en à lui ! Il n'en était pas à son coup d'essai.
Dans son palmarès, on trouve déjà un 3e local de Béziers en tant que yearling.
Puis à 2ans un 1er local de Châteauroux doublé du 70e zonal de Cahors dans 2863.
A 3ans, 27e national Narbonne (déjà) de 6033 vieux & la 31e place dans 9634 pigeons.
En 2007, à cause de la grippe aviaire, il participe uniquement à Cahors où il remporte la 18e place nationale dans 5894 vieux.
Avec un palmarès pareil, il était capable de faire encore mieux ! C'est ce qu'il réalisa ce 27juillet avec la 1ere place de 6843 pigeons à Narbonne, bon pour le 3e international.
Son père (9051600/00) est un direct Roosens, acheté comme œuf. Il provient d'un fils du Perpignan de Santens qui remporte le 9e,25e & 85e national de la même étape X mère du 9e nat Narbonne.
Sa mère (9003354/97) est ce que l'on peut appeler la poule aux œufs d'or. Elle était déjà mère du 1er nat Cahors, la voilà désormais mère d'un 2e rejeton vainqueur national !
Elle provient d'un fils du roi Deneufbourg X une directe Gyselbrecht, achetée à la vente de 95. Narbonne 2008 vient de consacrer non pas uniquement un tandem père-fils mais bien une famille tout entière vouée au bien-être de leurs pigeons. Car il faut savoir que chez les Bourlard, tout le monde se consacre à ceux-ci, que ce soit pour gratter, enloger, constater, etc.
Clin d'œil au petit Luc qui connaît déjà comme un as les pigeons de ses champions de père & grand-père. L'adage dit 'jamais 2 sans 3'… pourquoi pas maintenant 'jamais 3 sans 4' ?? C'est tout le mal que l'on vous souhaite !!
Félicitations de la part de Pipa !