La 'Norelientje' de Tony Hubrechts (Broekom, BE) remporte le 1er national Marseille

Le vainqueur belge de Marseille 2013 est le limbourgeois Tony Hubrechts de Broekom (Borgloon) qui est donc le plus rapide des 2.418 pigeons.

'Norelientje' (BE09-5086328), qui a reçu son nom par rapport aux deux petites-filles de Tony, Nore et Lien, a été constatée vendredi à 20:13:05 après avoir parcouru 854,644 km, bon pour une vitesse de 1077,62 m/min. Elle devance de 33 m/min le 2e national et se classe finalement 5e à l'international dans 8.831.

'Norelientje' a été engagée sur fin de couvage. Son mâle avait été retiré du pigeonnier dans l'avant-midi de sorte à ce qu'elle reste constamment dessus. Au début, elle devait participer à Barcelone mais vu qu'elle a mis du temps à pondre, Tony n'a pas su l'enloger pour l'étape catalane. Il a préféré l'enloger en compagnie d'une autre femelle sur Marseille. Comme quoi le hasard fait bien les choses et le négatif - Tony était vraiment déçu de ne pas savoir la mettre sur Barcelone - se transforme parfois en positif.

Au début de la saison, elle a participé 2 x à Marne-la-Vallée, Melun et le national de Châteauroux à la suite. L'année dernière, elle avait également participé à Marseille mais était rentrée deux jours plus tard (le dimanche). L'année passée, elle avait remporté son prix sur Orange avec un 34e de 222 pigeons.

'Norelientje' est une petite femelle avec une tête très expressive et un caractère calme.:

Le pedigree de 'Norelientje' parle pour lui-même. Son grand-père paternel n'est autre que le 797-98, un demi-frère du Champ de Dieter Ballmann (Amel, BE). Le fameux Champ a volé quatre fois en tête Barcelone et Perpignan avec e.a. le 9e et le 14e national Barcelone ainsi qu'un 67e international Marseille. Du côté de la mère, on retrouve du sang néerlandais dans ses veines puisqu'il s'agit de pigeons de Ko van Dommelen. De plus, une nièce (BE10-483) de 'Norelientje' remporte le 1er provincial de Narbonne en 2011.

En 2009, Tony remportait le 2e provincial de Pau. Et sur les 328 Limbourgeois engagés sur l'étape, seuls 2 avaient été constatés le jour même. Une sacrée performance! En 2011, Tony remportait le 14e national de Perpignan (met BE06-410).

Tony joue depuis 1960 - déjà 53 ans - à pigeon. Il a appris les ficelles du métier grâce à son père qui avait fabriqué à Tony un petit pigeonnier. Dans ce pigeonnier, 8 pigeons étaient logés et il y remporta deux premiers prix. Il a donc été habitué à se classer tôt dès ses débuts! Dans les années 60, le père Hubrechts et Tony ont joués avec leurs neveux de la famille sous le nom Frères Esters. Ils ont joué fort en vitesse et en demi-fond avec de nombreux titres de champions à la clef.

En 1968, le père de Tony recommença à jouer seul en vitesse et en demi-fond à Lauw. Il continua à remporter beaucoup de premiers prix. En 1981, Tony se lança également à son compte à la Koekelbronstraat de Broekom. A ses débuts, il ne jouait qu'en vitesse avant de se lancer tout doucement vers le demi-fond et désormais le grand fond (depuis 2006). En 1989, 1990, 1993 et 1995, Tony fut champion général de la société L’Epervier Waremme. Il a été longtemps l'un des plus forts joueurs de vitesse de la province du Limbourg avec ici et là plusieurs titres de champion au niveau provincial. En 1998, il se classa même au championnat national vitesse.

Depuis 2006, Tony se focalise uniquement sur le grand fond. Et comment! On retrouve majoritairement chez Tony des pigeons de Dieter Ballman mais aussi Willems Albert, Piet de Vogel, Jan Polder et Chr. Van der Velden. Les trois derniers sont des néerlandais.

La préparation des pigeons

Tony commence la saison avec une centaine de voyageurs (tant mâles que femelles), tous joués au veuvage total. Les pigeons participent à plusieurs épreuves de vitesse et de demi-fond avant d'être engagés sur le concours national de Châteauroux du 1er juin. Tony considère toujours ce concours comme un entraînement! Après cette étape, les pigeons sont remis en ménage pour faire un nid et tant les mâles que les femelles sont joués au naturel pour les étapes de grand fond. Tony ne nettoie jamais ses pigeonniers mais il fait un grand nettoyage après la mue. Au niveau des soins et de la nourriture, Tony ne jure que par la simplicité et pour lui, un bon pigeon doit rester en parfaite santé grâce à sa résistance naturelle. Cela se reflète d'ailleurs dans le suivi sanitaire de sa colonie, lui qui visite le vétérinaire Karlo Van Rompaey une fois toutes les lunes.