La colombophilie au temps du corona: Modifications drastiques également pour la vitesse, Jos Cools nous en dit plus

C'est le moment opportun d'aborder les changements adoptés par un spécialiste des concours de vitesse dans notre rubrique 'le sport colombophile au temps du corona'. Cette fois, c'est Jos Cools de Grobbendonk qui nous a donné le change et qui nous explique ce qu'il a mis en place pour ses 12 veufs.

Le toujours très sympathique Jos Cools a expliqué à PIPA comment il abordait le report de la saison colombophile. En tant que pur vitessier, Jos prend part à la compétition avec 12 mâles joués au veuvage et une petite équipe de pigeonneaux, ces derniers seulement étant obscurcis. A cause du coronavirus, Jos a pris la décision il y a une grosse semaine de mettre également ses veufs dans le noir. "Normalement, je les joue jusqu'à fin juin mais je m'attends à ce que nous puissions commencer à jouer au mois de juillet. C'est pourquoi j'ai décidé d'obscurcir mon colombier de veufs et j'espère ainsi pouvoir garder mes 12 veufs en plumes avec l'espoir de jouer un peu cette année", expliqua Jos.

"Mes veufs ont élevé un couple de hâtifs, en même temps que mes reproducteurs. Ensuite, ils n'ont pas été remis en ménage. Mais puisqu'on ne peut pas les jouer pour le moment et qu'ils ne verront pas leur partenaire chaque semaine, je pense que je vais les remettre ensemble toutes les 2 à 3 semaines. Je fais ça durant une journée entière et je pense même les laisser jusqu'à deux nuits ensemble. J'ai surtout peur que mes veufs aillent chercher des femelles ailleurs. D'ailleurs, il y a toujours des pigeons autour du clocher pas loin de chez moi et on pourrait même les perdre", continua Jos.

"En ce qui concerne la nourriture, ils reçoivent un mélange bien plus léger que d'habitude. Même chose pour les volées qui sont moins longues. J'ouvre les fenêtres plus rapidement que d'habitude. Certains restent plus longtemps dehors mais il y en a d'autres qui rentrent directement", poursuivit Jos dans l'explication de la situation actuelle au colombier.

Nous reviendrons prochainement auprès de Jos afin de savoir comment se déroule la vie au colombier à Grobbendonk. D'ici là, il espère que des mesures d'assouplissements auront été prises mais cela reste bien évidemment à voir et comme il le dit si bien: "Il ne nous reste plus qu'à persévérer dans les mesures qui ont été prises sinon, tout cela aura été vain."

Pour vos réactions, idées ou questions en ce qui concerne le sport colombophile durant le corona, une adresse: redactie@pipa.be