Jan Ceusters (Berlaar, BE) 1er Champion National RFCB Grand Fond 2012

Devenir 1er Champion National RFCB Grand Fond, ça demande beaucoup d’effort. Pourtant, remporter ce prix n’était pas difficile pour Jan Ceusters qui habite à Berlaar. Nous vous présentons la colombophilie pure au niveau supérieur.


Jan, quelques de ses grands-fils et 75% des reproducteurs

Et le paysan, il continuait à labourer

Le camouflage, l’éclairage (aussi de pigeons anciens) et l’entraînement (de vols de 350 km et plus): ce sont les sujets préférés des colombophiles. Une seule personne qui ne s’occupe pas de ces techniques est notre Champion National RFCB Grand Fond 2012. Dans la vie normale, Jan Ceusters est propriétaire d’une exploitation agricole spécialisée dans le bétail et les choux fleurs. De plus, chaque jour Jan aide son fils qui gère une exploitation laitière. Vous pouvez faire la somme vous-mêmes: il reste très peu de temps pour la colombophilie. Nous pouvons donc conclure que c’est seulement la qualité du pigeon qui compte pour Jan. Il n’intervient pour élever le niveau physique. Chaque jour la même ration : moitié changement de poil et moitié régime. La semaine avant Barcelone, un seul traitement contre le tricho. En octobre, un traitement qui dure 10 jours contre le paratyphus sans inoculation. C’est tout. Chaque matin vers 5 heures, Jan fait son tour dans les étables pour contrôler si tout va bien, il mange une tartine, il fait sortir les veufs et se met à cultiver le chou sur ses champs. Entre trois et cinq heures plus tard, il rentre à la maison et appelle les veufs. « Si je laboure le champ et les veufs se rassemblent au-dessous de ma tête, je sais que la grande forme est présente. Cette idée rend le travail moins dur.”

La remise de gaz

Il y a beaucoup d’années Jan était déjà colombophile. Pourtant, il n’a pas participé à des compétitions durant plusieurs années, à cause d’un manque de temps, du travail sur la ferme et de l’adolescence de ses enfants, qui préféraient l’équitation. Jan continuait à garder des pigeons. Il n’a jamais perdu sa passion pour la colombophilie, ce qui en 2008 résultait en une “remise de gaz”. En ce moment, Jan possédait un mâle et une femelle de Jef Vercammen (Koningshooikt, BE). Un fils de ce couple a volé par exemple une 80ième nationale à Barcelone et était blessé quand il rentrait de Perpignan. Son corps était plein de plombs qu’on a dû enlever avec une pincette. Un an plus tard, le même pigeon a été enlogé pour Barcelone, mais il n’est plus jamais retourné à la base. Heureusement, deux sœurs pures de ce mâle ont relancé vivement la ‘carrière colombophilique’ de Jan. Une de ces femelles a été accouplée à « Voske », un mâle originaire de Marc Lemahieu (Burcht, BE) et un cadeau du voisin Herman Vandenbroeck. Le résultat : deux frères excellents. Ils n’avaient qu’un an quand ils ont gagné en 2009 la 12ième et le 13ième prov. de Bordeaux. Jan se trouvait sur un de ses champs quand il a vu rentrer un de ces pigeons. L’autre était déjà rentré et se trouvait dans le pigeonnier. Malheureusement, « Voske » est décédé l’année passée. Entretemps, Jan n’achetait que quelques pigeons. Il avait toujours bien réfléchi avant d’acheter un certain pigeon. Il savait donc bien ce qu’il faisait en achetant ces pigeons, ce qui est la preuve de sa connaissance et de sa professionnalité. Jan a acheté chez Nico Haesen (Maastricht, Nl) un mâle et une femelle de la famille de « Blauwe Vanoppen » originel de Wijnands et fils. Le mâle (1438404/06), qui plus tard a été nommé “Blauwe Vanoppen”, a été accouplé à une fille de “Voske”. Le résultat de leur reproduction est formidable. En 2009, deux de leurs fils ont volé le 1er et le 2ième de St. Vincent au Club de Fond Bevel.  Vous pouvez voir le pedigree du "Blauwe Vanoppen" par clicquer ici.


"Blauwe Vanoppen"

Ensuite, Jan a acheté de Guido Van Den Bulcke (Balegem, BE) un demi-frère de “Biscaya (4406638/03)”, 3ième Pigeon Ass National Grand Fond. Ses ancêtres sont entre autres une 2ième nationale de Barcelone, une 1er nationale de St. Vincent et d’autres pigeons qui font partie des meilleurs au niveau national. Vous pouvez ouvrir ce pedigree ici. D’un grand-fils de ce “Geschelpte As (4315110/04)”, accouplé à la femelle de Nico Haesen, est né le "6248507/08". Ce qui attire l’attention chez Jan est que le père ainsi que le fils sont nés la même année (2008). Le “507” restait longtemps dans le nid et a été entraîné pour Limoges. Il est important à savoir que Jan donne seulement une bague en caoutchouc aux pigeons qui volent dans les compétitions importantes. En 2010, ce « 507 » a gagné la 19ième prov. de Marseille. En 2011, c’était la 35ième prov. de Barcelone (201e nationale) et, finalement, en 2012 la 10ième  prov. de Barcelone (111e nat.). A ce moment, il occupe la 11ième position du classement pour le titre de “Primus Inter Pares”. Le jour que Jan a acheté le “Geschelpte As” de Guido Van Den Bulcke est aussi le jour qu’il a acheté 2 pigeons anciens (1998/1999) de Mario De Keyser. Ce dernier avait garanti que ces deux pigeons étaient encore, malgré leur âge, appropriés pour la reproduction. Seulement un jeune est né de ces 2 pigeons. Par conséquent, Mario laissait Jan choisir un autre pigeon. Jan a choisi le "4248660/04", un fils de “Killer”, un fils du 1er de Barcelone de 1998. 

La reproduction

“Le fond coûte des plumes”. C’est la réponse courante que les amateurs du fond donnent quand on leur parle du grand nombre de pigeons qu’ils possèdent. A Berlaar, le descendants naît de trois couples de reproducteurs. Nous les avons déjà présentés. Cette année, Jan a ajouté un quatrième reproducteur mâle, le "6165894/09". Quand il avait deux ans, ce mâle a volé le 19ième prov. de Marseille de 383 pigeons. Cette année, à un jour ouvrable, il n’est pas rentré au pigeonnier. Comme Jan avait remarqué que les pigeons avaient volé près des câbles électriques, il a décidé de contrôler le bord du canal.

C’était de la peine perdue, parce que le jour après le « 894 » n’était pas encore retourné. Un jour plus tard, quand Jan et son fils retournaient des champs, ils ont vu un pigeon qui marchait vers la ferme. C’était le « 894 » qui s’était brisé l’aile. Fin de sa carrière dans les concours, mais un renforcement pour la reproduction.

Le système de concours et la sélection

Le descendants n’est pas seulement produit par les 4 couples de reproduction, sinon aussi par les meilleurs veufs. Une semaine après Perpignan, on accouple tous les veufs, même les jeunes de cette année qui, l’année prochaine, feront partie de l’équipe des veufs. On déplace  un jeune des meilleurs veufs sous un autre couple, de façon que chaque couple élève un jeune. Vers le fin de novembre, on accouple de nouveau les veufs et le même procès se répète. Quand les jeunes ont à peu près 3 semaines, on éloigne les femelles. Les mâles et les femelles ne se revoient qu’au moment de l’enlogement lors du premier vol de fond. En effet, les autres colombophiles sont d’opinion que les pigeons de fond doivent être enlogés de manière calme. Jan, par contre, montre les femelles avant le départ. Cela doit être un technique très avantageux, comme prouvent les résultats qui l’ont mené au titre de Champion National Grand Fond RFCB 2012 :

Barcelone: 11590 p.: 111-580

Marseille: 3245 p.: 80-313

Narbonne: 6583 p.: 90-295


"Late Jonge Vale": futur Primus Inter Pares?

Tous les pigeons qui ont changé de poil pendant l’année de naissance, doivent voler un vol de grand fond quand ils ont seulement un an. Les échecs sont interdits : si le pigeon remporte un prix, il peut rester, sinon il devra quitter le pigeonnier. C’est la soi-disant « survie du plus apte » ou "Survival of the fittest" dans son sens pur.  Les pigeons d’un an qui restent plus longtemps dans le nid participent à des Quievrains et des Noyons. Ils ne doivent voler des vols de grand fond que quand ils ont deux ans. Après, ils doivent voler deux vols de grand fond par an.

Et le paysan, il récoltait et il jouissait

Jan Ceusters est le Champion National RFCB Grand Fond 2012 par excellence. Il fournit la preuve qu’on peut remporter de grands prix, malgré un traitement minimal, mais faisant confiance aux qualités des pigeons. La colombophilie devrait être un loisirs après le travail et pas une activité qui vous rend encore plus stressé, n’est-ce pas ? Pourtant, les colombophiles d’aujourd’hui oublient souvent cet aspect de plaisir. «  M’asseoir dans mon fauteuil et voir un pigeon voler au-dessus de ma tête, ça me donne un coup de fouet, » dit Jan. Nous lui souhaitons encore beaucoup de tels moments heureux.