Ferdy De Scheemaeker (Ooigem, BE) remporte le 1er Nat. Barcelone 11.706 vieux en plus de 'L'Aile d'Or'!

Et ce à une vitesse moyenne record de 108 kilomètres par heure! Ferdy vient de réaliser le rêve de chaque amateur de fond, remporter Barcelone! Et étant donné que c'est l'oeuvre de son 1er marqué, il remporte en prime 'L'Aile d'Or' au Brugse Barcelonaclub.

Cela doit être la première fois, dans la riche histoire de Barcelone, que les pigeons aient été lâchés si tard, c'est-à-dire à 14 heures vendredi après-midi. Cela doit être également la première fois qu'un pigeon atteigne la vitesse record de 1801,62 m/min pour une distance de près de 1044 Km. Inimaginable... cela prouve donc que certains oiseaux ont volé durant la période de neutralisation et donc durant la nuit.

Avec les hautes vitesses atteintes et les arrivées relativement tôt dans la matinée de samedi, l'édition 2012 de Barcelone aurait dû connaître un déroulement relativement régulier. La majorité des spécialistes estimaient alors que les colonies néerlandaises allaient faire main mise sur ce Barcelone étant donné que leurs pigeons sont entraînés à voler dans l'obscurité et que les vitesses attendues étaient élevées. Cela ne fut pourtant pas le cas. Etrange car les néerlandais avaient également le concours de Tarbes-Albi au programme qui fut lâché à 14 heures et les pigeons y ont volé de nuit. Sur Barcelone, les pigeons de tête figurant dans le ‘Top 20’ international étaient équitablement répartis entre la France, la Belgique et les Pays-Bas.

Le pigeon le plus rapide de notre pays s'est posé à Ooigem chez Ferdy De Scheemaeker. Ferdy a constaté son vainqueur national à 6H 00’ 13” précise pour une distance de 1057,933 Km à la vitesse moyenne de 1792,44 m/min, ce qui représente environ 107,5 kilomètres par heure!  Après les premières annonces, tout le monde pensait que les pigeons n'étaient plus très loin mais c'est tout le contraire qui s'est passé. Celui qui a su constater un pigeon de Barcelone avant midi, c'est-à-dire plus de 6 heures après la constatation du vainqueur national, était quasiment assuré de faire partie du ‘top 100 ou 150’ du concours national et ce dans 11.706 pigeons. Cela démontre que les pigeons étaient en réalité bien plus loin de leur colombier qu'on ne l'avait imaginé suite aux premières constatations. Etonnant compte tenu des conditions de vol favorables dont les pigeons ont pu bénéficier durant toute la matinée de samedi, tous les lâchers français ayant d'ailleurs pu être libérés tôt au matin. Pour quelles raisons? Tout le monde se pose encore la question. Il est de toute façon bien plus facile de discuter après que le concours ait eu lieu.

La fête à Ooigem

C'est la famille de Ferdy De Scheemaeker qui fut mise à l'honneur puisque ce dernier est le tout nouveau vainqueur national de l'une des plus belles classiques du sport colombophile international, Barcelone. C'est ‘L'écaillé plume blanche de Barcelone’ BE09-3011492 qui s'est chargé de réaliser l'exploit pour le compte de Ferdy, un colombophile qui participe chaque année avec beaucoup d'enthousiasme au concours de Barcelone avec un rêve suprême... remporter l'étape! C'est aujourd'hui chose faite. Ce pigeon vient couvrir de gloire son patron et la famille de ce dernier. Samedi matin à Ooigem, c'est la fête totale!

Ferdy aurait très bien pu manquer l'arrivée de son vainqueur national. Il s'est levé de bonne heure, brancha son appareil électronique à 5h55 et parti ensuite chercher son journal avant de rentrer boire une tasse de café et d'avaler une tartine en vitesse. Il se mit ensuite à lire son journal avant de détourner ses yeux vers le spoutnik... et de découvrir qu'un pigeon de Barcelone l'attendait sur la planche. L'appareil électronique indiquait 6h et 13 secondes précise. Le temps de faire le contrôle nécessaire et d'annoncer le pigeon, Ferdy comprit directement qu'il serait tôt. Quelle chance que je n'ai pas ouvert les entrées, s'exclama-t-il. Il aurait pu rentrer et échapper totalement à mon attention. S'ensuivit plusieurs heures avant que le coup de téléphone tant attendu ne vienne finalement lui apporter la délivrance: il remportait la victoire nationale! Il est d'avis que son pigeon a volé une bonne partie du trajet durant la nuit. C'est en fait une spécialité dans sa famille puisque plusieurs de ses soeurs ou demi-soeurs se sont déjà faites constater très tôt le matin, notamment sur les concours ‘euro-internationaux’ de San Sebastian et Biarritz, où Ferdy échoua 3 fois à la 2e place du podium avec des femelles provenant du même père que le vainqueur national de Barcelone. Voici d'ailleurs à quoi ressemble son pedigree:

-Père: ‘Kees’ NL01-2435311… un direct Doede van der Veen de Nijbeets (Friesland -P-B), c'est un produit consanguin sur le fameux ‘Dolle’ NL67-2052951 (qui vola lui-même le 3e Nat Dax, et le 3e Nat St.Vincent) de Marijn Van Geel, la même lignée qui permi à Wim & Martin van Houten d'IJsselstein de remporter le 1er Internat. Barcelone. A l'époque, la lauréate était issue d'un accouplement demi-frère x demi-soeur et était, tant du côté du père que du côté de la mère, une petite-fille de la ‘Fille Vlekje’ NL87-8793077 (hors du 2e Nat Dax: le ‘Vlekje 434/81’) a l'époque accouplée à un petit-fils du ‘Dolle’! ‘Kees’ est le reproducteur de base de la colonie et a déjà produit plusieurs bons pigeons:

  • ‘Ria’: 2e Euro Internat Biarritz 2.067 p. en ’05, 1er Euro Intnat Biarritz 528 femelles
  • ‘Tia’: 2e Euro Internat San Sebastian 1.803 p. et ’07, 2e Euro Intnat 422 femelles
  • ‘Tania’: 2e Euro Internat San Sebastian 1.958 p. et ’08, 2e Euro Intnat 263 femelles

De superbes voyageuses qui avaient l'habitude de voler de nuit afin de se faire constater chaque fois à l'aube! C'est donc une particularité qu'ils possèdent dans les gênes, précisa Ferdy.

-Mère: ‘Miss Stichelbaut’ BE07-3203627… une directe Frans Labeeuw de Bissegem, une pure Stichelbaut, produit consanguin sur le ‘Zwarte Fijnen’ Stichelbaut avec la lignée du ‘Titi’.

Deux lignées consanguines croisées l'une sur l'autre avec l'objectif de remporter une victoire nationale. En fait, c'est le premier fils de ‘Kees’ qui a été enlogé sur les concours de grand fond, ajouta Ferdy. Il fut seulement débloqué comme pigeonneaux et participa à Libourne comme yearling. L'année dernière, il étala toute sa classe lors du concours de Marseille où il remporta le 5e local de 87 pigeons (1424 Intnat 10.654 vieux) et duquel il rentra frais comme un gardon… un très bon signe! Cette année, il fut enlogé sur le concours national de Montluçon avant de participer à son premier (et dernier) Barcelone duquel il sorti grand gagnant.

 

Une solide lignée de fonciers

Depuis 4 ou 5 bonnes années, Ferdy joue principalement des femelles sur nid lors des concours ‘Euro-Internationaux’ de Biarritz, San Sebastian et St.Vincent, des concours avec lâcher retardé. Etant donné que ces concours n'ont plus lieu depuis 3 ou 4 ans, notre ami s'est rabattu sur les concours internationaux, Barcelone étant son objectif principal. A l'heure actuelle, il possède une vingtaine de veufs (8 vieux, quelques 2 ans et 10 yearlings), en plus de 20 femelles jouées sur nid. Ferdy précise qu'il envisage de jouer dans le futur plus de mâles au veuvage sur les concours de grand fond. Il justifie cela par le fait que le jeu des femelles au naturel représente un travail supplémentaire en vue de les avoir sur une position idéale, cela sans parler des entraînements nécessaires. Sur Pau, mes femelles ont eu très difficile. Est-ce parce qu'elles n'avaient pas assez de kilomètres dans les ailes ou bien parce qu'elles n'étaient pas encore suffisamment en condition suite à l'élevage complet d'un jeune… je n'ai aucune explication, toujours est-il que cela devient un phénomène récurrent. Sur les concours préparatoires de 400 et 500 Km, elles couvent à blancs. Sur les concours que je vise, elles sont enlogées sur un petit jeune. Cela veut dire qu'elles doivent être accouplées à une certaine date afin d'être enlogées sur la position parfaite. Cela représente un travail supplémentaire et une parfaite connaissance de la part de l'amateur. 

Les mâles qui voyagent sont joués au veuvage classique. Ils peuvent élever un jeune après la saison. Ils n'élèvent jamais avant la saison mais sont remis en ménage vers le  20 mars et, après quelques jours de couvage, ils sont mis au veuvage. Dimanche passé (jour de l'enlogement) Ferdy lâcha ses pigeons préparés en vue de Brive vers 17h30. Durant leur entraînement, les 2 mâles enlogés pour Barcelone (en plus de 4 femelles sur nid) ont pu voir leur femelle durant une dizaine de minutes avant d'être finalement mis au panier en direction de Barcelone. Pas vraiment de motivation spéciale donc. A noter que le vainqueur n'avait pas encore mué une plume.

Au niveau des soins, Ferdy reste aussi simple que possible, sans chichi. Il se rend chez le vétérinaire avant la saison et ses pigeons sont vermifugés. Quelques jours plus tard, ils reçoivent une cure de 4 jours contre le tricho. Sinon, ses pigeons reçoivent beaucoup d'ail dans l'eau de boisson et il distribue régulièrement de la nourriture avec de la levure de bière. Le soir, c'est le mélange Sport Extra de la firme Versele-laga que l'on retrouve au menu alors qu'ils sont nourris avec du dépuratif au matin. Les 3 derniers jours avant l'enlogement, ils reçoivent un supplément de désert, et ils doivent se débrouiller avec ça, ajouta Ferdy. Les pigeons bénéficient de 3 à 4 semaines de repos entre 2 concours de (grand) fond.

Notre vainqueur national enlogea 6 pigeons sur Barcelone et 3 d'entre eux ont remporté leur prix au local de Meulebeke dans 183 p. 1-36-51 (6), tous issus de la lignée du ‘Kees’. Sur Brive, il débuta aux 19e et 30e places dans 183 vieux avec les deux premiers marqués en tête de 4 engagés. Ses yearlings ont quant à eux participé à Libourne qui était d'ailleurs leur premier test et ils remportent un joli 4 sur 9 avec les 10e-18e-27e & 33e de 97 yearlings… Ferdy accorde beaucoup d'importance à ce premier test et il regarde surtout à l'état de fraîcheur des pigeons à leur retour car cela lui permet de voir si ses pigeons sont aptes à voler plus loin. Les 8 couples de reproducteurs sont majoritairement issus de la lignée du ‘Kees’ et de ses enfants. Il y a pour le moment entre 50 et 55 pigeonneaux chargés d'assurer le futur de la colonie de Ferdy De Scheemaeker.

Ferdy n'est pas prêt d'oublier la matinée de samedi dernier, surtout lorsque son vainqueur de Barcelone se posa soudainement sur le spoutnik… un moment magique qui lui donne la victoire nationale… ainsi que ‘L'Aile d'Or’! La fête pouvait alors commencer, des moments inoubliables à Ooigem dont on se souviendra encore longtemps, surtout que les célébrations vont se succèder les unes après les autres! Ferdy, nos sincères félicitations et profites-en bien!