Albert Jamaigne (Les Bulles, BE) gagne le 1er international Narbonne vieux!

L'étape traditionnelle de Narbonne, avant-dernier concours international du calendrier, aura été assez dure pour nos pigeons. Une fois n'est pas coutume, la victoire internationale est remportée en province de Luxembourg, pas loin de la frontière entre la France et le Grand-Duché.


Albert Jamaigne, tout sourire après sa victoire internationale.

Dur mais équitable

Reporté d'un jour suite au mauvais temps prévu sur la France durant la journée de vendredi, l'édition 2014 de Narbonne fut redoutable pour les pigeons les plus inexpérimentés, en témoigne le déroulement du concours des yearlings. Le concours des vieux s'est quant à lui déroulé un peu plus régulièrement même si ce fut loin d'être évident pour tous. Cette année, les pigeons de tête se trouvent en majorité sur la ligne de l'est. Et c'est à Les Bulles, une petite commune de Gaume située non loin de Virton, qu'a été remportée la victoire internationale chez les vieux (plus grande vitesse du contingent général vieux-yearling, 20.888 pigeons).

Constaté à 19h21''23 après avoir parcouru 752 kilomètres, le vainqueur international réalise ainsi la vitesse moyenne de 1.027,35 m/min, soit une avance d'un peu plus de 10 m/min sur l'étonnant pigeon de Raoul Bronckaert de Grâce-Hollogne (1.017,67 m/min), un pigeon de 8ans qui semble être dans la forme de sa vie et qui devait se farcir 100 kilomètres en plus que le vainqueur. Le podium international est complété par le vainqueur national France, le pigeon de Gérard Aderholt de Forbach (1.010,44 m/min). A l'heure actuelle, on ne connaît toujours pas le contingent exact des pigeons allemands et néerlandais. Il est donc évidemment impossible de connaître le chiffre exact des vieux engagés au doublage international.

Une victoire internationale en province de Luxembourg

Albert Jamaigne (71 ans, retraité de chez Belgacom) ne pensait pas pouvoir réaliser un tel exploit. Samedi en début de soirée, c'est à sa plus grande surprise que son mâle noir est arrivé tel un bolide pour remporter la victoire internationale. Il faut dire que les amateurs de la province du Luxembourg n'ont pas pour habitude de réaliser pareille performance. Jouant 99% du temps contre la masse, le vent et j'en passe, les triomphes internationaux sont plutôt rares dans la région, même si Frank Rohen (Bivange, Luxembourg) démontra le contraire dans les années 90. Sa femme partie en vacances, Albert pouvait se consacrer totalement à ses pigeons. Samedi vers 19h00, il se tenait prêt pour l'arrivée de ses pigeons. Une petite faim le poussa cependant à aller grignoter quelque chose dans la cuisine. Lorsqu'il regagna sa cour, surplombée par ses pigeonniers, il entendit son pigeon fendre l'air à toute vitesse, sans toutefois avoir eu le temps de le voir arriver. Le temps de grimper en haut, le pigeon était déjà rentré et constaté électroniquement. 

L'homme

Originaire de Herstal en province de Liège, voilà une petite vingtaine d'année qu'Albert Jamaigne a décidé de changer d'air afin de s'installer à Les Bulles. Il racheta l'ancien moulin du village alors qu'il n'était plus qu'une ruine et le retapa tout doucement. Colombophile depuis ses vingt ans, il se réserva évidemment un espace entièrement dédié à sa passion. Et comme c'est bien souvent le cas, les pigeonniers furent terminés avant la maison. D'un point de vue sportif, il s'est surtout fait connaître pour ses constatations dans les nationaux pour pigeonneaux. Il a en effet remporté plusieurs tops 100 nationaux ainsi que le 7e national La Souteraine et le 12e national Bourges face à 30.748 jeunes en 2010. Un véritable exploit de par sa situation géographique! C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il est considéré comme le spécialiste du jeu à pigeonneaux en terre luxembourgeoise. A l'heure actuelle, sa colonie est composée de 28 veufs, d'une dizaine de couples de reproducteurs/éleveurs ainsi que d'une centaine de jeunes. Albert aime enloger ses pigeons à toutes distances mais ce sont surtout les nationaux qui ont sa préférence.

Gestion de la colonie

A ce propos, la méthode appliquée à Les Bulles est loin d'être commune. Les voyageurs de la colonie ne voient en effet leur femelle qu'une dizaine de fois tout au plus. Accouplés le 1er janvier en même temps que les reproducteurs, ils peuvent élever un couple de jeunes et sont séparés jusqu'à... la fin de la saison! Pas de femelles durant la saison, ni à l'enlogement, ni au retour! Albert explique: 'La raison est simple: je vieillis! J'en avais marre de devoir attraper les femelles en volière et puis de devoir les monter moi-même au pigeonnier. Maintenant, c'est beaucoup plus simple et moins contraignant pour moi.' Si vous pensiez tomber sur un motivateur hors pair, c'est raté! Quoique...

'Cette année, j'ai procédé comme je le fais depuis plusieurs saisons: les mâles ne voyaient donc jamais leur femelle et le plateau est toujours retourné dans un demi casier. Avant l'enlogement, je ne le retourne même pas. Mais pour Narbonne, je me suis dit qu'il était temps de faire quelque chose car c'était le dernier concours de la saison pour ceux qui partaient. Peut-être fallait-il tenter quelque chose pour leur donner envie de revenir plus vite. Je me suis donc tenu à ma ligne de conduite et les pigeons n'ont pas vu leur femelle. Par contre, j'ai décidé de retourner les plateaux cinq minutes afin qu'ils y prennent place avant d'être mis au panier. Apparemment ça a marché!' Et c'est le moins que l'on puisse dire!

Albert a également pu contrôler la montée en forme de ses protégés grâce à des velux placés dans chaque compartiment. Devant ces velux, un voile opaque a été placé tant et si bien que les voyageurs étaient placés en semi obscurité. En fin limier, il a ajouté de la clarté petit à petit pour arriver au maximum avant Narbonne. Le résultat, vous le connaissez.
Après la saison, tout le monde déménage en volière afin de suivre un régime de spartiate. Beaucoup d'air et uniquement du mélange dépuratif pour se protéger des hivers rigoureux de la province du Luxembourg. Point à la ligne!

Le vainqueur

Joué au veuvage, ce magnifique mâle noir écaillé a probablement dû puiser la motivation nécessaire pour réaliser son exploit en se voyant retourner son plateau pour la seule et unique fois de la saison. Il fallait le faire!


Le vainqueur international dans toute sa splendeur.

Père: BE08-7006095
GP: BE05-9033440, de chez feu Frédéric Fernand (Bléharies) via Marcel Lekeuche (Maubray)
GM: BE07-7008181, fille du 341/06 Leonard (Athus) x 914/01 Desmet x Nibus
Mère: NL06-1046234, directe Klip-Verhaegen, produit consanguin sur un couple frère x soeur. 
GP: 
NL05-1371645 'Fils Super Pair', NL96-585 'Fransie' x NL97-342 (demi-soeur du 'Super 09', 2x top 100 national Pau). Le 'Fransie' de chez Frans Smeets remporta le 1er Chantilly 10.108 p, 11e Creil 3.298 p, 14e Châteauroux 9.353 p, 75e Pau 2.493 p ainsi que le 95e Bourges 2.275 p. 
GM: 
NL11-1862160 'Shana', fille Super Pair, soeur du précédent. Remporta le 2e prov Marseille, 47e Nat Marseille 8.730 p, 152e Pau international 8.438 p, 184e Marseille national 3.679 p.

Cliquez ici pour consulter le pedigree de la mère

Albert, félicitations pour cette toute belle victoire internationale!