Buscar

Les différentes sortes de Colombiers

On peut construire un colombier sous toit ou au jardin. Les colombiers bâtis sur une annexe, ou un garage peuvent être comparés aux pigeonniers de jardin, avec cette différence que tout dépend de ce qui se trouve en-dessous.

On peut construire un colombier sous toit ou au jardin. Les colombiers bâtis sur une annexe, ou un garage peuvent être comparés aux pigeonniers de jardin, avec cette différence que tout dépend de ce qui se trouve en-dessous.
Quand on veut construire un pigeonnier, il y a lieu de réfléchir mûrement à ce que l'on va entreprendre et de tenir compte de tous les éléments, favorables, de la situation que l'on choisit, ou qui est imposée.

Le colombier sur toit
Lorsqu'on désire établir un colombier sous les combles, ou quand on y est forcé, il n'est pas toujours possible de l'orienter, ni de l'exposer comme on le souhaiterait.
Dans ce cas, il faut choisir la meilleure exposition et la meilleure orientation. Si la trappe est ailleurs qu'au Sud-Est ou à l'est, il faut absolument prévoir une aération du côté, où il ne pleut pas, et s'efforcer de faire entrer, dans les locaux, le plus possible de lumière, de chaleur et d'air.
Rien de telle, pour le joueur au naturel, comme pour le veuvage, qu'une grande baie dans le toit, aménagée comme le serait une fenêtre dans la façade. Il ne faut pas avoir peur d'entailler largement la toiture, et même de faire avancer les pigeonniers le plus possible hors du toit.
Un pigeon tombe toujours facilement dans une haute baie établie verticalement.
Bien entendu, cela implique des frais, mais ceux-ci sont vite regagnés plus tard, lorqu'on joue.
Ce qu'on croit pouvoir épargner en rognant sur les frais de construction d'un colombier, se perd dix fois dès les premiers concours. Par contre, des frais faits à propos constituent toujours un placement de choix.
On a souvent crié qu'un pigeonnier sous toit ne vaut rien parce que les corniches et gouttières voisines sont des lieux où les pigeons vont s'empoisonner. De même a-t-on dit beaucoup de mal des toitures et terrasses où il y a de la mousse.
Ces dangers sont beaucoup moins grands qu'on ne le pense. D'ailleurs, on peut toujours recouvrir une corniche d'un treillis, goudronner une gouttière, racler une terrasse envahie par la mousse. Mais je vous dirai tout de même que j'ai connu des amateurs, dont les pigeons étaient à la porte presqu'en tout temps,et qui n'ont jamais eu des pigeons empoisonnés dans les gouttières ou corniches. Ils vivaient pourtant en pleine ville, au milieu de bâtiments pour la plupart très anciens et passablement malpropres. La seule chose que je n'aime pas, c'est un toit plate-forme surtout, où l'eau séjourne; Un pigeon perdu y vient boire, fienter, il y dépose des microbes de morve, diphtérie, de muguet, etc... vos pigeons iront y chercher aussi la coccidiose. Attention.
Pour ce qui est de l'aménagement intérieur, je traiterai ce sujet à la fin, quand j'aurai parlé des colombiers sur annexe, et des colombiers de jardin.
Je tiens à vous dire qu'il n'est pas très bon pour la santé des pigeons , de se trouver dans un grenier directement sous les tuiles, ardoises ou éternit.
Il y fait étouffant en été il y fait désagréable dés que le temps est humide. Les pigeons ne se sentent pas bien, là où leur maître ne reste qu'à contre-coeur.
Rien de tel, dans ce cas, que le matelas d'air qui empêche les grands écarts de température. Ne vous effrayez pas de cette expression "matelas d'air". Je veux simplement dire qu'i faut poser de simples feuilles d'unalit ou triplex, sur le treillis où les lattes espacées qui servent de plafond. Vous pouvez les enlever à volonté, les écarter plus ou moins, tout en laissant un petit espace entr'elles pour l'aérage. Ainsi, vous aurez une protection efficace et la température de colombier variera fort peu, qu'il fasse très chaud ou très froid.

Le colombier sur annexe
Le colombier sur annexe peut être comparé à, celui du jardin. Etabli au-dessus d'un four ou d'une étable, ou d'un grenier à foin, il sera peut-être la fortune colombophile de celui qui a eu l'heureuse idée de l'y construire.
Bâti sur un garage, dont la terrasse est cimentée, il y a beaucoup de chances qu'il ne vaille rien.
Si je devais construire un colombier pareil, je poserais sur des poutrelles, de manière, que l'air puisse circuler librement entre la terrasse et le plancher. Ce plancher, bien entendu serait double.
Le premièr serait de 4/4 sur les poutrelles, le deuxième - posé sur des chevrons, de manière à avoir un second matelas d'air - serait de 3/4. On pourrait même ajouter et ce ne serait que mieux, bien entendu, un troisième en feuilles de triplex, posé sur le 2e.
Cela coûterait assez cher, j'en conviens. Mais, je le répète, n'y a-t-il rien de plus cher que les pigeons qui ne tombent pas ? On croit épargner en rognant sur les frais indispensables pour construire un colombier, on le perd dès qu'on se met à jouer.

Le colombier de jardin
C'est le modèl le le plus pratique à tous les points de vue. D'abord, il épargne à la ménagère beaucoup de travail, tracas, vu qu'il ne salit en rien la maison.
Ensuite il peut être construit comme on l'entend, sans s'occuper de ce qui existe dans un grenier.
Le colombier de jardin peut être le meilleur de tous. Mais il ne peut pas être établi n'importe où.
Si le terrain est quelque peu humide, si la végétation des alentours est abondante, si quelque bâtiment ou les arbres lui portent ombrage, le colombophile aura toutes les peines du monde à amener la forme et surtout à l'y faire rester.
Etablir un colombier de jardin dans un endroit bien dégagé et si possible, à l'abri des vents du nord et de nord-est.
Un tel abri, qu'il soit formé au moyen d'arbustes ou de bâtiments, a presque toujours le désavantage de projeter de l'ombre sur l'installation. Et celle-ci est plus encore à redouter que la bise. Cependant, une maison située à quelque distance peut fort bien protéger le colombier du vent, sans le maintenir dans l'ombre, assez tard dans la matinée. Des arbres aussi.
Il ne peut y avoir d'arbustes trop élevés à proximité immédiate d'un pigeonnier de jardin.Même des noisettiers en massif peuvent atteindre une hauteur trop forte et maintenir aux bords, une humidité toujours pernicieuse.
Des poiriers, des pruniers, et, à plus forte raison des pommiers sur tiges ne sont pas à conseiller dans des jardins à proximité immédiate des colombiers, il faut qu'ils se trouvent à une certaine distance.

Le compartiment des jeunes
Murs nus, à l'exception des perchoirs et casiers, si l'on se propose de jouer les jeunes, veufs ou sur un nid.
Dans le compartiment des jeunes que l'on ne soumet pas au jeu et qu'on joue non accouplés, on se contente de placer des perchoirs contre la paroi du fond. Donc, rien à gauche, ni à droite.
Ces perchoirs sont de simples planchettes d'une largeur de 15 à 20 cm, et d'une hauteur un peu plus forte. Séparé par des planches verticales, à la manière de simples casiers, mais sans devantures.
Les dimensions doivent être telles qu'un seul pigeonneau occupe une place. Au cas, où deux jeunes pourraient y rester côte-à-côte, il y aurait des accouplements que le colombophile ne souhaiterait pas.
Par terre, des mangeoires, si l'on ne nourrit pas au plancher. Un abreuvoir qu'on enlève après chaque repas. Une boîte ou un petit objet en terre ou en fer galvanisé, où l'on met du Grit dont le pigeonneau a absolument besoin pour le broyage de ses aliments. Seulemernt, du Grit dur, silex.

Le compartiment des veufs
Murs nus, également, sauf le fond qui est garni de casiers. Ces casiers sont doubles et peuvent être utilisés en deux, de manière à enfermer la femelle d'un côté et que son mâle puisse la voir mais non l'approcher.
Ce modèle de casier est connu. Il peut être exécuté de différentes manières, toutes basées sur le même principe qui est celui du veuvage lui-même.
Je donne une variante qui permet de jouer les mâles à casier fermé. Devant les casiers se trouvent des perchoirs, établis de telle façon qu'un seul mâle puisse se poser juste en face de son propre nid.
Vous aurez remarqué depuis longtemps que les pigeons n'aiment pas de nicher trop près du plancher. Tout le fond du colombier des veufs, doit être occupé par les casiers dont la dernière rangée, pour bien faire, ne doit pas se trouver à moins de 40 cm. du plancher. La première par contre, doit toucher le plafond , ou bien le dessus doît être masqué par une feuille de triplex, comme on doit masquer l'espace compris entre le plancher et la première rangée de casiers.
Les pigeons ne peuvent se poser nulle part ailleurs que dans leur casier, sauf au plancher, bien entendu mais là, ils ne se plaisent guère.

Le compartiment du naturel
Il n'y a rien de plus facile que les casiers de veuvage, même pour le naturel. Je conseille donc d'établir le colombier du naturel sur le modèle du colombier des veufs. Y sont joués principalement, les mâles d'un an qui se retrouvent comme chez eux, lorsque plus tard, ils passent dans le compartiment des veufs. Si les jeunes sont mis au colombier du naturel, on dispose leurs perchoirs contre les parois de gauche et de droite.
Cette façon de faire, permet d'accoupler certaines jeunes femelles que l'on aime de jouer, avec de vieux mâles. Ou bien le contraire, des vieilles femelles avec des jeunes mâles.

L'aération
Dans n'importe quel colombier, l'aération jouer un rôle capital. Faites bien attention. Vous ne pouvez vous imaginer l'importance de ce chapitre.

Là où il y a de grandes baies, comme dans ceux que je viens de décrire, il suffit de les laisser ouvertes jour et nuit, pour obtenir une aération presque suffisante. Sauf en été, lorsqu'il fait chaud. Alors, il faut de toute nécessité, faire intervenir la verrière. Cette verrière que j'ai conseillée pour chaque compartiment permet d'assurer un courant d'air léger, sans atteindre les oiseaux et de garantir ainsi le constant renouvellement de l'air au colombier.
A la base de la verrière, il y a des ouvertures que l'on peut fermer à volonté, au moyen d'une planchette glissante et percée de trous. L'air passe, ou non, suivant que les trous de la planchette sont placés en face des ouvertures de la verrière. C'est le système d'aération que l'on voit dans les wagons de chemin de fer et qu'il est facile de réaliser.

Les accessoires
Dans un colombier bien tenu, les accessoires sont réduits au strict minimum. Leur nombre et modèle varient d'après la saison et méthode de jeu. L'idéal, c'est d'avoir, pour chaque couple, un abreuvoir et une mangeoire à part. Ceci demande beaucoup de travail et n'est appliqué, généralement que dans les compartiments où l'on joue des veufs, en été. Mais, à condition de bien nettoyer, on peut se contenter de nourrir au plancher et d'utiliser un seul abreuvoir par compartiment. Le tout est de le tenir constamment propre.

Comentarios

hello. it will be nice to translate in english. best regards, m

google toolbar will automatically translate the articles for you if you add it to your toolbar. bjsmyth