Entretien avec Joost De Smeyter

Outre son talent naturel, Joost De Smeyter a quelque chose que tant d'autres n'ont pas. Un feeling tout simplement exceptionnel pour les pigeons en plus de compétences incontestables pour obtenir le meilleur rendement de ses pigeons. Il y a toujours à apprendre d'un tel amateur. Lors d'un entretien très ouvert, il nous a parlé de son approche, de sa philosophie et aussi de ses succès.


Une pointure internationale des concours de fond et de grand fond: Joost De Smeyter-Restiaen

Si un classement existait pour décerner le titre de meilleur amateur de grand fond de Belgique en 2015, Joost De Smeyter en serait probablement le grand favori. Ce serait tout à fait normal au vu de la saison qu'il a réalisé en 2015 en remportant par exemple la victoire internationale de Pau face à 9.052 p., le titre d'Euro Diamond, le titre de 1er Champion Marathon d'Europe de l'Ouest, le 2e As Nat. Grand Fond RFCB et le meilleur pigeon belge sur 3 concours internationaux. Phénoménal!

Alors qu'il vient à peine d'entrer dans la quarantaine, Joost De Smeyter est déjà un modèle pour beaucoup d'amateurs. Il s'agit d'une pointure nationale du sport colombophile belge. Il ne fait pas de fioritures et garde les choses simples. Joost est un amateur all-round qui joue du demi-fond jusqu'au grand fond. Il élève beaucoup, entraîne beaucoup, joue beaucoup et sélectionne très dur. C'est la seule façon d'arriver au top. Simple mais efficace. En parlant avec un tel amateur, vous apprendrez toujours quelque chose. Nous nous sommes entretenus avec lui et lui avons posé quelques questions.

PIPA: Joost, tu viens du monde cycliste. Est-ce que cela a joué un rôle dans tes succès en colombophilie?

Joost: "Oui, c'est certain. Dans les deux cas, tout se base sur l'accompagnement d'athlètes de haut niveau. C'est un peu comme évoluer en tant que directeur sportif. Il y a une évolution constante dans tout ce qui concerne l'accompagnement des athlètes de haut niveau. Depuis quelques temps, tout va de plus en plus vite en colombophilie. Lorsque vos pigeons ne sont pas au top, c'est que vous devez vous impliquer plus dans leur gestion."

PIPA: Dans quel domaine ces connaissances t-ont-elles été utiles?

Joost: "Ce fut très important en ce qui concerne l'entraînement, la récupération, le repos et la préparation. Mais aussi au niveau du schéma alimentaire et des produits complémentaires. Savoir ce dont vos pigeons ont besoin et aussi à quel moment. Et savoir ce dont vous allez avoir besoin. Par exemple lors de l'utilisation de protéines et de graisses. Pourquoi les utiliser, dans quoi peux-t-on les retrouver et, le plus important: comment et quand en faire usage?
Même lorsqu'on est pas dans la saison, la gestion quotidienne est élémentaire. Pendant la mue, l'élevage et la période hivernale, vos pigeons doivent également être accompagnés. A certains moments, il faut leur donner des produits naturels. Les pigeons ont par exemple besoin de fer et, hors saison, vous devez faire en sorte de toujours leur en donner. Même chose pour les acides aminés durant la mue. Pendant la période de repos, il faut aussi purifier le sang. Suivre vos pigeons, vous devez le faire 365 jours par an. Même chose au niveau de la nourriture et des suppléments. En faire de trop peut être nocif mais sachez qu'une carence sera encore plus préjudiciable."

PIPA: On y arrive donc pas seulement avec du talent?

Joost: "Pas nécessairement, non. Regardez: la classe et le talent, la persévérance et l'orientation, ça se trouve dans les gênes. C'est inné. En obtenir le rendement optimal, c'est le travail de l'amateur. Cela passe par un suivi en terme de nourriture, d'entraînement, de repos et d'observation. J'ai vu ça tant de fois dans le cyclisme: des jeunes bourrés de talent mais trop paresseux pour s'entraîner. Ils n'ont jamais percé. Tandis que d'autres types avec moins de talent mais plus de volonté et de caractère y sont arrivé. C'est la même chose dans le sport colombophile."

PIPA: Donc, l'entraînement et la discipline sont deux choses nécessaires?

Joost: "La nourriture joue pour moi un rôle plus important. La nourriture et l'entraînement sont indissociables. Travailler et s'entraîner pour gagner. L'entraînement est le paramètre le plus important pour attendre une bonne condition et donc de bons résultats."

PIPA: Tu es un all-rounder puisque tu joues du demi-fond jusqu'au grand fond. Tu remportes des victoires sur des concours aussi banals que Pont et Souppes et tu fais la même chose sur Barcelone. As-tu remarqué une différence entre les pigeons utilisés pour ces deux disciplines?

Joost: "Oui et pas qu'une. Pour chaque discipline, il y a un type de pigeon. J'essaie de les garder séparer autant que possible et aussi de les laisser s'entraîner à part."

PIPA: Si je comprends bien, tu as des pigeons spécifiques pour chaque discipline?

Joost: "C'est exact! Pour le demi-fond, j'utilise des pigeons de chez Willem de Bruijn et un peu de pigeons de chez Charles Van Lancker et Robert De Clercq. Pour les concours de fond, je me  base sur les Gaby Vandenabeele, les Rudi De Saer, les Wim Boddaert et les Sébastien Casaert-Sénéchal (via un élevage en commun). Pour le grand fond, j'utilise ma propre souche basée autour de la lignée du Joost, du Grand Cru, de Peggy ou encore d'Elsie. J'introduis régulièrement du sang nouveau, soit des as pigeons ou des vainqueurs nationaux, afin de recroiser par la suite."

PIPA: Tu fais donc des volées séparées?

Joost: "Oui, je trouve que les pigeons de demi-fond s'entraînent autrement que les pigeons de fond. D'après moi, les pigeons de demi-fond s'entraînent à un rythme plus élevé avec une dépense d'énergie plus importante. Les pigeons de fond et de grand fond s'entraînent quant à eux à un tempo plus lent mais ils s'entraînent par contre plus longtemps. C'est une caractéristique que l'on peut aussi remarquer sur les résultats. Les pigeons de demi-fond savent pointer en vitesse, ceux de grand fond rarement. Ils sont plus lents. C'est la raison pour laquelle je préfère qu'ils s'entraînent à part. L'autre raison qui me pousse à faire cela, c'est qu'ils doivent être au top à des moments différents. Cela dépend de la discipline et il y a donc des pics différents. L'entraînement doit donc être différent."

PIPA: Est-ce que l'approche est donc si différente?

Joost: "En principe non. Comprenez-moi bien: la manière de faire les choses est la même. Ce que je veux dire, c'est que les 'ingrédients' sont les mêmes. C'est juste qu'ils doivent être utilisés d'une autre manière. Les pigeons de demi-fond vont pratiquement toutes les semaines au panier. Ceux de grand fond y vont toutes les trois semaines. Cela veut donc dire que les pigeons de demi-fond doivent récupérer plus rapidement puisque le laps de temps avec le prochain concours est plus réduit."

PIPA: Est-ce que l'alimentation est différente ou bien utilises-tu d'autres suppléments alimentaires?

Joost: "Avant toute chose, la nourriture est la même. C'est juste qu'elle est donnée de façon différente. La récupération et l'entraînement, vous pouvez gérer ça avec la nourriture et les compléments alimentaires. Je fais confiance depuis longtemps aux mélanges Plus I.C. de la firme Versele-Laga tandis que les compléments alimentaires viennent de chez Belgavet. La gamme des mélanges Plus empêche les carences de différentes substances (acides aminés, vitamines et oligo-éléments, ndlr.). J'utilise les mélanges Depure Plus I.C. (dépuratif), Gerry Plus I.C., Champion Plus I.C. et Superstar Plus I.C. Après un concours de grand fond, j'utilise aussi le mélange élevage Start Plus I.C. car il contient plus de protéines. Il n'y a cependant pas de règle fixe parce que les disciplines nécessitent une approche différente. En majeure partie parce que la difficulté du concours est différente."

PIPA: Comment procèdes-tu?

Joost: "C'est simple, jusqu'à Vierzon les pigeons reçoivent tous le même mélange. C'est aussi simple que logique puisqu'ils participent aux mêmes concours. A partir du premier concours de fond (Limoges, ndlr.), je commence à modifier les mélanges. Tant que les pigeons sont enlogés pigeonnier par pigeonnier, ça ne pose pas de problème. Ils sont ainsi nourris au bac commun. Mais lorsque vous avez des pigeons à enloger et des pigeons au repos dans le même pigeonnier, il faut nourrir individuellement.
Jusqu'à ce qu'ils partent à Vierzon, le mélange est léger (c'est un mix entre plusieurs mélanges cités plus haut ndlr.). Une fois que nous arrivons aux concours de fond, les pigeons reçoivent un mélange sport durant les derniers jours, soit Champion et Superstar Plus, suivi d'un mélange désert. Après le vol, je me concentre sur la récupération de l'effort consenti."

PIPA: Au plus vite ils récupèrent, au plus vite tu peux recommencer à les préparer pour le concours suivant.

Joost: "C'est exact. Cela je le fais grâce à la nourriture ainsi qu'aux compléments alimentaires. Comme je l'ai déjà dit, j'utilise les produits de chez Belgavet. Ce sont des produits d'origines naturelles, c'est pourquoi ils ont ma préférence. Pour la récupération, j'utilise des produits à base de protéines comme Inovator et Biceptorax. Si les pigeons ont vraiment produit un effort conséquent, vous pouvez les donner tous les deux à quelques jours d'intervalle. Pour les préparer, je fais un mix entre des produits à base d'ail (poudre d'ail, ndlr.), Vegetural (légumes sous forme de poudre, ndlr.) et Tzurex, tout cela combiné avec de l'huile, de la levure de bière et du vitaminéral."

PIPA: Tu viens de dire 'si les pigeons ont produit un effort conséquent'. Y'a-t-il des signes qui te permettent de savoir jusqu'à quand tu dois donner ces produits de récupération?

Joost: "L'amateur doit voir ce qu'il se passe dans son colombier. Les pigeons le montrent. Vous pouvez le sentir en examinant les muscles. Prenons l'exemple de mon équipe de Barcelone de 2015. Il s'agissait de femelles jouées sur nid. Vous pouviez voir aux pigeons qu'ils avaient tout donné sur ce Barcelone. Ce qui n'était pas surprenant avec cette chaleur, puisque ce fut d'ailleurs l'une des éditions les plus difficiles. J'ai alors décidé de ne plus faire voler mes pigeons durant les cinq jours qui ont suivi. Cette période de repos leur a fait un bien fou. Le jeudi suivant, je les ai donc lâchés à nouveau et la volée a duré une bonne demi-heure. Le lendemain, ils ont volé une petite heure."

PIPA: Barcelone, c'est mieux avec des pigeons joués sur nid?

Joost: "De préférence. Avec des  femelles sur nid. Attention, avant ce concours elles sont au veuvage. C'est alors un plaisir de les observer voler. Les femelles s'entraînent un peu plus intensivement que les mâles. Parfois, une heure et demie sans problème. Cette année, elles ont participé à Vierzon et à Issoudun (durant la même semaine que Bourges/Limoges, ndlr.). Donc, deux concours de grand demi-fond d'affilée (400 à 450 km, ndlr.). Après quoi elles furent accouplées. Ensuite, vous obtenez l'effet inverse puisqu'elles ne volent presque plus à moins que vous les y forciez. Je le fais occasionnellement. Lorsque je dois aller quelque part en soirée, je les prends parfois avec moi mais je n'en fais pas une généralité.
Après le concours provincial d'Issoudun, elles ont encore pris part à quelques étapes de vitesse et de petit demi-fond. Elles ne peuvent alors passer qu'une nuit au panier afin d'éviter l'abandon de leur nid. Je choisi donc ces concours préparatoires en fonction de la météo. Si le temps est bon pour samedi, alors elles volent un Souppes-sur-Loing (petit demi-fond, ndlr.). Si les prévisions sont meilleures pour le dimanche, alors elles voleront un concours de vitesse. Elles partent ensuite pour Barcelone sur un jeune âgé de quelques jours."

PIPA: Et après, c'est Perpignan qui est au programme?

Joost: "Oui mais là je les enloge sur un couvage d'une dizaine de jours. C'est donc totalement différent de Barcelone mais je n'ai jamais remarqué de différence dans les résultats. Pour moi, c'est plus une question de condition. Comme je l'ai dit, les pigeons reçoivent cinq jours de repos après Barcelone. Le vendredi qui suit, ils sont accouplés à nouveau en vue de Perpignan."

PIPA: Les mâles ont besoin d'une approche différente.

Joost: "Oui en ceci qu'ils sont plus difficiles à contrôler. Tant que je peux les jouer par pigeonnier, ce n'est pas un problème. Mais si tu veux tout jouer, tu dois diviser les équipes. Et c'est comme ça que tu te retrouves avec des pigeons qui doivent partir au concours et d'autres qui sont au repos pour le week-end. Cela nécessite une approche différente."

PIPA: Pourquoi?

Joost: "Tant que tout le pigeonnier part au même concours, les femelles sont placées au même moment pour le retour des mâles. Je pratique comme cela dès les premiers entraînements. Les femelles sont toujours présentes au retour. De ce fait, ils apprennent le système plus vite, surtout les yearlings. Sachez cependant qu'avant le départ, aucune femelle n'est montrée. Je présente seulement les plateaux dans l'autre partie du casier, parfois retournés, parfois pas."

PIPA: Comment procèdes-tu dès qu'il y a des pigeons au repos?

Joost: "Si c'est le cas, cela signifie qu'on est déjà un peu plus loin dans la saison. Dans ce cas, aucune femelle n'est présente au pigeonnier pour les retours des concours. Les pigeons n'en ont de toute façon pas besoin puisqu'ils doivent d'abord récupérer et se reposer. Le lendemain du concours, les pigeons qui ont voyagé ne sont pas lâchés. Ils peuvent alors voir leur femelle pendant que ceux qui étaient au repos s'entraînent.
Le plus important, c'est d'avoir de bons pigeons en forme. Ca, c'est le travail de l'amateur."


Une partie des installations De Smeyter-Restiaen. D'après Joost, l'orientation n'a aucune influence sur la condition des pigeons.

PIPA: Est-ce que la condition dépend du pigeonnier?

Joost: "Un petit peu, surtout de l'orientation du pigeonnier. Mais ça ne sert à rien si votre pigeonnier est mauvais à la base. Durant les deux premières années qui ont suivi la construction de mon pigeonnier, il y avait encore plusieurs choses à perfectionner. C'est à l'amateur de faire en sorte que son pigeonnier soit bon. Un mauvais pigeonnier, vous le retrouvez surtout chez un mauvais amateur, point!"

PIPA: Une remarque pleine de vérité!

Joost: "Je le sais mais c'est comme ça. L'amateur doit faire en sorte que ces pigeons soient en top condition au moment où il veut briller. Pour le demi-fond, vous devez les avoir au top à partir de la mi-mai, pour le fond c'est au début du mois de juin et pour le grand fond, à partir de Pau. C'est comme ça.
En premier lieu, c'est l'orientation du pigeonnier qui est importante (la direction, ndlr.) puisque c'est en fonction de celle-ci que la forme apparaîtra rapidement ou non. Mais ce sont des choses que vous pouvez également maîtriser artificiellement en jouant avec la lumière et la chaleur."

PIPA: Et en ce qui concerne les médicaments?

Joost: "J'essaie de me limiter au minimum. C'est impossible de faire sans, il faut rester clair. Mais si vous commencez à chipoter en cours de saison à ce niveau-là, vous ne ferez jamais une super saison. Ici, j'essaie surtout d'assurer une bonne condition de base et pour cela, les produits de Belgavet sont vraiment bons. Pour le suivi médical, je rends visite à Pascal Lanneau (de Moen, ndlr.). A partir de Vierzon jusqu'à Perpignan, il me rend visite une fois par semaine. Je ne traite que lorsqu'il le décide. On essaie de trouver un juste milieu entre son expertise scientifique et mes observations quotidiennes. Lorsque je le consulte, on regarde si oui ou non les pigeons doivent être traités, et si oui, avec quoi. Cela peut parfois produire un effet boost ou un pic au moment opportun. Si pas, le traitement n'a aucun intérêt. Et quand il n'y a rien à faire, on ne fait rien."

PIPA: Tu provoques donc un pic de condition au bon moment.

Joost: "Oui c'est ça. Si vous voulez gagner le Tours des Flandres ou Paris-Roubaix, vous pouvez être au top au bon moment. C'est la même chose avec les pigeons. Surtout en ce qui concerne les classiques de fond et de grand fond. Pour moi, les paramètres les plus importants que vous pouvez maîtriser sont: la lumière, la chaleur, la préparation et l'entraînement."

PIPA: Comment les pigeons De Smeyter-Restiaen sont-ils préparés pour une saison de fond?

Joost: "Après Perpignan, les pigeons ne sont plus lâchés à la maison. Plus aucun pigeon ne sort avant janvier. A partir de ce moment, je recommence à les faire voler deux fois par semaine. La fréquence des vols à la maison est alors augmentée afin qu'ils soient à une volée quotidienne avant que les entraînements ne commencent. Les pigeons peuvent s'entraîner à la maison une fois par jour jusqu'à Vierzon. Après Vierzon, ils doivent voler deux fois par jour.
Jusqu'à Souppes, ils reçoivent un mélange très léger et le dépuratif en est l'ingrédient principal. Une fois arrivés à Vierzon, lorsque les concours de fond sont en ligne de mire, je passe à un mélange plus riche avec plusieurs mélanges sport. J'augmente également les jours de bon mélange avant un enlogement. Les pigeons sont également nourris individuellement. Même chose pour les traitements que nous essayons de donner au bon moment, lorsque c'est nécessaire. Pour les pigeons de grand fond, quand c'est nécessaire, le premier traitement a lieu après le week-end de Bourges/Limoges. Trois semaines avant Pau donc. Le but est de les amener en top condition. Au bon moment, comme je l'ai déjà dit."

PIPA: Et qu'en est-il des pigeonneaux?

Joost: "Ils ne reçoivent rien ici. Même par contre l'adéno. Peut-être que la situation prendra plus de temps à s'améliorer mais les pigeons en sortiront plus forts. Je sélectionne mes pigeons sur base de leur résistance naturelle, surtout pour les concours de fond et de grand fond. Hormis les vaccins obligatoires, les pigeonneaux ne reçoivent ici qu'une seule chose: une bague électronique juste avant Bourges. Ils doivent alors s'habituer à voyager. Les entraînements en semaine peuvent parfois aider. Je trouve que ça a beaucoup d'intérêt, surtout pour les amateurs qui se spécialisent avec les pigeonneaux"

PIPA: Sélectionnes-tu sur la prise en main ou sur base de leur résistance naturelle?

Joost: "Sur les deux. Un pigeon de (grand)fond doit tout avoir. Ce que je regarde surtout chez un voyageur, c'est la souplesse des muscles qui doivent également être longs, tout comme le dos qui doit être solide. Cas (le 1er International Pau, ndlr.) et Laval (2e As Pigeon National Grand Fond RFCB et Meilleur pigeon belge sur les concours Internationaux en 2015, ndlr.) en sont le parfait exemple (Joost me les montre alors pour illustrer.
Ils peuvent être légèrement ouverts mais la structure doit être solide. La fin du sternum doit être bien soudée et la fourche doit être fermée. Mais cela reste aussi de la pure théorie. N'oubliez pas que si vos installations ne sont peuplées que de tels pigeons, le panier reste le plus important. Tout le monde se doit de le savoir, si pas pourquoi devrions-nous garder tant de pigeons?"

PIPA: Admets-le, il existe quand même des gens 'spéciaux' comme toi qui ont un feeling parfait avec les pigeons?

Joost: "J'ai été beaucoup sollicité parce que cette année aura été exceptionnelle. Et dans les mêmes conditions, la saison prochaine ne sera peut-être pas aussi bonne. La différence entre la condition et la top condition se joue parfois sur des détails. A ce propos, l'attention de l'amateur est d'une importance capitale. Chacun fait de son mieux. Parfois ça aide, parfois pas. Qui sait?"

PIPA: Personne ne le peut!

Joost: "Je suis tout à fait d'accord. Chaque amateur à des connaissances de base. Le reste est basé sur le feeling, les critères personnels, la recherche et l'expérience. Celui qui commettra le moins d'erreur remportera toujours des prix!"

PIPA: Joost, merci pour cette discussion instructive. Nous te souhaitons le meilleur pour 2016.

Joost: "Merci, je vais bientôt me remettre sérieusement au travail. C'est pour tout ça qu'on le fait!"


Joost, vrouwtje Elsie en hun kinderen