Search

Les frères Gaie de La Bouverie remportent leur première victoire nationale sur Châteauroux face à 20.139 vieux

Voila maintenant onze longues années que le Borinage n’avait plus été mis à l’honneur sur un concours national. Il y avait bien eu l’un ou l’autre prix de tête à gauche et à droite mais il fallait remonter à 2000 pour retrouver un borain sur la plus haute marche du podium.

Cette année là, c’était la colonie des spécialistes de Bourges, Jean-Claude Debiève & fils d’Hornu, qui remportait la victoire nationale sur Bourges face à 9.091 vieux avec leur ‘Superman’. Les Debiève signaient alors leur quatrième victoire nationale en l’espace de seulement six saisons (!!!) sur l’étape du chef lieu du département du Cher, une performance qui ne sera pas prête d’être égalée. Onze ans plus tard, ce sont des opposants qui leurs avaient parfois menés la vie dure à l’ancienne entente de l’Union de Mons qui s’adjugent la plus grande vitesse de ce Châteauroux ayant réuni quelques 45.908 pigeons, empochant au passage la victoire nationale catégorie vieux avec leur crack ‘Séba’.
Sébastien, le fils de Jean, plus jeune des deux frères, fêtait son anniversaire ce samedi 4 juin. Autant vous dire que le nom du vainqueur national était tout trouvé. Constaté à 13h02 pour une distance de 430 kilomètres, il réalisa une vitesse de 1.139 m/min dans des conditions dantesques : chaleur tropicale et vent de face. Un costaud. Il fut suivi cinq minutes plus tard par un de ses congénères, ‘Louka’ (le prénom du fils de… Sébastien), un yearling qui réalisait alors la vitesse de 1.125 m/min. Bon pour la troisième place nationale catégorie yearling. Un weekend qui restera à tout jamais gravé dans la mémoire de la famille Gaie.


Le tandem Gaie est donc formé de deux frères : Gaston, 59ans, aujourd’hui retraité, et Jean, 54ans, toujours actif dans la vie professionnelle en qualité d’électricien. Les installations se trouvent dans la magnifique propriété de Jean située rue Chalets Finlandais, à deux pas de l’axiale boraine. Ayant tous deux été atteints du virus colombophile via leur père, nos deux frères jouaient cependant chacun de leur côté. Gaston avait même arrêté tout un temps la colombophilie suite à ses activités professionnelles. Jean était quant à lui toujours resté à la tête d’une colonie de taille moyenne et il joua même pendant quelques années avec le fiston, Sébastien. Mais ce dernier quitta entretemps la maison familiale, laissant son père seul à la tête de la colonie. C’est comme cela que Jean & Gaston décidèrent d’unir leur force il y a maintenant cinq ans. ‘Il y a bien plus d’idées dans deux têtes que dans une.’ C’est de cette manière que Gaston résume la situation. C’est lui qui s’occupe des pigeons pendant que son cadet est au boulot. L’objectif est simple : le grand demi-fond. Et on peut dire que cela ne leur a pas trop mal réussi. Depuis quatre ans, la colonie a réalisé un véritable bond en avant avec une amélioration significative des résultats. Citons d’ailleurs un 1er interprovincial Châteauroux dans 4.611 yearlings en ’08 ainsi que plusieurs tops 100 nationaux ou semi-nationaux au cours de ces dernières années. Auparavant, les voyageurs volaient un 400 kilomètres toutes les deux semaines et tout le pigeonnier partait. Mais 15 jours sans avoir à scruter le ciel, c’était beaucoup trop long pour les deux compères ! C’est pourquoi depuis cette année, l’ensemble des voiliers a été dispatché en deux équipes de sorte à participer à l’entièreté du programme.

Origines et composition de la colonie
Nos deux frères sont des adeptes des pigeons Casaert si bien que la colonie est formée à 90% des pigeons de Néchin. Voila plus de quinze ans que Jean a introduit ces pigeons et il n'a jamais eu à s'en plaindre. Récemment, des oeufs ont été acquis chez Sébastien Casaert-Sénéchal afin de recroiser un peu, d'introduire du sang frais... tout en restant dans la continuité. On retrouve également des origines plus locales avec des Brulez père et fils de Ressaix, des Goossens-Druart de Hyon ainsi qu'une femelle de chez Hugo Gorniak de Hornu. La colonie est composée de 16 couples de reproducteurs/éleveurs, ainsi que de 27 veufs, joués en deux équipes, et qui prennent part toutes les deux semaines à un concours de grand demi-fond. Ceux-ci sont accouplés fin novembre, élèvent un couple de jeunes puis sont directement mis au veuvage. Il y a actuellement 69 jeunes dans les installations de La Bouverie. Auparavant, ils étaient occultés mais on a laissé tomber ce système. Ils n'ont d'ailleurs pas encore été entraînés. Les femelles voleront les nationaux tant qu'elles le peuvent, les mâles seront simplement débloqués.

Un coup d'éclat que l'on sentait venir
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la colonie était en toute grande forme ces dernières semaines. La saison avait commencé avec plusieurs premiers prix puis un petit passage à vide était venu frapper les voyageurs début mai. Mais ils avaient repris les choses en main puisque lors du premier Bourges national, les frères Gaie remportaient le 1er prix au noyau 1000 dans 2.485 yearlings.
Cette victoire avait suscité notre intérêt si bien qu’un reportage était prévu. Mais c’était sans compter sur ‘Séba’ qui avait décidé de nous faire venir plus tôt à La Bouverie. Une entourloupe qu’on lui pardonnera volontiers. Pour Châteauroux, la chaleur avait fait monter la forme et les pigeons étaient plus ronds, les volées meilleures. C’était donc la toute grande forme dans les installations. On s’attendait à quelque chose mais de là à remporter une victoire nationale… 


‘Séba’ (BE 07-9068130)
Il était le deuxième marqué des cinq vieux engagés sur ce Châteauroux. A la vue de son palmarès, ce n’est pas un manchot qui vient de remporter ce premier prix national. Il couronne ainsi de bien belle manière sa carrière (les résultats antérieurs à 2009 n’ont pas été retrouvés car… pas conservés !). 

2009 :
Bourges 122/537, Issoudun 45/4.478, Argenton 1/1.372, 29/9.417 Nat, Bourges 315/4.506
, Argenton 42/5.078
2010 :
Bourges 547/22.476 Nat, Châteauroux 227/2.558, Argenton 457/2.762 puis arrêté car 
poquettes
2011 :
Soissons 38/349, Soissons 61/264, La Ferté 2/602, Orléans 311/1.059, Orléans 63/488,
Bourges 969/3.645, Châteauroux 1/20.139

 

Pedigree – Avec les compliments du ‘Nasdaq’.
Nasdaq ? Quel Nasdaq ? Celui qui remporta le 1er national de Souillac chez les Casaert en 2000. Et qui est en passe de devenir un des meilleurs reproducteurs au monde. ‘Séba’ est en fait un arrière petit-fils de ce pigeon légendaire. Quant à dire qu’il suffit de posséder du ‘Nasdaq’ pour remporter un premier national, il y a un pas que je ne franchirai pas. Mais avouez cependant que ces pigeons remportent des prix de tête avec une facilité déconcertante. Cela commença en 2004 lorsque ‘Mistral’, un de ses petits-fils, remporta le 1er national Brive 2004 toujours pour le compte des Casaert. S’ensuivit, de mémoire, le 1er interprovincial Vierzon yearlings en 2008 chez Goossens-Druart, le 1er national Argenton yearlings chez Gaby Vandenabeele ainsi que le 1er interprovincial Blois pigeonneaux chez Jean-Marie Populaire, tous les deux en 2010. Nous ne sommes qu’au troisième weekend de grand demi-fond de la saison et deux victoires importantes ont déjà été remportées par des produits de ce géniteur exceptionnel : le ‘Connor’ de Damien Baert sur Vierzon face à 11.073 vieux et maintenant ‘Séba’ sur Châteauroux, tous les deux des arrières petits-fils. C’est tout simplement exceptionnel. Mais revenons à nos moutons :

Père : ‘958/02’, un direct Casaert issu d’un croisement Limbourg x Casaert. Son père est le ‘600/01’, fils du 1erAs provincial fond ’01 x ‘sœur All Round’. Sa mère est la fameuse ‘Dior’, fille du ‘Nasdaq’ et mère du ‘Mistral’, premier national Brive 7.446 pigeons.
Mère : ‘076/05’, une 100% Casaert. Fille du ‘17’ x fille de la 2e national Argenton 17.129 chez Damien Baert en 2003.

‘Louka’ (BE 10-9016051) – 3e national Châteauroux 24.769 yearlings.

Un pigeon qui était surmotivé pour ce concours. Son pigeonnier se trouve en effet à côté d’un compartiment réservé aux jeunes. Jeudi, jour de l’enlogement, la porte séparant les deux compartiments était involontairement restée entre-ouverte. De l’autre côté, un couple de jeune s’afférait dans le coin, le mâle rappelant à nid, etc. ‘Louka’ a passé sa journée de l’autre côté à monter la garde, surement à les épier jalousement. Il n’y avait aucune fiente dans son casier, elles étaient toutes par terre. Il n’en faut parfois pas plus. 
Voici son palmarès:

2011:
Soissons 3/476, Soissons 5/304, Nanteuil 11/500, Orléans 167/561, Bourges 63/342. 

Pedigree 
Père : '752/09', un fils du ‘958/02’, le père de… ‘Séba’ (voir plus haut), la ‘013/04’, une petite-fille du fameux couple ‘Limoges King x Arcadia’, les parents de… ‘Nasdaq’ !!
Mère : '755/09', une fille du ‘049/98’ accouplé sur la ‘337/04’, fille de la 2e national Argenton 17.129 ’03, petite-fille du ‘Nasdaq’…. Et grand-mère de ‘Séba’ !!!!!!! 

'Merci Maurice'
Gaston et Jean tenaient à mettre en exergue le sérieu et l'honnêteté de l'ensemble de la famille Casaert et plus particulièrement Maurice avec qui une amitié s'est développée au fil des nombreuses visites. Les conseils du maître de Néchin ont été suivis à la lettre et les frères Gaie en récoltent aujourd'hui les fruits. Au cours de ces dix, quinze dernières années, les pigeons passés de Néchin à La Bouverie ont été nombreux. Outre le fait de figurer au top pendant plusieurs années, le talent des grands champions se mesure également dans leur capacité à fournir des oiseaux de qualité dans d'autres colonies. C'est à nouveau le cas ici. Gaston et Jean sont donc extrêmement reconaissants envers la famille Casaert, ils tenaient donc à ce que cela soit souligné.

Gaston, Jean, nous vous présentons nos sincères félicitations pour cette magnifique performance et nous vous souhaitons encore bien du bonheur avec les pigeons… en famille !