Search

Le projet 'Pigeons d’Ecole' à Charneux: après 1 an de fonctionnement, l’heure d’un premier bilan a sonné

A l’heure où la morosité semble s’installer dans le milieu colombophile vieillissant, de tels projets se doivent de retenir notre attention et d’être mis à l’avant plan. Enfin, un vent de fraîcheur semble souffler sur une colombophilie Wallonne et Liégeoise devenue assez terne ces dernières années.

Des débuts contrastés…

Voilà bien un exemple de promotion comme on aimerait en voir plus souvent. Cela se passe à Charneux, en province de Liège, près de la Ville de Herve. La première fois que j’ai entendu parler de ce projet c’était en réunion d’avant saison du Groupement de l’Espoir. Philippe Hogge, un amateur bien connu de la région, par ailleurs champion provincial cette année, vint exposer une idée novatrice et saugrenue. Il voulait intéresser des enfants à notre hobby. On ne peut pas dire que l’idée fût accueillie avec enthousiasme… Mais Philippe est un homme déterminé et quand il a une idée en tête, il ne lâche pas l’affaire. Son idée est simple. Implanter un pigeonnier sur un terrain communal entre deux écoles primaires. Ce n’est donc pas, à proprement parler un projet scolaire, mais un projet ouvert à tous les enfants. Philippe demande si un pigeonnier peut-être mis à leur disposition par la RFCB. Fin 2017, on lui répond par l’affirmative… Mais en février, alors que les premiers jeunes vont arriver, toujours pas de pigeonnier… On lui fait d’autres promesses. Le célèbre dessinateur Walthéry viendra à l’organisation et le comité provincial prendra en charge les graines et les frais d’enlogement… mais en février aucun pigeonnier… Philippe prend contact avec la RFCB qui l’oriente vers une firme spécialisée dans ce type de construction… Malheureusement, elle se déclare incapable de livrer le pigeonnier avant avril voire mai (la RFCB ayant seulement transmis la commande en février). Trop tard au goût du parrain de l’opération qui annule la commande ‘d’un montant de 9000 euros’, pour installer un colombier de récupération qu’il rafistole à ses frais pour un montant de 1300 euros. 22 jeunes y sont placés. Les jeunes viennent de Philippe mais aussi de Victor Andot et du marché de Lierre. Le but étant que les jeunes puissent participer aux concours dès le mois de mai.

Enfin le vrai départ, le 27 mai 2018

L’inauguration a lieu en grandes pompes. Des mandataires provinciaux sont présents pour le premier concours, Chimay. Les cloches de l’Eglise sonnent à l’heure du lâcher, une baraque à frites s’installe près du pigeonnier. Des parents, mais aussi des gens du village, curieux, arrivent sur le terrain. Un pigeon du collectif parvient à se classer deuxième au résultat. Les jeunes sont enthousiastes. Tout le monde l’est, on lui fait les mêmes promesses. Tout sera pris en charge par les différentes instances colombophiles… La firme Bricon, elle, a fourni un appareil électronique et une plaque.

Concrètement, 4 jeunes sont désignés responsables. Ils ont les clés et vont ouvrir 1h avant le début de l’école et fermer 1h après. Ils vont nourrir et faire les volées. Pour leur première année de jeu, ils remportent 80 prix de 143 engagée au Groupement de l’Espoir. Les jeunes participent aux enlogements et au retour des pigeons. Même lors des congés scolaires. Certains sont plus assidus évidemment et promettent de revenir même quand ils auront changé d’école pour passer en secondaire. Philippe Hogge et Philippe Denoel sont les deux colombophiles qui supervisent les soins. Tout doit rester simple pour ne pas que cela devienne une corvée. En hiver, il n’y a pas de pigeons. Cette année, comme la plupart venaient de chez Philippe Hogge, ils sont retournés chez lui. Et vous savez quoi ? Quelques irréductibles viennent chez Philippe pour voir les pigeons et de temps à autre gratter…

Pour conclure

Après avoir mis une forme de pression en médiatisant les difficultés rencontrées par l’absence de réaction de nos instances, nous apprenons que le comité provincial a enfin indemnisé Philippe, pour ce qui concerne les graines, les frais de participation et d’installation du colombier. La vente ayant été lancée, le montant perçu a été versé au Télévie. La RFCB devrait, à l’échelon national, bientôt intervenir également. En 2019, Philippe est décidé à continuer. L’enthousiasme des jeunes l’y pousse. Comme il est dit plus avant, il organisera une vente de jeunes en février pour poursuivre le projet. Il n’y a, en effet, pour l’instant aucune garantie que la fédération poursuive son subventionnement au-delà de cette année. Toute initiative ou aide est la bienvenue. Si vous souhaitez soutenir ce projet, envoyez un email à Philippe Hogge à l'adresse suivante: elsm.e.gbkgo@ macigohcer