Search

Remise des prix du CIF 2018!

Quelle belle journée que ce samedi 23 février ! La ville de Merville et le club des internationaux d’Hazebrouck, présidé par Alain Pocholle, accueillaient la remise des prix 2018 du club des internationaux français, le CIF. Pas loin de 500 personnes étaient présentes à l’un des nombreux rendez-vous de la journée.

Avec plus d’une dizaine d’exposants, une exposition des meilleurs voiliers du club des internationaux d’Hazebrouck, des panneaux d’exposition sur l’histoire de la colombophilie et club local « L’Aigle de Merville », une assemblée générale, une vente de pigeons qui a atteint des sommets (10.000 euros de collectés par les crieurs José Derycke et Michel Dubois après une pré-vente préparée par Ludovic Dubois), un repas de gala avec une fort belle remise des prix, une brochure de seize pages retraçant la saison 2018, cette journée avait des allures de mini-congrès : on a pu croiser des colombophiles venus d’Alsace à la Bretagne, sans oublier les organisateurs belges de Cureghem Centre, le Colombe joyeuse ou encore du Club fond de Wallonie. L’an passé, Avion avait ouvert la voie des exposants et Hazebrouck a formidablement pris le relais avec une équipe de bénévoles mobilisés dès le vendredi.

Devant le grand nombre de colombophiles présents dès la fin de la matinée, Philippe Odent, le président du CIF, ne pouvait qu’être satisfait et affirmer une fois de plus « que les concours internationaux ont le vent en poupe ». René Bonnin puis Christophe Beaujean, les anciens présidents à la tête du CIF, avaient redonné un nouveau souffle aux internationaux français et l’enthousiasme semble en effet perdurer avec l’équipe actuelle.


Championnat Général du CIF: Joel Thorel, justement récompensé après sa superbe saison.
A la 2e place, Ledoux P&F & Philippe Tronquoy 3e.

La France en tête

L’assemblée générale a été ouverte après une minute de silence à la mémoire des colombophiles disparus en 2018. Puis le secrétaire Mickaël Golpart a rappelé les grandes lignes de l’assemblée générale d’Avion avant de faire adopter à l’unanimité le procès verbal.

Que retenir du bilan moral du président et de son équipe ? Les nouveautés et les ajustements ont été rappelés : le ramassage d’Amiens, Rollot et Laon, le doublement de l’indemnité des dépôts qui assurent le transport de leurs pigeons (0,50 par pigeon), le challenge quatro doté en week-end ou repas pour deux personnes (ce challenge se joue sur quatre concours du calendrier : cela permet notamment aux colonies qui ne peuvent pas jouer tous les concours, faute d’une distance suffisante, de participer à un challenge national), les séries de 50 euros sur tous les concours (un budget de 2.700 euros pour 2018). Grande nouveauté de la saison 2018, l’ajout d’Agen dans le calendrier français : ce concours est lâché plus au sud d’Agen, à Beaumont de Lomagne, ce qui permet à plus de colombophiles français d’avoir la distance minimale, 700 km.


As Pigeons 2018: José Lecerf, Franck Duquesnoy & Michel Dubois. A gauche, Philippe Odent.

La saison 2018 fut l’une des plus difficiles de ces dernières années, avec des vents de bec et de la chaleur. Et cela n’a guère empêché les Français de briller que ce soit dans les championnats internationaux, les as pigeons européens et les premiers prix internationaux, deux pour la saison 2018, Jean-Paul Balcaen sur Agen et Dominique Daniel sur Saint-Vincent. L’une des grandes émotions de cette journée fut d’ailleurs la remise du premier prix national à Dominique Daniel qui s’est fait voler ses reproducteurs et son premier prix à l’intersaison : la salle s’est levée pour une magnifique standing-ovation.
En plus des deux premiers prix internationaux, il faut aussi retenir le grand nombre de pigeons de tête dans les classements internationaux : dans le top 20, 11 pigeons français sur Pau, 13 sur Agen vieux, 8 sur Agen 1 an, 15 sur Saint-Vincent, 2 sur Marseille, 15 sur Narbonne vieux, 13 sur Narbonne 1 an, 3 sur Perpignan : la France est une nation qui compte pour ceux qui en doutaient encore !

Avec une saison 2018 exigeante, les contingents ont naturellement connu un tassement : Pau +66, Barcelone -248, Saint-Vincent -1.040, Marseille (dont c’était le 60e anniversaire) +98, Narbonne vieux +141, Narbonne yearlings -639, Perpignan – 682, Agen étant une nouveauté avec 3.687 pigeons. Sur la saison 2018, 24.667 pigeons ont été engagés contre 23.282 en 2017, soit + 1.375 pigeons mais avec une date en plus.

Enfin, Philippe Odent a salué les initiatives d’associations françaises qui ont lancé de nouveaux championnats pour animer la saison et souder les amateurs. Le club de Saint-Omer a lancé la Barcelona Cup, le club d’Hazebrouck un challenge sur Agen et Narbonne 1 an, le Marathon club du Grand centre un championnat par équipes Nord-Sud.
Et les finances du CIF, comment vont-elles ? Plutôt bien : la caisse est au même niveau qu’en fin de saison 2017, un actif de 49.849 euros fin 2018 contre 49.414 fin 2017, avec un stock de plus de 7.000 euros a précisé le trésorier Jean-Michel Delaire, dont les comptes ont été adoptés à l’unanimité.

Très peu de questions


Le comité directeur du CIF durant l'AG.

L’assemblée générale n’a pas appelé beaucoup de débats. Les questions diverses ont permis de soulever quelques points. Un amateur a aussi demandé un aménagement du règlement en cas de concours qui se prolongent le lundi : « comment faire pour signaler lorsque l’on travaille ? » C’est un vrai souci, même si la situation est plutôt rare. Le président a néanmoins été ferme et rappelé que la France était sous la coupe du règlement des organisateurs belges : « il ne peut pas y avoir de passe-droit ». Des dirigeants ont demandé la rédaction d’un mode opératoire actualisé pour Pir3 dont l’usage a été applaudi. Cette question sera à l’ordre du jour du prochain conseil d’administration du CIF comme la possibilité, ou pas, d’autoriser les dépôts à ouvrir les signalements aux amateurs, directement de chez eux : « c’est mon souhait », a glissé Philippe Odent. Une question sur le découpage des zones a aussi été posée, certains amateurs de l’Est estimant leur zone de doublage trop large.

Une médaille pour Guy Libotte


Guy Libotte (à gauche), méritoirement récompensé.

Après la vente, plus de 250 personnes sont passées à table pour le repas de gala. En début de soirée, avant que les prix ne soient remis, Jean-Pierre Decool, sénateur, accompagné de Joël Duyck, maire de Merville, a remis la médaille du Sénat à Guy Libotte, chef convoyeur belge de Barcelone, qui a convoyé 51 Barcelone et compte bien être sur une 52e édition!

Rendez-vous en 2020, le samedi 1er février, à Fauquembergues (Saint-Omer, Pas-de-Calais) pour la remise des prix de la saison 2019.