Hadrien Marsille (Ophain, BE) se classe 12e champion national débutants !

Lorsqu'on en a l'occasion comme moi, il est vraiment agréable de mettre en avant des jeunes pratiquant notre sport et c'est encore plus le cas lorsqu'ils le font avec succès! Hadrien Marsille est sans aucun doute sur le bon chemin!

Chez les Marsille, il y a deux colombophiles à la base. Tout d’abord, Patrick, le papa, plus connu pour ses fonctions de secrétaire général de la RFCB. On retrouve ensuite Hadrien, le fiston, un gamin âgé de 14 ans et qui en a déjà étonné plus d’un par ses connaissances en pigeon. Mais ne vous détrompez pas, c'est lui qui tient les reines et son père en est réduit au simple rôle de chauffeur! C'est d'ailleurs facile à résumer : il connait tout ! C’est une véritable encyclopédie à lui tout seul, capable de vous donner avec précision le numéro de bague de l’arrière-grand-père de son meilleur pigeon.
D’ailleurs ses pigeons, il les connait par cœur : de la moindre mésaventure qui leur est arrivée à la meilleure prouesse qu’ils ont réalisé, en passant par les vitesses réalisées par tel ou tel type de temps. Pas besoin de logiciel de pedigree non plus, il connait tout par cœur.

Mais le plus fort dans tout ça, c’est qu’il ne se contente pas de tout savoir sur sa colonie. A 14 ans à peine, c’est lui que l’on retrouve aux commandes du cheptel d’Ophain alors qu'il na pris sa licence que pour débuter l'année 2011. Hadrien se lève tous les matins dès 6h30 pour soigner ses petits protégés et donner la volée en saison. Il part ensuite à l’école où il compte les heures avant de recommencer son petit manège dans le courant de l’après-midi jusqu’en soirée. C’est un véritable mordu et, croyez-moi, ça fait réellement plaisir de voir un si jeune gars prendre autant de plaisir dans notre sport.
C’est également un compétiteur dans l’âme qui aime jouer pour se classer en tête. Il fait preuve d’acharnement et d’obstination et n’hésite pas à se remettre en question lorsqu’il est dans un moment de doute. Oui, ce petit gars a bel et bien un futur dans notre sport !
D’ailleurs, ses résultats plaident en sa faveur. Il vient en effet de remporter un deuxième classement consécutif au championnat national débutant face à certaines colonies qui, avouons-le, n’ont plus rien à faire dans cette catégorie. Et dire qu’il lui reste 13 ans avant d’atteindre la limite d’âge… il finira bien par monter sur la plus haute marche tôt ou tard !

La colonie

A l'heure actuelle, elle se compose de 24 couples (vieux et yearlings) joués au veuvage total et répartis dans trois compartiments: deux pigeonniers avec 12 casiers de veuvage pour les mâles et un pour les femelles, équipe avec des élastiques au sol afin d'éviter que celles-ci ne descendent pour s'accoupler. Notre jeune ami applique une ligne de conduite à laquelle il tient rigoureusement: dès que leur saison est lancée, les vieux voyagent chaque semaine! C'est ainsi que l'année dernière, les pigeons ont voyagé durant pas moins de 19 semaines consécutives! Un fameux rythme qui lui permet déjà de voir un peu plus clair sur la qualité de ses pigeons.
Pour assurer la pérennité de la colonie, 16 couples de reproducteurs sont chargés d'élever 90 jeunes environ, dont 30 du premier tour. Ceux-ci sont obscurcis et seules les femelles voyagent dans les nationaux. Les autres sont simplement dégrossis. Côté origines, Hadrien fait confiance aux Debiève via Huart, Herbots, Deno-Herbots, Thibaut-Boons, Leturcq-Duponchelle & Imbrecht. Il tient d'ailleurs à remercier chacun d'entre eux ainsi que toute personne l'ayant déjà conseillé. Il n'a pas tenu à citer de nom de peur d'oublier des gens. Ils se reconnaîtront.

Ce qui frappe lorsque vous visitez la colonie de notre jeune ami, c'est l'homogénéité de ses protégés. Tous les pigeons sont forgés dans un même moule, en fait des pigeons de taille moyenne avec un parfait équilibre et un dos très puissant. Hadrien n'est pas tombé dans le piège qui se dresse sur le chemin de la plupart des jeunes colombophiles, c'est-à-dire obtenir des pigeons à gauche et à droite sans respecter de fil conducteur. Cela ne peut mener une colonie qu'à sa propre perte! Bien conseillé par son père et par Jean-Marc Thibaut, ce jeune fanatique a même déjà mis au point et adopté une stratégie d'élevage qui s'avère déjà payante. En réalité, deux courants sanguins se distinguent actuellement: celui de son meilleur reproducteur, le 'Last Hope 209' (un petit-fils du 'Last Hope' de Jean-Claude Debiève, Hornu, via les Huart) et celui des descendants du 'Den 155' de la famille Herbots.
Hadrien pratique de façon très simple: il croise ces lignées entres elles et, en deux années de pratique seulement, le résultat est déjà excellent!
Conscient que se reposer sur ses lauriers serait une mauvaise idée, il a même déjà été se renforcer en allant chercher des descendants de ces pigeons ayant fait florès dans d'autres colonies. Il bénéfice évidemment de l'appui inconditionnel de Patrick, son père, qui, bien conscient de l'enthousiasme mais aussi certainement du talent de son rejeton, n'hésite pas à lui offrir l'un ou l'autre nouveau protégé... à condition qu'Hadrien remplisse sa part de contrat à l'école! Patrick contribue grandement au développement de l'expérience de son fils puisqu'il n'hésite pas à l'emmener dans de nombreuses ventes durant la trêve hivernale. Là, Hadrien se fait la main mais rencontre également du beau monde. Le résultat est éloquent: le gamin discute, questionne et s'enrichi de ces nouvelles rencontres puisqu'il s'empresse de joindre par la suite la pratique à la théorie.

Hadrien, afin de clôturer ce reportage, je tenais à reprendre les mots prononcés par mon 'maître' (que tu apprécies beaucoup toi aussi) à mon égard il y a bientôt dix ans alors que j'étais moi-même âgé de 14 ans:
'Hadrien, il ne tient plus qu'à toi d'assouvir ta passion pour la colombophilie. Accroche-toi, étudie, réussi tes études et tout ce à quoi tu aspires se réalisera bien plus vite que tu ne le crois.'
Mes félicitations!