Roosen Marc, "Au revoir et merci Monsieur! Nous a quittés pour effectuer son dernier voyage."


Marc ROOSENS


Toute la grande famille colombophile porte le deuil, l’un de ses plus grands champions vient de la quitter pour toujours.
C’est le jour de la fête de la Communauté Française de Belgique que celui qui a porté au plus haut niveau les couleurs de notre pays a rendu son dernier souffle. On reste sans voix devant le palmarès amassé par Marc Roosens durant sa très longue carrière, on demeure muet d’admiration en recensant le nombre de victoires obtenues de par le monde avec l’oiseau qu’il a créé de ses mains, de son savoir, de sa grande dextérité.

Pour toujours, tant que la colombophilie existera, tout le monde parlera des fameux “525” et “Foreu”. La simple évocation de ces noms magiques suffit pour s’extasier, fantasmer, même. Marc Roosens a étalé une telle classe durant ces trente dernières années. Les meilleurs pigeons ne sont pas venus à lui par hasard, ses succès n’ont pas été passagers. C’est lui, ce connaisseur incroyable, c’est lui qui créa les meilleurs pigeons qui le rendirent célèbre. C’est lui qui devançait tout le monde pour la simple raison qu’il s'arrangeait pour toujours avoir une longueur d’avance. Il prévoyait toute baisse de régime en renforçant le patrimoine génétique de ses oiseaux bien avant que la diminution ne pouvait se faire sentir.
Introduit dans n’importe quelle colonie, l’oiseau Roosens se révélait sous son véritable aspect, il bonifiait d’emblée la colonie en question. On ne pourra jamais chiffrer le nombre de victoires nationales et internationales glanées par la sorte Roosens et le succès n’est pas près de quitter ceux qui ont eu la sagesse de lui faire confiance.

Marc Roosens était un colombophile de talent, mais il était avant tout un homme avec des qualités énormes. Si ses pigeons ont marqué son passage parmi nous, sa personne en a fait de même sur ceux qui ont eu le bonheur de le côtoyer. Sa convivialité, son sens du partage des vraies valeurs lui avaient permis de tisser des amitiés sincères, véritables, celles qui durent dans le temps.

Il y a près de quatre ans, lorsqu'il fut victime d'un grave accident cérébral, ses amis et sa famille l'avaient alors entouré de façon merveilleuse. Il avait alors été contraint à se séparer de sa colonie, mais il fut décidé de garder quelques dizaines d'oiseaux afin de lui permettre un nouveau départ, lorsqu'il irait mieux. Ils y croyaient, une fois encore il remonterait tout en haut de la hiérarchie, sa force de caractère et sa volonté l'emporteraient sur la maladie.
Nous l'avions connu en pleine possession de ses moyens et il était réellement pénible de le voir ainsi diminué. Il se déplaçait avec beaucoup de difficulté et avait de graves problèmes afin de s'exprimer.

Voici un an, il se rendit compte lui-même que ses forces ne lui reviendraient jamais, qu'il ne pourrait plus jouer aux pigeons comme il l'entendait. Il décida de stopper définitivement la colombophilie et nous procédions alors à sa dernière vente au local de Lessines. Nous avions même eu l'honneur de manger un bout de tarte en sa compagnie alors que toute la famille était réunie pour fêter les noces d'or de Marc et Nicole, sa formidable épouse. Des souvenirs gravés à jamais dans la mémoire.
Un autre mal s'acharna alors sur lui, celui que l'on qualifie par longue et pénible maladie. Il lui fut fatal et il s'éteignit le 27 septembre dernier.

Toute la grande famille colombophile avait tenu à lui rendre un dernier hommage et à l'accompagner de sa maison jusqu'à l'église où se déroulèrent ses funérailles. Ses enfants et petits-enfants eurent lors de la cérémonie de merveilleuses paroles, tout à la hauteur du personnage: un grand colombophile mais avant tout un père, grand-père et époux exceptionnel.

Marc Roosens était déjà entré dans la légende de son vivant et un proverbe dit que les véritables légendes ne meurent jamais. Il laissera un souvenir impérissable et son superbe sourire restera à jamais gravé dans la mémoire de ceux qui l'appréciaient.

A son épouse, ses deux filles, son fils, l'ensemble de sa famille et de ses fidèles amis, la famille Gyselbrecht et toute l'équipe de "Pigeon Paradise" présentent leurs plus sincères condoléances.