Suchen

Pierre & Patrick Philippens (Fourons, BE) champion général de la Province de liège en 2017

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la colonie Philippens a démarré en trombe la saison 2018. Ce super tandem vient d’ailleurs de fêter sa 59e victoire provinciale sur le concours de Fays aux Loges (412km).

 


Patrick Philippens & son épouse.

Un peu d’histoire… et de géographie

Quand j’ai pris contact avec Patrick, il m’a demandé de me présenter chez lui, à Warsage, où il occupe une jolie villa dans un environnement boisé, à quelques encablures des pigeonniers du tandem qui se trouvent chez son papa à Fourons… et oui, me direz-vous, les Fourons, un village connu de toute la Belgique pour ses tensions communautaires au siècle dernier. Et oui, administrativement une commune limbourgeoise qui appartenait à la province de Liège avant 1962… depuis lors, des accords ont été signés pour que les Fourons, à un jet de pierre de Visé, restent sportivement liégeois. Pierre et Patrick ont toujours joués avec les liégeois. Ils ne font d’ailleurs partie d’aucun rayon de vitesse de la Province de Limbourg.

De vrais passionnés…

Chez les Philippens, on est colombophile de père en fils depuis 1928, c’est, en effet, à cette date que Patrick a retrouvé la plus ancienne licence détenue par la famille. Patrick est âgé de 53 ans qui est devenu père de famille en avril qui me reçoit, c’est un homme intelligent, plein d’humour et qui sait de quoi il parle quand on aborde le volet pigeon. Patrick a commencé à travailler comme comptable pour la société Natural. Il est aujourd’hui employé par Descheemaecker Pigeon Center. Il a toujours travaillé pour cette célèbre famille mondialement connue dans le domaine colombophile.

Méthode

Elle se veut simple et a prouvé son efficacité depuis de nombreuses années de succès. Lorsque la saison se termine, les pigeons reçoivent une cure de 7 jours contre la tricho suivie d’une cure de 14 jours d’un antibiotique à large spectre avant d’être vacciné contre la paratyphose. Ils sont encore traités contre les vers avant l’hiver. La saison reprend véritablement en février avec la vaccination contre la paramyxo. Juste avant les premiers concours on recommence une cure de 7 jours contre la trciho. Il y aura, au maximum, 3 rappels de 3 jours sur la saison, mais ils ne sont pas donnés avec régularité, juste si le besoin s’en fait sentir.

Par contre, aucun médicament n’est donné contre l’ornithose. Une piqure de lincospectin est administrée au pigeon qui développerait des signes de maladie. Patrick se méfie du traitement par antibiotiques. Il pense, à juste titre, que la contamination vient rarement du panier. Il en veut pour preuve une étude réalisée par son employeur : on place quelques pigeons ensemble qu’on ne traite pas. On les analyse régulièrement et on se rend compte que certains pigeons ont de la trichomoniase, par exemple, mais que d’autres pigeons ne sont jamais infectés. Il en conclut que la contamination par l’abreuvoir doit rester minime. Ainsi, à ses yeux, un pigeon peut parfaitement voler avec un peu de tricho. En effet, les pigeons sont rarement atteints au point de ce que l’on parfois voir dans des articles placés sur des sites vétérinaires.
Au sevrage, les jeunes reçoivent un quart de flagyl. Ils sont placés dans la volière 1h par jour avant d’être adduit après un mois. Patrick insiste, une fois de plus, sur l’importance de la nourriture pour contrer l’adeno. Chez les Philippens, les pigeons reçoivent le mélange mue, le plus complet selon Patrick. Peu le matin et un peu plus en soirée. Il faut surtout être attentif aux fortes chaleurs et ne pas les gaver au moment où naturellement, ils volent moins.

Les jeunes commencent leur entraînement trois semaines avant le premier concours. Le programme se déroule comme suit, 3 fois 2km suivi de 3 fois 7 km puis 2fois 15km avant l’ultime préparation à 30 km. Ils partent ensuite avec la société au concours. Ils sont encore entrainés deux fois pendant la semaine jusqu’au 3ème concours.

Patrick insiste sur le fait qu’il ne faut pas se compliquer la vie. Il insiste sur la nourriture. Son système est on ne peut plus simple : mélange mue maxi de chez Natural toute l’année. Oui, vous avez bien lu, rien d’autre, jamais de sport ou de dépuratif. Il faut donner juste ce qu’il faut : ni trop ni trop peu, juste pour que les pigeons puissent effectuer leur volée quotidienne de 50 minutes. Ces volées se font uniquement le matin, à l’exception des pigeons de fond qui doivent s’habituer à voler en soirée. Des minéraux et du vitaminéral sont laissés à disposition … Rien dans l’eau…
Les Philippens jouent mâles et femelles. Les femelles sont obscurcies. Ce système n’est pas utilisé pour les mâles car il n’apporterait rien car le veuf vole sur ses hormones, il est au top de sa forme au moment où le jour est le plus long. Les veufs voient leur femelle après le retour, soit directement, soit le lendemain. Les yearlings sont joués intensivement mais sans motivation particulière, comme des jeunes.
Patrick m’explique qu’il a décidé d’abandonner les nationaux de demi-fond en raison de sa position géographique peu favorable. Il préfère préparer ses pigeons de fond sur des concours provinciaux de petit demi-fond voire de vitesse.

Origines

Chez les Philippens, on se repose sur deux bases. Les investissements sont rares. On a les pigeons qui excellent sous les 600km, principalement les Vandenabeele et la vieille lignée de Pierre, à savoir les Van Rijn Kloeck, Pepermans et Van Loon. Patrick insiste sur l’introduction importante et pour les plus longues distances, on fait confiance à la lignée du Tramontane (la vieille origine du Bordeaux) à laquelle sont venus s’ajouter les Vrosch Meyers (Golden Eye, 2eme as pigeon national fond), les Twan Bongers et dernièrement les Huub Smeets. Petite particularité, vous ne verrez jamais un pigeon engagé sous le nom Philippens venant d’un autre pigeonnier. Ils ne jouent qu’avec des pigeons nés à Fourons. Ce système minimise les risques de transmission de maladie.

Fay-aux-Loges

Le pigeon vainqueur de ce concours provincial à 412 km a été rebaptisé, Provincial Kim. C’est une femelle issue d’un accouplement pour le grand-fond. En effet, son père est un direct Twan Bongers, 4163061/2009, qui s’est classé 387ème International Barcelone en 2011. C’est un fils de Niceboy, père du 9ème International Perpignan X fille de Kymlin (1er International Perpignan 2005) accouplée sur son propre père. La mère de la femelle victorieuse est la 1005596/13, fille de Golden Eye, 2eme as pigeon national grand-fond 2011 X à nouveau une fille de Kymlin  (1er International Perpignan 2005)

59ème victoire provinciale

En province de Liège, les Philippens sont les indétrônables détenteurs du plus grand nombre de victoire provinciale. En ce début de saison 2018, ils viennent donc de remporter leur 59e victoire provinciale sur le concours de Fay-aux-Loges.

Cliquez ici pour consulter le récapitulatif des victoires provinciales remportées par la colonie Philippens.

Deux stars du demi-fond 2017:

- 'Little Sister (BE16-1123135)

9x 1er dont 6x 1er Indépendante Liège dont:

1er as-pigeonneau provincial RFCB 2016
1/865 p. prov. Lorris (397 km)
1/485 p. Dizy (178 km)
1/484 p. Dizy (178 km)
1/329 p. Dizy (178 km)
1/215 p. Chimay (127 km)
1/127 p. Auxerre (364 km) ;
1/126 p. Trelou-sur-Marne (243 km) (plus grand vitesse 959 p.)
1/112 p. Nanteuil (280 km), 3/273 p.
1/112 p. Dizy (178 km), 3/260 p.
2/983 p. Jouy-le-Châtel (300 km)
4/548 p. prov. Melun (319 km)
16/1,958 p. Trelou-sur-Marne (243 km)
17/2,254 p. Dizy (178 km)

Père : double petit-fils du 1er national Argenton Engels J. & J.
Mère : petite-fille du “Bourges”, 2e national Bourges Philippens

Cette femelle est aussi mère de deux pigeons qui remportent 11 premiers prix à eux deux dont 3x 1er, 3x 2e et 1x 3e prix provincial.

- 'Ace Bliksem' (BE16-1123004)

1er as-pigeonneau provincial RFCB 2016
2/865 p. prov. Lorris (397 km) (derrière 1 équipier)
3/1,729 p. Dizy (178 km); 2/528 p.
3/1,554 p. prov. Melun (319 km); 2/913 p.; 1/156 p.
3/983 p. Jouy-le-Châtel (300 km) (derrière 2 équipiers)
4/369 p. Trelou-sur-Marne (243 km) (derrière 3 équipiers)
4/701 p. Sourdun (302 km)
7/1,360 p. Melun (319 km)

Père : direct Gaby Vandenabeele, petit-fils “Bliksem”
Mère : fille “Golden Eye” Philippens, 2e as-pigeon national de fond RFCB

Résultats 2018

31/03 Chimay (127 km): 364 y.: 1, 1, 3, 4, 14, 17, 19, 21, 22, 24, 
25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 36, ... (41/49)
07/04 Dizy-le-Gros (178 km): 842 y.: 4, 5, 6, 7, 11, 15, 16, 17, 
33, 35, 36, 39, 40, 41, 43, 44, 45, 47, 71, ... (50/60)
14/04 Rethel (170 km): 808 p.: 3, 4, 5, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 18, 47,
 48, 50, 59, 67, 68, 69, 77, 78, ... (44/56)
21/04 Trelou (243 km) 1,310 vx.: 9, 10, 59, 114, 168, 234, 240, 245,
 268, 299 (10/17)
28/04 Epernay (232 km): 748 y.: 5, 8, 9, 10, 11, 16, 18, 19, 22, 35,
 36, 37, 40, 43, 47, 49, 62, 63, 74, ... (36/40)
12/05 Dizy-le-Gros (178 km): 1,490 y.: 8, 31, 34, 47, 79, 80, 85, 105,
107, 108, 113, 116, 121, 125, 134, ... (31/51)
12/05 Fay-aux-Loges (412 km): provincial: 818 y.: 1, 5, 25, 37, 58, ... (9/17)

Cliquez ici pour consulter les meilleurs résultats remportés en 2017.

Pour conclure…

Pour terminer mon entretien, j’ai demandé à Patrick quels étaient ses meilleurs souvenirs dans une carrière colombophile emplie de succès. Son œil s’illumine, il semble revivre l’émotion du retour du Bordeaux, 1065420/77, remporta le 8e internat. Bordeaux (812 km) comme deux ans. Après cet exploit, il vola 6 concours nationaux au-delà de 900 km. Au national il remporta les prix suivants : 4e, 9e, 14e, 19e, 21e et 31e. De son dernier concours en 1983 sur Saint-Vincent (953 km), il remporta 325.000 FB avec le 19e national.

Je m’en voudrais de ne pas citer les deux victoires nationales contre-la-montre sur le concours du Mont Ventoux. Pierre et Patrick ont d’ailleurs reçu un maillot à pois signé de la main de Jean-Marie Leblanc, l’organisateur du Tour de France à cette occasion.

2002 Mont Ventoux (732 km) 204 p.: 1 (1 enlogé) – recette € 25,000 (67 minutes d’avance sur le 2e)
2003, Mont Ventoux (732 km): 139 p.: 1 (1 enlogé) – recette € 17,000 (20 minutes d’avance sur le 2e)

Merci de ton accueil Patrick, et au nom du team Pipa, bonne continuation…