Suchen

Casaert-Senechal, "Le fils a fait encore plus fort que le père (2006)"

 

Le tandem a explosé le concours semi-national de Châteauroux dans la catégorie des yearlings!
Dans le reportage consacré à la victoire semi-nationale de Châteauroux dans la catégorie des vieux, c’est à dessein que nous ne faisons pas allusion au 3e fils de la famille Casaert. En effet, il convenait de traiter à part le “cas” du second fils, dans l'ordre des naissances, parti s’installer à Saint-Léger.
C’est après un riche parcours, semé de victoires, que Sébastien a fini par se poser définitivement à quelques kilomètres de la maison familiale. Dans un reportage hivernal, nous avions d’ailleurs souligné ce caractère d’indépendance toujours affiché par Sébastien et son envie de tenter seul la grande aventure. Partout où il est passé jusqu’ici, il a démontré qu’il possédait cet indéniable talent et cette classe qu’il a hérités directement de son champion de paternel. Il a ainsi fait connaître les plus grandes heures de gloire à la colonie Hetru à Kain, lorsqu’il en fut le manager. Il a ensuite brillé de mille feux chez Sylvère Toye. Lorsqu’il était adolescent, il avait déjà dirigé la colonie de François Sénéchal, également avec un grand succès.



C’est vers cet ami de toujours qu’il se tourna pour donner une orientation définitive à sa carrière colombophile alors qu’il vint s’installer à Saint-Léger. Ils forment certes un tandem, mais au niveau colombophile strict, en ce qui concerne les soins et la gestion de la colonie, c’est en compagnie de sa charmante compagne que Sébastien est uni pour le meilleur et pour… le meilleur.

L’année 2006 pouvait ainsi faire figure de test “grandeur nature” et ce après la mise en place de la colonie à Saint-Léger. Le temps que les grands objectifs choisis arrivent à cours de maturité. Le temps que les adaptations nécessaires aux installations soient faites. Le temps de construire un socle solide, une base infaillible au niveau des pigeons. Le temps aussi nécessaire à Anne, sa compagne, elle qui n’y connaissait rien aux pigeons, de s’adapter à ce nouveau monde qu’elle adore à présent. Les voilà maintenant tous deux dans le bon wagon, sur les bons rails, lancés à toute allure sur la voie qui mène vers le succès.

Comme écrit plus haut, nous avions écrit un long reportage durant l'hiver sur la colonie, il n'est donc pas nécessaire de revenir sur les grands principes, mais il est dès lors préférable de s'atteler à décortiquer le début de campagne 2006 qui a mené au terrible exploit, peut-être le plus incroyable jamais réalisé sur ce concours de Châteauroux du Centre et Est. A l'heure d'écrire ces lignes, le résultat général n'est pas encore connu, mais celui du CFW, officiel, lui, révèle dans 3408 yearlings: 1, 4, 6, 7, 8, 12, etc… En plus de cela, il convient d'ajouter la seconde place dans les vieux, avec le père du pigeon réalisant le 1er dans les yearlings et ce tout simplement derrière un certain… Maurice Casaert. Jamais une même famille n'aura autant marqué de sa géniale signature un concours de cette importance!



Tout d'abord, pour 2006, Sébastien tient à souligner le rôle de plus en plus important tenu par Anne. Sans elle, il ne pourrait faire état de tels résultats, il en est le premier conscient. Quand il n'a pas le temps, en raison de ses activités professionnelles, c'est elle qui s'occupe des veufs, des femelles de jeu, mais aussi des jeunes. Ajoutons à cela qu'elle se charge des fréquents entraînements de la jeune génération et des femelles de jeu qui doivent être "portées" en raison du manque de kilomètres lors des volées à la maison.

Pour débuter 2006, le tandem Casaert-Senechal disposait de 12 femelles de jeu qui seront jouées au veuvage et de 22 mâles. Bien qu'ayant pris part à l'ensemble des étapes du calendrier, presque chaque semaine pour certains, pas un pigeon de cette équipe ne manque à l'heure actuelle et ce en dépit des conditions pas toujours évidentes, tant au point de vue météorologique que le début chaotique sur la Belgique.

Les veufs et veuves ont pratiqué l'élevage hivernal, avec un accouplement différé de chaque petite équipe et ce en vue d'avoir un maximum de jeunes des reproducteurs. La méthode est simple: une équipe est remise en ménage en même temps que les reproducteurs. Dès la ponte, les reproducteurs reçoivent une autre femelle et les œufs sont ainsi passés à la seconde équipe. Cela permet d'avoir un grand nombre de jeunes des meilleurs voiliers et, en plus, de pouvoir tester les différentes combinaisons possibles entre reproducteurs.
Les futurs veufs furent ainsi remis une fois encore en ménage vers le 15 avril pour débuter par la campagne belge le 29 avril. Les femelles n'ont pas connu une seule semaine de repos depuis début avril, elles avaient été accouplées plus tôt que leurs copains de colombier. Elles ont ainsi volé successivement: Momignies - Bouillon - Macquenoise - Bouillon - Arlon - Sarrebruck - Vierzon ou Toury - Bourges national - Pithiviers et enfin Châteauroux. Signalons encore que toute l'équipe, mâles et femelles, hormis le lauréat du semi-national et son père, sont repartis sur Châteauroux cette semaine.
Entre l'accouplement hivernal et le début avril, tous les pigeons ont été mis en volière, ce qui est aux yeux de Sébastien une excellente cure santé en vue de se prémunir des problèmes de coryza.



Toujours en alerte face aux nouveautés et à ce qui peut faire avancer sa colonie, Sébastien s'est longuement penché sur l'aspect nutritionnel et s'est attaché en collaboration avec Patrick De Muylder de la firme Beyers de se créer un système de nourriture bien adapté à sa colonie et à la spécificité de la discipline dans laquelle il s'est dirigée. Aux dires de Sébastien, il est ainsi arrivé à tirer le maximum de profit de chaque graine et cela en offrant des mélanges bien équilibrés, alternant récupération et poussée finale en vue des épreuves. Le système est d'ailleurs expliqué dans toutes ses grandes lignes sur différents dépliants de la firme.
Venons-en à présent à l'exploit de Châteauroux et à la présentation de l'équipe.

Résultats 2006
10 Juin 1er,5e,8e,9e,13e,17e,66e,73e,77e Châteauroux Centre-Est 7495 yearlings
1 Juillet 1er La Souterraine Interprovincial 5621 yearlings
15 juillet 4e National Limoges 15364 Yearlings (Même pigeon que le 1er La Souterraine 1/7)
10 juin 2e,76e Châteauroux Centre-Est 11526 vieux pigeons
17 juin 3e,8e Châteauroux Interprovincial 3391 yearlings
17 juin 7e Châteauroux Interprovincial 2953 vieux pigeons…..

Le 17 juin, toujours sur Châteauroux, la colonie réalise les 1er, 2e, 3e,15e, 28e et 6 de 6 contre 406 yearlings et les 2e et 18e de 2 engagés contre 475 vieux pigeons. Au niveau Interprovincial, ils comment avec le 7e prix conte 2953 vieux et les 3e et 8e sur 3391 yearlings.
Le 1er juillet, nouvelle prouesse, un de leurs yearlings VINCE remporte le concours Interprovincial sut la Souterraine contre 5621 pigeons avec plus de 15 minutes d’avance !!!!!
Ce même pigeon VINCE récidive deux semaines plus tard sur le très dur Limoges Yearlings en remportant la victoire locale et la 4ième place au classement national contre 15364 pigeons.

Venons-en à présent à la présentation de l’équipe qui a réalisé les derniers exploits



« SLIM » mâle 1er Châteauroux 7495 yearlings, plus grande vitesse 19021 pigeons le 10 juin
Un voilier, hors du commun, malgré son jeune âge, comme jeune, il volait
2/308 Toury ; 33/355 Toury ; 2/441 Chantilly ; 118/1115 Bourges ; 8/232 Pithiviers ;16/135 Tours.
Cette année, avant son exploit, il réalise :
12/126 Toury ; 9/118 Toury

Il est issu de « STAN », 9134039/04 qui remporte lui-même le 2e semi-national Châteauroux en vieux, le même jour et derrière le vainqueur de chez Maurice Casaert !
Sa mère est une fille du 9ième national Bourges 2002 40409 pigeons, 1er CFW 10585 pigeons.
Dans ses veines coule à flot le sang de la colonie Limbourg de Brussegem, Sébastien s’est en effet lié d’amitié avec le champion Brabançon et ce via Geert De Clercq qui lui a présentés.
C’est donc un 75% Limbourg que l’on retrouve comme 1er semi-national, les 25% restant venant d’une formidable femelle de chez Albert Murez de Wadelincourt.
« VINCE » mâle 1er La Souterraine 5621 yearlings avec 15 minutes d’avance, plus grande vitesse 9103 pigeons le 1er juillet, 4ième National Limoges Yearlings 15364 yearlings le 15 juillet
Un « Super », par temps dur et chaud, il réalise deux prouesses en deux semaines de temps.
Jeune du 3ième tour, il vola en jeune deux fois Toury 25/232 et 14/189.
Cette année 8/86 Bouillon ; 9/110 Ecouen ; 3/109 Pithiviers


Il provient du côté paternel d’un pigeon direct Georges Bolle Kortemark d’un accouplement frère/sœur, fils et fille du « Generaal » de chez Bolle, vainqueur national Cahors de chez Bolle.

La mère de « VINCE »va une nouvelle fois chercher la crème du colombier Maurice Casaert avec un frère au « Nasdaq » 1er National Souillac que l’on retrouve dans le pedigree du vainqueur de Châteauroux Semi-National de chez Maurice.

« STAN » 2ième Châteauroux 11526 Vieux le 10 juin
C’est donc lui le père du vainqueur semi-National de Châteauroux et il réussit l’exploit de remporter le 2ième prix vieux au même concours ! Exceptionnel ! Il possède un palmarès incroyable.
En 2004 : 24/455 Pont ; 7/374 Pithiviers ; 177/7485 Blois ; 136/1021 Bourges ; 41/924 Bourges ; 133/1553 Tours. L’année dernière : 4/172 Chantilly ; 9/394 Bourges ; 2/880 Châteauroux ; 2/379 Bourges. En 2006 24/192 Arlon ; 17/86 Bouillon ; 29/676 Bourges
Quand on parle de « STAN », on est obligé d’évoquer « STANI », son frère de nid, 9134040/04 qui réalise une saison exceptionnelle : le 3 juin, 3/676 Bourges, le 10 juin 76/11526 Châteauroux ; le 17 juin, 4/725 Châteauroux; le 1er juillet 21/571 Châteauroux et le 15 juillet 6/477 Bourges.
Il avait déjà volé en 2005 5/394 Bourges, 3/880 Châteauroux, 6/379 Bourges,…
Pour rappel, ces pigeons proviennent d’un mâle Eric Limbourg (lignée Raket X Sœur 1er Semi-National Limoges) et d’une femelle Murez (lignée Debas-Decroix-Vandenabelle).
STAN a terminé sa carrière sportive et va rejoindre en compagnie de son fils le colombier de reproduction. Comme si la force de frappe de ce pigeonnier n’était pas assez importante…..

 

« VERA » 3e Châteauroux 3391 yearlings17 juin, 13e Châteauroux 7495 yearlings 10 juin
VERA est la propre sœur de VINCE, le vainqueur de La Souterraine et 4ième national Limoges et avait déjà gagné en 2005 un premier prix sur Nantes
VERA a remporté :
En 2005 : 18/355 Toury ; 30/441 Chantilly ; 1/111 Nantes 23/2808 Nantes Provincial ;



Cette année, 6/93 Arlon (battue par 5 de son propre colombier) ; 3/63 Saarbrucken ; 8/109 Pithiviers ; 13/7594 Châteauroux ; 1/861 Châteauroux DH 3/3391 Châteauroux Interprovincial ; 10/210 Tours local ; 184/3497 Tours Provincial

« XAVI », mâle, 5e Châteauroux 7495 yearlings 10 juin
Encore un fantastique voilier qui vola l’an dernier, notamment :
9/277 Blois local 58/3300 Blois Prov ; 11/222 La Souterraine local 260/4820 La Souterraine zonal
En 2006, 19/118 Toury ; 6/109 Pithiviers ; 5/7495 Châteauroux, ; 16/990 La Souterraine CFWH ; 140/5621 La Souterraine Interprovincial

Pedigree royal que celui de ce champion ! Côté paternel, on retrouve en effet le 1er International Barcelone 1994 de chez Vanbruane, le fameux « Barcelone II », origine qui fut croisée avec celle du 1er national Montauban de chez Casaert, le tout saupoudré d’une touche du « Limoges King », soit l’origine du vainqueur semi-national vieux de chez Maurice Casaert….
La mère du « XAVI » vient de chez Georges Bolle, d’une fille d’un frère au « Generaal » vainqueur national Cahors à Kortemark !
Plus royal que cela est impossible au niveau des origines.

« ANNEKE » femelle, 7e Châteauroux 2953 vieux 17 juin
Encore, une super qui vola e.a 2/924 Bourges l’année de sa naissance. En 2005, 11 prix simples dont 11/633 Bourges ; 1/131 Blois local : 2/1257 Blois Goldensporenvlucht.
Cette année, 6/112 Arlon ; 3/123 Bourges local 20/620 Bourges 3 Prov ; 2/475 Châteauroux DHH 7e Châteauroux 2953 vieux

« CHER » femelle, 8e Châteauroux 7495 yearlings 10 juin
Une femelle extraordinaire. On relève à son palmarès comme jeune : 34/355 Toury ; 9/441 Chantilly ; 5/194 Toury ; 213/4111 Blois ; 190/1115 Bourges ; 85/326 Argenton ; 803/4820 La Souterraine
Cette année 4/181 Bouillon ; 1/93 Arlon ; 4/63 Saarbrucken ; 8/7495 Châteauroux ; 14/365 Châteauroux, 116/5187 Châteauroux
Elle vient de la même combinaison du côté paternel que le vainqueur semi-national de Châteauroux chez Maurice Casaert. Son grand-père remporta le 2ième semi-national Châteauroux (derrière équipier). On retrouve donc dans ses ascendants paternels la quasi-totalité des vainqueurs nationaux et semi-nationaux de chez Maurice Casaert. La mère de « Cher » est une femelle de la colonie Geerinckx de Wommelgem.

« SHARON », femelle, 8e Châteauroux 3391 yearlings 17 juin, 73e Châteauroux 7495 yearlings 10 juillet
SHARON s’était déjà distinguée l’année de sa naissance en remportant la victoire locale sur Tours 118 jeunes et la 2ième place au classement provincial contre 2033 jeunes. Elle a aussi volé en 2005 13/441 Chantilly ; 17/361 Ecouen ; 17/232 Pithiviers.
Et cette année : 10/93 Arlon ; 2/63 Saarbrucken ; 3/60 Bourges ; 15/109 Pithiviers ; 73/7495 Châteauroux ; 2/861 Châteauroux DH 8/3391 Châteauroux Interprovincial ; 26/210 Tours
SHARON est la demi-sœur de STAN et STANI. Côté paternel, on retrouve donc le pigeon d’Eric Limbourg et côté maternel une fille du 6ième international Dax du colombier Georges Bolle de Kortemark.

« BETSY », femelle 9e Châteauroux 7495 yearlings 10 juin
Encore une demoiselle au grand tempérament. Elle remporte notamment comme jeune :
6/194 Toury ; 61/569 Tours ; 52/2063 Tours ; 74/1405 Tours ;
Et cette année 11/113 Bouillon ; 2/93 Arlon ; 5/63 Saarbrucken ; 9/7495 Châteauroux
Elle vient d’un couple extraordinaire qui est composé du côté paternel d’un croisement Bolle – Vandenabeele. On retrouve ainsi le « Generaal » de chez Bolle et le « Wittenbuik » Vandenabeele !
Côté maternel, nous retrouvons à nouveau une femelle de la colonie Geerinckx de Wommelgem.

« BORIS », mâle 17e Châteauroux 7495 yearlings 10 juin
C’est un propre frère de BETSY citée plus haut
Ce que vient de démontrer le tandem de Saint-Léger est tout bonnement exceptionnel. Des années de travail, de recherches, d’essais et d’espoirs sont ainsi concrétises de la plus belle manière qu’il puisse être ! Sébastien est de la race des vainqueurs, mais surtout pour y arriver des « bosseurs ». En colombophilie, on n’obtient rien sans de nombreux sacrifices. Sébastien le sait mieux que quiconque et ne compte plus les heures qu’il passe pour assouvir sa passion.
Nous nous associons à l’ensemble des connaisseurs qui savent reconnaître les vrais exploits pour féliciter chaleureusement le jeune couple pour ces démonstrations !