Search

Depasse-Lardenoye, "Un jeune dans la cour des grands"


A 29 ans Stéphane s’affirme un redoutable concurrent dans les épreuves de fond et grand fond. Un nom a retenir, un nom qui va allonger la longue liste des grands champions qui ont fait la renommée nationale et internationale du bureau cher à Willy et Cécile Dethier c'est-à-dire Pont-à-Celles. Les Englebienne, Roosens, Depeter, Van Neste, De Roeck et bien d’autres encore sont autant de chantres de cette bourgade mythique de la colombophilie wallonne située entre Charleroi et Nivelles. Alors que des « pseudo champion » ont fui ce local parce qu’ils n’étaient plus première annonce dans les grands rendez-vous, le jeune prodige fleurusien vient se mesurer sans complexe aux ténors locaux.


Le virus :
C’est en sortant des vestiaires de son club de football que Stéphane, 16 ans à l’époque, va recueillir un pigeon. Le propriétaire ne viendra pas le récupérer et un ami de la famille va lui offrir une femelle pour tenir compagnie au nouveau protégé de la famille Depasse.
Le virus s’empare de notre jeune ami et il obtient sa première licence en 1984.
Le premier grand tournant de sa carrière se produit en 1993, il recueille un pigeon d’un certain Jo Lardenoye de Maastricht, il le rencontre deux années plus tard lors d’une vente van der Wegen, des contacts s’établissent et une amitié se noue. Entre temps, le Batave signe une seconde victoire nationale et cette fois sur Barcelone en 1995 confirmant de la sorte sa victoire sur Marseille national en 1991. A l’entame du 3e millénaire Jo Lardenoye cesse de jouer, les reproducteurs prennent le chemin de Saint-Amand (Fleurus) en 2001 et le tandem Depasse-Lardenoye voit le jour. Depuis, dès que la saison démarre, tous les week-end Jo prend le chemin de la Belgique pour voir retomber les cracks.



Les reproducteurs
:
Le colombier abrite 25 couples de géniteurs extraordinaires. Il est composé principalement de van der Wegen, Braackhuis, Aarden et Kuypers auxquels sont venus se joindre les derniers arrivés des Carteus et Wijnands (NL).

Le jeu :
Les vieux :
40 mâles sont joués au veuvage traditionnel et voient leur femelle le jour de la mise en loge. Les deux ans sont joués sur la ligne du Rhône, tandis que les autres sont réservés pour tous les concours internationaux. En guise de préparation ils vont s’entraîner 1 ou 2 fois en vitesse et 2 fois en demi-fond avant de prendre le chemin de Barcelone et de Pau.
Viennent s’ajouter 20 vieilles femelles qui seront jouées au célibat jusqu’au Bourges national de fin mai. Ensuite, elles seront accouplées afin d’avoir 1 jeune pour se rendre dans la capitale de la Catalogne.
Les yearlings : 30 mâles et 30 femelles seront joués au veuvage toute la saison. Après 2 concours en vitesse et 2 en petit demi-fond, tous partent à Bourges et feront le programme des Cente-Est du Fond Club Wallonie. Les mâles sont arrêtés au Limoges national et les femelles à Saint-Vincent. Certains auront une ultime chance de réserver leur place au colombier des vieux sur Narbonne.
Les pigeonneaux : des 80 jeunes élevés, la sélection va s’opérer sur 4 ou 5 concours jusque La Ferté. 60 à 65 d’entre eux seront gardés pour l’année suivante.
L’alimentation :
Quelque soit la période, Stéphane se sert d’un mélange commercial. Mue, élevage, veuvage et standard. En période compétition les 3 ou 4 deniers jours 1/3 de maïs est ajouté à la ration quotidienne. Des vitamines commerciales, très peu, complètent leur alimentation.
Les médicaments :
Les pigeons sont vaccinés contre la paramyxovirose et contre les poquettes. Avant la saison ils reçoivent une cure de tricho et ils ont 2 jours de rappel pendant les mois d’avril, mai, juin et juillet.
La race :
Pour Stéphane la race est importante. Quant on lui demande sa préférence, sans aucune hésitation il répond : « les van der Wegen, j’en ai aussi bien de chez Jak que de Lucie et Antoon. Le Parel, le Benjamin et le Turbo sont des références. »
En 2e génération aucune attention particulière n’est faite pour la consanguinité.


Palmarès
:
2001
3e et 23e international de Pau - 58e nat. Barcelone

2002
1er
as pigeon fond LCB avec son « Pelé » - 2e coupe d’Europe au 1er marqué - 8e au général

2003
56 prix de 78 enlogés soit 72% de prix - 8e, 41e, 49e, 55e et 58e International Femelles Bordeaux 13e, 14e, 153e et 155e Nat Z E de Montauban - 76e et 86e Nat. Fem Barcelone - 83e nat Cahors - 153e et 403e Int. Fem. Dax
185e et 351e Nat. Marseille - 239e, 403e et 615e Nat. Perpignan - 337e, 354e, 368e, 502e et 561e Nat. Béziers - 366e, 392e, 416e et 704e Nat. Barcelone
1er champion de fond Pont-à-Celles
3e champion de fond Franco-Belge
4e Primus Inter Pares (5xBarcelone)

2004
Sur les 6 internationaux 43 prix de 58 engagés soit 74% - 35e, 63e et 91e Nat. Z.E. (3 de 4) - 39e et 143e Nat. Montélimar - 51e Nat. Perpignan (2 de 4) - 62e, 72e, et 338e Nat. Fem. Barcelone (7 de 8) - 92e, 97e et 119e Nat. Z.E. Limoges 1 an - 5e, 15e et 18e Noyau 1000 Dax (3 sur 3 à l’International) - 137e et 338e Nat. Marseille (9 de 12) - 106e et 281e Nat. Béziers (11 de 17) - 114e Int. Perpignan (2 de 4)

2005
39e, et 106e Nat.Fem. Barcelone (9 de 14 sur 3.135 pig.) - 87e, 96e, 109e, 271e, 320e, 354e «et 378e Nat ; Barcelone (23 de 35 sur 12.998 pig.) - 58e, 211e, 372e, 450e et 471e Nat. Perpignan (6 de 6 sur 7.600 pig.) - 118e Nat. Pau (2 de 3 sur 2.212 pig.) - 173e Nat. Marseille (5 de 10 sur 4.398 pig)