Search

Chapelle Jean-Maire, "Trente ans placé, pas encore gagnant!"


Jean-Maire Chapelle de Chapelle-Lez-Herlaimont


C’est en 1977 que Jean Marie va prendre sa première licence. Auparavant, c’est avec son papa qu’il effectuera ses premières armes dans le monde colombophile. A peine marié depuis deux ans, à l’époque, il construit de nouveaux colombiers à Chapelle-Lez-Herlaimont où il réside encore.

« Je me souviens encore comme si c’était hier, précise notre interlocuteur, mon père venait de trier ses pigeons 1976, et, parmi ceux à tuer j’en emportais 4. Je venais de sauver la vie à un petit bleu que j’allais surnommer le « sot ». Pendant 10 années, il sera un redoutable concurrent en vitesse et de surcroît au naturel. Pour l’anecdote, il existe encore des témoins, j’ai été jusqu’à lui passer un œuf de poule anglaise qui a éclot et mon « sot » éleva le poussin, …incroyable !!! Par la suite, il servira de guide pour la rentrée des pigeonneaux et il décédera à l’âge de 23 ans. » Petit moment d’émotion avant de reprendre : « Cette année là, j’ai acquit « Nestor » le frère de nid du «Négus» chez Joseph Pourtois de Renaix. Un pigeon difficile de croiser. Après plusieurs essais avec différentes femelles il deviendra le père et le grand-père de nombreux bons pigeons ; 5e national de La souterraine, 12e nat. de Montauban, 32e nat. de Barcelone et vu l’état de fraîcheur de ce dernier après l’étape catalane je l’engage sur Marseille 10 jours plus tard où il signe une splendide 62e place au national. »

Aujourd’hui, on peut qualifier Jean Marie d’être un amateur « all round », malgré ses préférences pour le grand demi-fond et le fond

Culture :
Si le sang du « Nestor » est encore bien présent dans la culture de Jean Marie, c’est en grande majorité (70%) que l’on retrouve du Joseph Nibus dans la colonie. Les autres 30% sont des Mornar, Alphonse Sermeus d’Overijse et dernièrement l’introduction des Roger Ghion de Sauvagemont. Onze couples garnissent le colombier de reproduction.

Les voyageurs :
L’équipe des veufs se compose de 16 vieux et 18 yearlings auxquels viennent s’ajouter 5 vieilles femelles et 7 yearlings jouées au naturels. Des 70 pigeonneaux élevés seulement 25 mâles et femelles seront gardés.

L’alimentation :
Tous les pigeons reçoivent, toute l’année, du mélange élevage commercial à l’exception des veufs qui pendant la saison de jeu reçoivent du mélange sport de 2 marques différentes mélangés. Quant aux pigeonneaux, lorsque les volées sont très bonnes avant la période de jeu, leur ardeur est tempérée avec un apport d’orge dans leur nourriture. Durant l’hiver, il donne 2 fois par semaine un thé commercial auquel il ajoute des oignons.

Médicaments
:
Le vaccin obligatoire pour la paratyphose et pour la variole sont les seuls pratiqués par Jean Marie, les autres médicaments sont utilisés uniquement sur avis du vétérinaire. Pour les pigeonneaux une cure de 3 jours contre la tricho est faite 15 jours avant les entraînements. « Je vous fais remarquer que les pigeons de fond qui ont traînés plus de 2 jours pour rentrer reçoivent un « spartrix » et sont placés quelques jours en quarantaine.
Au cours de ma carrière j’ai seulement traité 2 fois mes pigeons contre le coryza, par la suite le remède c’est trouvé par des modifications de l’aération des colombiers.»

Le jeu :
Les pigeonneaux sont dégrossis sur 3 ou 4 concours. Quelques femelles sont réservées pour jouer les nationaux. Celles-ci seront accouplées et jouées sur diverses positions de nid.
Les mâles yearlings sont alignés 2 fois en vitesse, 1 ou 2 petit demi-fond et 3 grands demi-fond. Ceux qui n’ont pas donné satisfactions devront sauver leur tête sur un dernier Jarnac. « J’ai déjà récupéré l’un ou l’autre bon pigeon de la sorte. Il est arrivé que des pigeons ne se montrent pas sur un 400km et qui pointent à partir de 600. Faute de place la sélection est draconienne. »
Les vieux mâles, à Chapelle, faute de place on ne fait pas de distinction entre les 2 ans et les autres sont accouplés en fonction du premier Brive national. A ce sujet notre champion nous fait remarquer : « J’ai déjà pratiqué les 2 méthodes suivantes, élever un jeune avant les concours ou les mettre veuf sur des oeufs. Dans le second cas, j’ai remarqué que la mue se déclenche plus tard, mais la forme vient également plus tard, mais lorsque les pigeons sont dans leur bon état de forme, les performances ne sont ni plus ni moindre. »
Pour notre ami, le Brive de la première semaine de juin est primordial. C’est le début des grandes manœuvres comme il dit. Vu le petit nombre de pigeons qu’il détient, le cheptel est réparti en équipe de 2 ou 3 voir 1 pigeon pour participer au maximum d’épreuve du programme de fond et grand fond. Et Jean Marie précise : « Lorsque mes pigeons sont en condition et le temps favorable, ils vont tous les 15 jours au panier à l’exception des sélectionnés pour Barcelone.»
Les femelles qui voyagent sont accouplées avec les mâles reproducteurs. Elles sont jouées en priorité sur des œufs, rarement sur 1 jeune. « Les résultats sont là pour renforcer mon fondement, c’est ainsi que sur des œufs de 22 jours j’ai fait le 6e international de Dax et après 3 semaines de couvaison, une autre femelle faisait le 2e national de Montauban en 2003. »



En conclusion
:
« Je mets encore en loge des pigeons de 6 ou 7 ans, je suis très fier de cela. Il n’est point besoin d’avoir des installations de grand luxe du moment quelles sont fonctionnelles, bien orientées quand cela est possible, bien ventilées et bien sec, l’humidité est le pire ennemi du pigeon. En ce qui concerne la race, je vous avoue que je fais confiance aux origines, je ne fais pas de sentiment, il faut que les pigeons montrent d’emblée leurs qualités, le meilleur trieur est et restera le panier ! »

Palmarès :
« Je n’ai pas les moyens pour jouer un palmarès dans les différents journaux spécialisés » précise notre homme. « Il faut absolument tout jouer et mettre en péril la carrière de votre pigeon pour avoir quoi ? Une coupe…. »
Il faut savoir que Jean Marie joue au réputé local de Pont-à-Celles où il est amené à côtoyer des colombophiles redoutables comme : Van Neste, De Roeck, Wauthier, Depasse-Lardenoye pour ne citer que ceux-ci et qu’il fait mieux que se défendre.

Champion en petit demi-fond pigeonneaux
3e champion général grand demi-fond vieux
2e, 8e,et 10e as pigeon grand demi-fond vieux
3e champion général fond vieux
1er, 2e, 3e, 6e et 7e as pigeon fond yearling
Au passage on peut remarquer sa 6e place à « L’aile d’or » sur Barcelone en 1992 déjà.
18e au même chalenge en 1995.

De nombreuses places d’honneur tant au Derby Hainaut qu’au Fond Club Wallonie, etc…



La crack 9128071-002001
Angoulème 168e de 931 pig.
Brive 80e de 781 pig.

2002
Etampes 10e de 1469 pig.
Orléans 17e de 1467 pig.
Bourges 51e de 4674 pig et 265e nat. de 23.952 pig.
Chateauroux s/n 183e de 11712 pig.
La Souterainne s/n 33e de 3265 pig
Etc...

2003
Chateauroux nat. 42e de 8.538 pig.
Chateauroux nat. 388e de 4.242 pig.
Vichy 251e de 1247 pig.

2004
Toury 45e de 217 pig.
Bourges Z. 501e de 7.695 pig.
Montluçon 171e de 1784 pig.

2005
Bourges 332e nat. de 26.679 pig
Montluçon 342e de 2527 pig.
Bourges D.H. 91e de 624pig.
Etc....
Est mise à la reproduction en 2006



Le 9157724-97

1998
Argenton 429e de 2418 pig.
La Souterainne 55e de 804 pig;
Etc...

1999
Cahors Z; 168e de 5975 pig.
Bordeaux 334e nat. de 7404 pig.
Etc...

2000
Brive CFW 382e de 9278 pig.; 860e nat. de 27081 pig.
Cahors CFW 262e de 5223 pig
Montauban Z. 390e de 2716 pig.
Marseille nat. 230e de 4033 pig; 564e int. de 17649 pig

2001
Brive 313e de 2654 pig
Montauban 325e de 1038 pig
Marseille 155e nat. de 4015 pig.; 340e de 13615 pig BNL; 375e int. de 19682 pig.

2002
Toury 79e de 419 pig.
Pau 65e Z de 654 pig.
Marseille E.B. 36e de 1436 pig. N.1000 49e de 1456 pig.

2003
Sens 77e de 603 pig.
Montauban Z. 213e de 2810 pig.
Marseille int. 4747e de 20786 pig
Est depuis à la reproduction