Search

Carlier-Petit, "La fulgurante progression de la colonie"


* 1er champion des internationaux NPDC 2006
* 1er aux 5 premiers inscrits à la Coupe d'Europe en 2004 et 2005
* 13 citations dans le "Top 100" international en 4 ans!
* Vainqueur national de Béziers 2004

 

A n'en pas douter, le colombier Carlier-Petit de la région de Cambrai est la colonie française qui marque le plus les esprits dans le contexte international de ces dernières années. Il y a cinq ans, on ne les connaissait pas, le nom de ce tandem n'était même jamais apparu sur les feuilles d'enlogement des grands concours internationaux et puis voilà qu'en si peu de temps ils sont parvenus à s'imposer au sommet de la hiérarchie française et que leur nom est connu de toute l'Europe colombophile! Pensez donc! Deux citations en tant que vainqueur de l'une des catégories de la prestigieuse Coupe d'Europe et ce deux fois consécutivement! Voilà qui est une entrée en matière plus que remarquable.
Nous sommes de nouveau allé leur rendre visite et nous nous sommes plus particulièrement entretenu avec le "big boss" de la colonie, celui qui en assure le principal des soins, Guy Carlier. Pour compléter notre information, il faut encore citer le fils de Guy, Jean-Paul dont l'emploi du temps ne permet pas une présence constante au colombier, mais qui apporte son aide au niveau de la logistique et qui connaît les oiseaux et leur provenance sur le bout des doigts. Troisième composante, Olivier Petit, que nous nommerons volontiers en tant que mécène de la colonie, tant son envie de gagner est palpable, il apporte un souffle neuf à la colombophilie, une approche toute particulière de la chose, mais gonflée d'envie et de passion!

En ce qui concerne la manière de soigner les pigeons, Guy s'est prêté à notre petit jeu des questions - réponses et nous vous dévoilons ainsi sa façon de procéder. Ne vous attendez pas à des révélations sensationnelles ou à l'expression de tel ou tel secret. Deux bonnes raisons à cela: en premier ils n'existent pas et en second, la maîtrise en colombophilie ne s'acquière que par le travail et un suivi toujours plus fin de la colonie. Si travailler dur au colombier est un secret, alors Guy Carlier possède effectivement un très grand secret!
Nous allons donc aborder une année colombophile chez Carlier-Petit en la décomposant en trois partie, chacune forte de quatre mois. Nous allons présenter la façon de faire au colombier, manière qui permet de côtoyer le succès au plus haut niveau, sur les fameux concours internationaux!



De janvier à avril…
Les voyageurs demeurent ensemble jusque la fin du mois de février. Les casiers sont fermés et une petite planche permet à chaque oiseau de prendre place devant son domaine. La mue étant terminée, l'orge sera ajoutée à la ration de "mue" à raison de 50 %. Notons que le passage d'un mélange à un autre se fait de façon progressive pour ne pas irriter les voies digestives des pigeons. Un vieil amateur de la région de Charleroi a convaincu Guy de laisser ensemble mâles et femelles le plus longtemps possible. D'ailleurs, une fois les casiers refermés, les oiseaux tombent dans un calme total. Le mâle réside sur sa planchette, la femelle sur la sienne et il n'y a presque plus de contacts en vue de la procréation qui est enregistré.
Notons que Guy tient compte de la température pour distribuer le mélange, c'est ainsi qu'en cas de grand froid, la ration d'orge est diminuée au profit du mélange plus riche.
Vers le 15 mars, toute la colonie reçoit une cure de 6 jours contre la trichomoniase et ce en vue de l'accouplement qui aura lieu généralement vers le début d'avril, suivant le temps. Les veufs pourront "surcouver" durant une vingtaine de jours. En fait, dès que les premiers abandonnent, toutes les femelles sont retirées et commence alors le veuvage, au début de mai généralement. Fin avril, sur les œufs donc, le vaccin contre la paramyxovirose sera appliqué. Notons que durant la couvaison, les voiliers sont passés progressivement au mélange "élevage". En général, vers le 20 avril débuteront les entraînements. Les futurs veufs sont portés une fois à 10 km, deux fois à 40 et partent alors en société pour une étape de 160 km. Le mélange "sport" fera son apparition au colombier et à partir de là, plus aucune graine d'orge ne sera au menu.

De mai à août…
Précisons que pour être considéré comme veuf, le pigeon doit avoir au minimum deux ans. La jeune génération n'est pas du tout entraînée, ce n'est qu'une fois yearlings que les oiseaux font connaissance avec le panier. Agés d'un an, les espoirs sont engagés au moins dans un Bourges et il leur faut parfois la journée entière pour en revenir, mais Guy dit que c'est la meilleure manière pour leur apprendre le boulot. La nourriture chez les veufs est distribuée au casier, il n'y a pas de ration type, c'est l'état du pigeon, la consistance des volées et la température extérieure qui feront que la main sera plus ou moins généreuse. L'an dernier, un essai fut tenté de donner la boisson au casier de façon individuelle. L'essai ne fut pas couronné de succès, puisqu'à part le travail supplémentaire, rien de bien spectaculaire n'est sorti de cette tentative. Au départ, huit fois sur dix, la femelle n'est pas présentée et elle n'est même pas présente au retour du voilier lors des premières étapes préparatoires. Guy dit qu'il faut absolument garder le calme et par voie de conséquence les réserves intactes le plus longtemps possible. La femelle ne sera pas non plus présentée directement au retour d'une étape de fond ou de grand fond, on donne ici la préférence à attendre le milieu de semaine, c'est-à-dire lorsque le coursier a bien récupéré afin de rassembler les deux sexes. Voilà qui vient singulièrement bousculer la façon de procéder en de nombreux colombiers.
Le dépuratif est banni et c'est une bonne ration qui attend le champion dans la demi-heure de son retour.

Aucune cure ne sera appliquée sans que le vétérinaire ne l'aurait conseillée, mais ce dernier n'est visité que lorsqu'un manque flagrant de récupération se fait sentir.
Les volées sont libres au début de saison, mais peu à peu forcées par la suite. Quand arrivent les compétitions plus lointaines et les vols internationaux qui sont le but de la colonie, un coup d'accélérateur est donné. Plus question de couper à l'exercice quotidien de deux fois une heure, il faut que cela bouge et que l'entraînement devienne une habitude, que les oiseaux tirent comme s'ils étaient en compétition.
Les compléments alimentaires que sont grit et pierre à picorer sont changés aussi souvent que possible, pas question de laisser la poussière s'y installer. Pour le mélange, mais aussi pour les compléments, il est fait appel aux produits de plusieurs firmes, le tout étant mélangé pour obtenir une très grande variété de choix. Des huiles et du Tempo 60 de Comed sont donnés deux fois par semaine en abordant les 800 km.
En fait, Guy est constamment en contact avec ses pigeons, il ne pourrait pas donner une ligne de conduite générale, c'est un peu le pigeon qui lui impose ses choix, il est pour ainsi dire à leur écoute. Comment mieux expliquer les performances réalisées? Il n'est pas rare en effet que 5 oiseaux soient préparés pour une compétition et qu'ils figurent tous les 5 au résultat international et bien en tête en plus! Guy est ce que l'on peut appeler un fin préparateur, il est allé prendre ses marques au sein de quelques-unes des meilleures colonies de la région du Borinage et il ne fait que mettre en pratique les leçons assidûment écoutées.


De septembre à décembre…
Comme écrit plus haut, les voiliers sont remis en ménage à l'issue de la saison sportive et tout est alors mis en œuvre pour que la mue parfaite, garante d'une future saison fructueuse, soit accomplie. Aviol, vinaigre de pommes sont alternativement dans la fontaine. Une fois par semaine, Guy fait un jus de plusieurs légumes à la centrifugeuse et les voiliers en reçoivent à raison d'une cuillère à soupe par litre d'eau. Une vieille habitude lui impose de donner de la tisane lorsque le temps se fait plus froid, il ne sait trop pourquoi il procède de la sorte, mais les performances réalisées ont tendance à lui donner raison. Il ne voit pas pourquoi il changerait sa manière de faire.
En fait, il ne faut pas chercher ici un quelconque secret, comme d'ailleurs au sein des autres colombiers champions. Ce qui fait la différence se trouve dans la manière d'être parfaitement à l'écoute des oiseaux, de presque devancer leurs besoins et en cela Guy est un orfèvre. Il est aidé par son fils, Jean-Paul et le neveu Olivier Petit. La connaissance du plus ancien, alliée à la volonté de toujours se dépasser des plus jeunes, voilà qui peut faire des étincelles. Bien évidemment, ils peuvent se baser sur un colombier d'élevage richement achalandé et ils n'hésitent pas à y injecter du sang neuf.
Nous allons voir cela dans ce qui suit.

Deux fers de lance du colombier de reproduction: "Le Petit Noir Gaudfrin" et "L'Olympiade Carteus"
425125/96, le "Petit Noir" Gaudfrin
Guy s'était lié d'amitié avec Gérard Gaudfrin, l'un des meilleurs joueurs de grand fond en France et qui était spécialisé sur Barcelone. En 1992, l'année de la double victoire nationale en Belgique chez Pochet avec deux oiseaux rentrés le jour du lâcher, Gérard Gaudfrin constatait son "Barcelone" à 21 heures 42 et il terminait 6e international contre 27158 pigeons. C'est un petit-fils de ce pigeon qui fut offert à Guy.
Dès 1997, il donnera naissance au 389355/97, alors qu'il était accouplé à une propre fille du 7e international Barcelone en 1995, toujours de chez Gérard Gaudfrin. Ce "355" s'avérera d'une qualité incroyable au voyage et son palmarès impose le respect:
51e de 3451 Nîmes NPDC en 2000.
33e national et 590/20859 international Perpignan 2001.
79e de 5323 Limoges NPDC 2001.
65e national et 230e de 7867 Pau international.
25e et 63/14507 Dax international.

Le "355" fut mis au colombier de reproduction en compagnie d'une petite-fille de la fameuse "Rikky" acquise chez Luc Sioen. Coup gagnant une fois de plus puisqu'ils devinrent les parents du 52540/04 qui enlève en 2006 le 18/14900 international Perpignan en étant constaté à 22 heures 22.
Son père, le "Petit Noir", ne demeura pas en reste et donna en 2001 naissance au "Caporal" qui enlève le 62/8438 international Pau en 2005 et le 14/10329 international Carcassonne en 2006.
Nous ne vous citons ici que quelques exemples, mais la valeur de la lignée du "Petit Noir" au colombier Carlier-Petit est prépondérante!


L'"Olympiade" Carteus, 4365838/98
En 1998, lors de sa première visite d'une vente publique, celle de Georges Carteus à Renaix, Olivier Petit fait l'acquisition du 4365838/98. Il était loin de se douter qu'outre le fait que ce pigeon le ferait entrer définitivement dans le monde de la colombophilie, il deviendrait un reproducteur de calibre mondial!
Ce splendide reproducteur, petit-fils du "Limoges" de Georges Carteus permit aux Carlier-Petit d'enlever leur première victoire nationale.
Le "Béziers" ou "044", propre fils de l'"Olympiade" remporta donc le 1er national Béziers et aussi le 7e international. Le "044", vainqueur national de Béziers en 2004 vola encore le 61/7112 de Saint-Rembert en 2005 et fut ensuite constaté à 22 heures 04 sur Marseille. En 2006, il enlève alors le 81e international Carcassonne.
Outre le "044", l'"Olympiade" sera encore celui qui donnera naissance au 22e international Dax 2006, mais encore au 30e international Dax en 2006 et on sait dans quelles conditions dantesques ce concours fut disputé!

Infatigables chercheurs, les membres du tandem Carlier-Petit ont monté en peu de temps une redoutable équipe de voyageurs dont les aptitudes sont principalement axées sur les grandes joutes internationales. Ils possèdent un colombier de reproduction d'une valeur inestimable et continuent à l'enrichir chaque saison de nouveaux éléments de valeur mondiale. Ils sont partis à l'assaut de l'Europe colombophile avec un regard neuf sur la manière de gérer une colonie. Pouvant s'appuyer sur un soigneur de grande valeur et une grande richesse à la reproduction, ils devraient continuer leur fulgurante ascension dans les prochaines années.
Nous ne manquerons pas de vous informer plus en détail sur cette colonie remarquable dans nos prochaines éditions!


Les principaux exploits au niveau international
7e international BEZIERS 2004 de 6602 pigeons
14e international CARCASSONNE 2006 de 10329 pigeons
16e international DAX 2002 de 14507 pigeons
18e international PERPIGNAN 2006 de 14900 pigeons
22e international DAX 2005 de 11898 pigeons
30e international DAX 2006 de 11517 pigeons
50e international BARCELONE 2004 de 24913 pigeons
50e international BEZIERS 2004 de 6602 pigeons
62e international PAU 2005 de 8438 pigeons
63e international DAX 2002 de 14507 pigeons
77e international MARSEILLE 2004 de 19627 pigeons
79e international DAX 2002 de 14507 pigeons
81e international CARCASSONNE 2006 de 10329 pigeons
102e international MARSEILLE 2001 de 19682 pigeons
106e international DAX 2002 de 14507 pigeons
110e international MARSEILLE 2001 de 19682 pigeons


Des championnats!
1er Champion 2004 aux 5 premiers inscrits au classement de la coupe d'Europe!
1er Champion 2005 aux 5 premiers inscrits au classement de la coupe d'Europe!
1er champion aux 5 premiers marqués à Tourcoing en 2005.
1er champion au Marathon du CALC en 2005.
1er champion des internationaux de la 1ère Région en 2005.
1er champion aux 3 premiers marqués à Tourcoing en 2006.
1er champion des internationaux de la 1ère Région en 2006.